Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 12:57

 

adieu

 

Auteur : Jacques EXPERT

 

Editeur : Editions Sonatine

Broché - Roman Policier -

Pages : 327

Parution : Septembre 2011

 

ADD So Pretty Elements (72)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2001, Châtenay-Malabry. Une mère, son fils et sa fille sont retrouvés assassinés à leur domicile. Une famille apparemment sans histoires. Le père est porté disparu. Est-il lui aussi victime ou bien coupable ? Les recherches s'organisent, sous la direction du commissaire Langelier. Un mois plus tard jour pour jour, c'est au tour d'une seconde famille, tout aussi ordinaire, d'être abattue dans des circonstances identiques. Là aussi le père est introuvable. Presse, politiques, police, les avis sont unanimes, un tueur en série est à l'oeuvre. Seul Langelier s'entête à concentrer tous ses efforts sur la piste des pères, qu'il soupçonne d'être à l'origine des massacres. Devant son obstination et son manque de résultats, son supérieur et ami, le commissaire Ferracci, est obligé de lui retirer l'affaire. Commence alors entre les deux hommes un combat larvé, chacun s'efforçant de démontrer sa propre vérité, un combat qui tourne bientôt à l'obsession et qui ne prendra fin que dix ans plus tard avec la révélation d'une incroyable réalité. Comme dans ses trois précédents romans, Jacques Expert met en scène avec maestria le quotidien de personnages en apparence ordinaires mais dont la face cachée révèle d'insoupçonnables noirceurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 24 mars 2011, Hervé Langelier, 55 ans, commissaire dans les Hauts-de-Seine, quitte son métier. Celui qui lui a tout pris. En ce 24 mars 2011, un pot de départ en retraite est organisé pour lui. Mais combien de ses anciens collègues seront présents ?

 

Ce pot de départ, il n’y tenait pas. Il préférait partir discrètement et des adieux après 32 ans de carrière l’ennui. Dans ce prologue, nous sommes dans les pensées de cet homme, Hervé Langelier. Comme il dit, on l’oubliera vite et avoue « il n’a jamais fait d’étincelles ». Il sait que tous le monde pense qu’il n’a pas fait une brillante carrière mais il s’en moque car ses préoccupations sont ailleurs. Lui, il sait qu’il a été un bon flic et tous ici présent à ce pot de départ ne peuvent pas s’imaginer tout ce qu’il a fait pendant ces dernières années. Il n’a pas préparé de discours mais il s’en moque aussi, il trouvera ses mots au moment venu. Des mots suffisamment transparents pour que la soirée reste agréable.

 

Et pourtant, en lui-même, il sait qu’il en a des choses à raconter voir même provoquer un beau scandale qui marquerait sa sortie. Mais il préfère partir sans faire de vagues, sa revanche il va la prendre… vu qu’il ne sera plus flic.

  

 

Mais venons-en aux faits et remontons le temps 10 ans auparavant…

Année 2001, les Hauts-de-Seine sont sujets à de terribles découvertes macabres.

En février 2001, le 20, Chatenay-Malabry, la police reçoit un appel téléphonique comme quoi il fallait se rendre au N°48 de la Rue Pasteur. C’est tout. Pas de signalement concernant cet appel téléphonique. On découvre alors à cette adresse, une femme assassinée chez elle, gisant dans une marre de sang, la gorge tranchée. Les policiers arrivés sur place inspectent la maison et découvrent un vrai massacre à l’étage. Deux enfants ont été assassinés aussi, étouffés dans leur chambre. Quant au père… il reste introuvable. Disparu sans aucune trace de lui.

 

Cette enquête est confiée au Commissaire Langelier, en charge du secteur sur les Hauts-de-Seine. Il débute son enquête comme n’importe quelle autre enquête.

 

Un mois plus tard jour pour jour, un appel téléphonique reçu au commissariat de Chatenay-Malabry donne l’alerte sur un meurtre commis au 4 de la rue Boileau. L’homme au bout du fil avait raccroché avant qu’on lui demande son signalement. La patrouille arrivée sur place découvre une femme morte dans le salon, la gorge tranchée. Sa fille a été, elle aussi, tuée par étouffement. Pas de trace du père, aucune trace de lui.

 

Langelier ne tarde pas à relier les deux affaires dont le modus opérandi est le même. La seule chose qui le laisse coi, c’est la disparition des pères. Pour Langelier, ceci lui fait tout de suite penser que le meurtrier n’est ni plus ni moins l’un des pères. Son instinct… il en est persuadé.

 

Mais l’affaire est plus rude qu’il ne le pense, et sa hiérarchie l’oppresse pour avoir des résultats le plus rapidement. Même son ami de toujours, le commissaire Ferracci qui est son supérieur, fait du forcing sur Langelier tout en continuant un peu à le protéger vis-à-vis de la haute hiérarchie. Mais il va être obligé de le dessaisir de l’enquête. Oui, le déssaisir, car Langelier poursuit son enquête dans le sens où il pense qu’il s’agit de l’un des pères comme étant le meurtrier. Mais ses autres collègues ne pensent pas comme lui, ils pensent tous qu’il s’agit d’un meurtrier en série. Mais aucunement d’un père.

Alors vu que Langelier ne veut pas en démordre, Ferracci lui retire l’enquête. Er on confie d'autres tâches à Langelier.

 

Avril 2001, on retrouve une autre femme assassinée chez elle à Malakoff. La gorge tranchée, les yeux ouverts. Les policiers ont retrouvés à l’étage, les corps sans vie de 3 enfants, 11 ans, 9 ans et 3 ans. Etouffés pendant leur sommeil. Pas de trace du père. Aucun signalement.  

Mai 2001, le voisin des Garambois signale que dans la maison à côté de chez lui il s'y passe de drôles de choses et qu’il faut venir très vite car quelqu’un sort du garage avec la voiture des voisins. La police trouve la trace de la voiture et part à sa poursuite. A ce même instant, un appel venant du domicile des Garambois signale la découverte de 3 cadavres dans la maison. Une femme, la gorge tranchée, et deux enfants, étouffés.  

Ceci persuade Ferracci qu’il s’agit de meurtres en série.  

Et bientôt Ferracci va progresser très rapidement dans l’enquête jusqu’à arrêter un suspect qui se trouvera être déclaré coupable de chacun des meurtres.

 

L’affaire aurait été close sans l’obstination de Langelier dessaisi de l’affaire. Du moment où on lui a retiré l’enquête après les deux premières familles décimées, il en a fait son ultime enquête certain qu’il s’agissait d’un des pères comme étant le meurtrier. Ultime enquête qui va lui prendre une grande majeure partie de sa vie car obstiné il l’est, et ne vit que pour ces deux familles décimées. Si bien que la sienne de famille, va se briser. Il ne fait plus attention à sa femme, ne parle plus à ses enfants. Il ne vit que pour son enquête. Si bien que sa femme et ses enfants partent du domicile mais pour Langelier, ce départ est plutôt une aubaine. Oui, il aura plus de temps pour son enquête, plus d’espace aussi, car bientôt l’appartement va se transformer en QG. Des dossiers, des photos seront placardés sur tous les murs de l’appartement.

Et bien évidemment, son enquête personnelle va se poursuivre avec les deux autres familles décimées. Il tente par monts et par vaux de persuader ses proches et ses collègues qu’il a raison mais personne n’est de son avis. Il en perd pied même un peu, si bien qu’on lui retire ses fonctions. Mais d’un côté ça l’arrange car il aura plus de temps pour ses investigations. Il veut surtout prouver à tout ceux qui ne l’on pas cru dès le départ, qu’il avait raison quant au meurtrier. Et surtout aussi, le prouver à Ferracci.  

 

On se replace au soir de cette soirée de pot de départ en retraite de Langelier. L’arrivée de Ferracci va bouleverser cette soirée et c’est ainsi que l’on va découvrir comment l’obstination de Langelier lui a mangé sa vie. Un sacrifice dirons-nous plus exactement. Et découvrir comment l’amitié qu’il avait pour Ferracci s’est transformée en haine. Une vérité va éclater et elle en sera totalement surprenante. La soirée sera longue, ira jusqu’au bout de la nuit, mais chaque personne présente à ce départ en retraite ne quittera pas la salle sans en attendre le tout dernier mot.

 

 

 

 

 

 

Très très bon suspense au cœur de ce thriller psychologique !!

 

Pour ma part c’est un coup de cœur.

 

 

Un thriller plutôt axé psychologique qui vous happe et vous embarque jusqu’au bout sans pouvoir lâcher cette lecture.

 

L’intrigue est incroyable. Mais je ne m’étendrais pas dessus car le but est d’en dire le moins possible. C’est puissant, parfois oppressant psychologiquement, le dénouement déstabilise totalement le lecteur même si pourtant à un moment donné on s’y attend. Mais cette fin, on se dit : non, ce n’est pas possible.

 

Jacques Expert nous offre un personnage principal fêtant sa retraite. Un homme qui s’est senti, au cours de sa carrière, incompris de tous. Au dépend de sa famille, il va poursuivre l’enquête. Une rage, une violence s’installe en lui. On sent une obsession, une folie même. Langelier, au fur et à mesure, a réussi à haïr Ferracci et on sait qu’entre eux deux un combat est désormais mené, du point de vue boulot et du point de vue personnel. Langelier en est arrivé à ne vivre que pour l’enquête. Désormais seul dans son appartement après le départ de sa femme et ses enfants, son logement est totalement consacré à l’enquête. Des murs placardés de photos et autres documents concernant l’enquête. La folie de Langelier pour cette enquête ravage son quotidien.

 

Le style, la plume de l’auteur est magistrale. J’ai trouvé très original aussi le contexte de la narration de l’histoire. Tout est déballé lors d’une soirée organisée pour le départ en retraite de Langelier et il égrène comme bon lui semble les divulgations et espère être convaincant auprès de ses anciens collègues. L’assemblée est tout ouïe. Et il a de quoi en raconter, 10 ans d’enquête, jusqu’à la grande révélation.

Et la plume de l’auteur fait que l’on a vraiment cette sensation que tout est réel et ça nous glace le dos.

 

 

Très envie de découvrir les autres romans de Jacques Expert.

Je suis restée scotchée par ce thriller, autant par le style que par l’originalité du thriller, la narration du personnage principal, et le dénouement de l’histoire. Je connaissais Jacques Expert en tant que journaliste mais je dis chapeau quant à l’écrivain.

 

 

 

 

 

 

 

 

013Bonus :

 

Extrait du livre

 

 

«

Je vois bien qu’ils sont secoués par ce qu’ils viennent d’entendre. Ils mesurent, même si beaucoup ne le comprennent pas, l’ampleur de mon sacrifice. J’ai fait le choix de perdre ma femme et mes trois gosses pour poursuivre mon enquête en toute tranquillité. Certains sont choqués, d’autres bouleversés, peu parmi eux sont indifférents. Je regarde Ferracci et je n’aime pas ce que je lis dans ses yeux : de la tristesse, pire de la pitié. Et de sa pitié, je n’en veux surtout pas. Pour que cette gêne qui les gagne peu à peu ne s’installe pas, je reprends mon récit.

»

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Lisa 30/09/2012 21:42


Je l'ajoute à ma liste, je ne pense pas être déçue ^^

Ys 18/09/2012 22:19


Avec tous les polars anglo-saxons disponibles sur le marché et terriblement tentants, on ne prend plus le temps de s'intéresser aux auteurs français...

Stephie 17/09/2012 07:05


Pour maintenant, j'attendrai la sortie poche ;)

Lilibook 18/09/2012 20:01



Souvent c'est ce que je fais aussi ^^



Géraldine 14/09/2012 23:37


J'ai été déçue par "la théorie des 6" du même auteur. par contre, je ne suis pas figée, j'ai  "la femme du monstre " dans la PAL. Si celui ci me plait, je poursuivrai avec ton titre !

Lilibook 15/09/2012 11:50



C'est le 1er que je lis de l'auteur, peut-être serais-je déçue par d'autres titres qui sait...  je ne connais pas La théroie des 6 et le titre que tu as dans ma pal me tente bien. Mais en
tout cas très envie de poursuivre avec cet auteur vu celui-ci, Adieu, que j'ai lu et aimé.



Eléa 12/09/2012 15:31


J'aime bcp ton billet et comme j'adore les thrillers et que j'entends le plus grand bien de ce monsieur .. je me réjouis de le découvrir avec celui-là ou un autre selon la sélection de la
bibliothèque.

  • : 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs