Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 13:12

chroniqueprofkiensaigne

 

De Princesse Soso

Format : Broché
Editeur : Editions Privé/Michel Lafon
Pages : 331

Parution : 20 octobre 2010

Non, les élèves ne sont pas tous des angelots facétieux assoiffés de connaissance. Non, les parents ne sont pas tous des éducateurs perfectionnistes désireux de transmettre des valeurs fondamentales à leurs rejetons. Non, les profs ne s’habillent pas forcément à la CAMIF !

Princesse Soso, qui rêvait d’être trapéziste, est finalement devenue professeur d’anglais. Catapultée dans un collège de campagne, elle se retrouve quand même en plein cirque, aux premières loges pour étudier le jeune, cet être mystérieux et fascinant, et tout son entourage… 

Chaque année, ça recommence ! Un an à jongler entre ceux qui aiment s’entretuer à coups de compas, ceux pour qui l’école est une annexe de Meetic et les Choupi-trop-mignons. Un an de rires, de larmes et d’incompréhension mutuelle, auxquels participent les parents et l’Education nationale. Un an où tout le monde dira encore que les profs sont des feignasses-tortionnaires-payés-à-rien-foutre-toujours-en-vacances-ces-lopettes ! Une année scolaire d’émotions, de critiques du système et de coups de colère, décrits dans ces pages avec un humour corrosif. Le collège est une jungle. Voici un accès backstage pour découvrir l’envers du décor.

Bonne rentrée !

 

 

Un pur moment de détente avec ce livre !! Humour garanti !!

 

Princesse Soso est prof d’anglais dans un collège de campagne. C’est une prof In, trentenaire, jeune d’esprit, qui nous livre à la façon d’un journal, son quotidien tout au long d’une année scolaire. Elle est passionnée par son métier, on sent qu’elle a envie de transmettre un savoir auprès des collégiens. Mais les journées de cette jeune prof ne sont pas de tout repos. Et avec un humour décapant et sans langue de bois, elle nous fait donc part de son quotidien avec ses moments de plaisirs, ses idées pour faire bouger les choses et améliorer le quotidien d’un enseignant, ses rencontres totalement burlesques avec les collégiens et les parents et nous livre une pléiade d’anecdotes …

Bref, un moment lecture où à chaque fois que l’on tourne une page, on rigole, parce que Princesse Soso a eu la bonne idée de retranscrire tout les problèmes possibles et inimaginables (pour nous) dans le quotidien d’un prof, en utilisant le ton de l’humour et de l’ironie. Et le message passe très bien.

Et vous me direz, les messages qu’elle diffuse dans ce livre, j’en pense la même chose. Sur le comportement de certains jeunes actuels qui n’ont peur de rien et qui n’ont plus aucun respect, l’attitude incroyable de certains parents, et sur certaines aberrations du système. Ce que Princesse Soso nous chronique dans son quotidien est tout à fait véridique car on a nous-mêmes, sans être spécialement prof, été confronté parfois à des situations proches dans notre vie quotidienne.

 

Alors bien sûr, j’aimerai vous mettre différentes chroniques de ce livre ! Vous parler de ses élèves Bisounours (les tout-choupis), mais aussi des ados qui ne savent pas lire, des psychopathes en puissance, des ados rebelles pour qui la vraie vie se trouve sur Facebook et dans la vodka, et de celles qui se la joue j’men foutisme – j’préfère être sexy et pensent que le bahut c’est une annexe de Meetic « Leslie, douze ans et demi, arbore un truc en jeans qui tient plus de la ceinture grunge que de la minijupe. […] J’aperçois également une ceinture intitulée BITCH. Sous la micro-jupe, j’ai pu ensuite admirer des cuissardes en vinyle des plus cheap. Des cuissardes, hein. Pas de vagues bottes un peu montantes. […] Bien évidemment, elle se dandinait comme une autruche, rapport aux talons non adaptés à la morphologie d’une toute jeune adolescente en pleine croissance. » Princesse Soso a la délicatesse lors d'un entretien avec la maman de cette jeune fille, de lui rappeler que le mot Bitch n'est pas adapté pour une ado, la maman est étonnée, pour elle ça voulait dire plage.

J’aurai aussi envie de vous parler de ses 6e dont elle est la prof principale, ses Kinder Surprise comme elle les nomme. Pourquoi Kinder Surprise ? « T’as un enrobage tout doux, ils ne dépassent pas le mètre vingt-cinq, et à l’intérieur soit tu as une surprise choupie (genre un objet Hello Kitty que tu montes en deux secondes sans l’aide de ton père et même que tu crânes grave à la récré ensuite), soit tu as un truc ambiance Ikea, écrit en finlandais et coréen (comme un bateau à la con avec plein de petits machins à détacher […])»

Mais comment sélectionner ? Elles sont toutes hilarantes ses anecdotes même si parfois on rie en se disant nom d’un chien, ce n’est pas possible….

 

 

Un livre qui traite d’un problème actuel de la société, mais sans prise de tête, avec beaucoup d’humour ! On se retrouve au cœur même du quotidien d’un prof, et on a une bonne approche des journées passées dans un collège. Princesse Soso a une plume très agréable, humoristique, avec beaucoup de références qui toucheront les trentenaires (comme moi) et du coup on se retrouve un peu à travers elle. Ces références sont par exemples des feuilletons télés, dessins animés, marques (elle appelle d’ailleurs certains de ses élèves, ses Bisounours), des références par rapport à nous trentenaires ou proches de la trentaine, quarantenaires, à notre façon d’être lorsque nous étions au collège et de la différence entre les générations passées et la génération actuelle, au même âge. Et comme elle le dit d’ailleurs « On est bien d’accord que les élèves des années 1990 n’ont plus rien à voir avec les élèves des années 2000. Si le fond est souvent le même, la forme a bien changé. »

Exemples donnés par Princesse Soso pendant l’étude en sperm, perm :

en 90, on papotait de la boum de samedi, même qu’il y aurait du panaché et qu’on danserait sur I Miss You de Haddaway et sur la BO de Top Gun ; on écrivait des p’tits mots d’amitié à l’encre turquoise dans les agendas Chevignon ou Naf-Naf des copines ; on était super content d'avoir un sweat-shirt Waikiki ; et on se plaignait des parents qui ne voulaient pas installer une deuxième ligne téléphonique.

En 2000 maintenant, on papote de la boum de samedi en précisant qu’on emmène de la Manzana et de la vodka et qu’on pourra danser sur du Booba ou Lady Gaga tout en pensant au leggins en cuir que l’on va mettre avec une ceinture D&G et des cuissardes ; on envoie un SMS à Jordan « slt koi 2 9 ? », il répondra huit secondes plus tard « ri1 é twà ? » ; on écrit au stylo rose pailleté parfum ananas/framboise un mot trop love à sa bestah’ (sa meilleure copine) ; on met à jour son statut Facebook comme le fait Kimberley : « jme féchié en sperm », et Kimberley en profite pour afficher l’option « en couple » car ça fait exactement trente-quatre minutes qu’elle sort avec Tony ». (et je vous passe les plus croustillants pour les années 2000 ).

Bref, un excellent moment passé en compagnie de Princesse Soso et de ses chroniques réalistes et très intéressantes. D’autant plus, comme je le disais, que la plume de Princesse Soso est très sympa, proche de nous dans le parler même si il est parfois un peu cru (mais c’est réaliste), et ses chroniques sont très agréables à suivre puisque bien structurées, tel un journal depuis le début de l’année scolaire jusqu’à la fin, un peu aussi façon bulletin trimestriel puisqu’à chaque trimestre, Princesse Soso nous relate le bilan de chacun de ces trimestres.

N’hésitez pas vous aussi à découvrir les chroniques hilarantes de cette prof qui aime son métier et qui souhaite que l’école retrouve son aura d’autrefois.

 


 

Je terminerais par un extrait (oui je sais j'ai déjà mis des extraits tirés du livre dans mon billet, mais il y en a tellement de biens…) :

 

« Entre les claques qui se perdent et les procès qui se gagnent, l’école va mal et notre crédibilité s’estompe un peu plus chaque jour.

Quand les parents fixeront de véritables limites à leur enfant et seront du côté de la connaissance et du respect, quand nous aurons plus de moyens humains pour encadrer, encourager, surveiller les élèves, quand la violence ne sera plus la norme sociale, peut-être l’école retrouvera-t-elle son aura d’autrefois ».

 


 

 

 

Princesse Soso a un blog, où elle partage toutes les anedoctes qui font son quotidien, retrouvez-la ici : Food'Amour

 

 

 

Merci aux Editions Privé/Michel Lafon pour ce moment de lecture hilarant

 

 

 

 

Pimprenelle en parle aussi sur son blog

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article
Repost0

commentaires

anjelica 09/12/2010 20:08



je pense l'offrir à ma demoiselle à Noël



La plume et la page 24/11/2010 18:25



Voilà qui semble très, très intéressant!



Noukette 14/11/2010 17:33



Rhoooooooooo, il me tente vrament beaucoup !



MoKa 13/11/2010 10:56



Très envie de lire ce livre qui commence à faire beaucoup parler de lui !



Marie 11/11/2010 22:14



Ce livre semble faire l'unanimité ! Au début j'étais septique, j'avais peur que cela ne soit que dénigrement et aigreur comme certains livres parus à ce sujet (je précise que je ne suis pas
enseignante).


Tous les lecteurs qui ont adoré ce livre m'ont convaincue de le découvrir !!!  



  • : 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs