Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 16:11

 

les anges de verre

 

Auteur : Erica SPINDLER

Traducteur : Jeanne DESCHAMP

 

Editeur : Editions HARLEQUIN

Collection : MOSAIC

Thriller psychologique - suspence - Ouragan Katrina - Vitrailliste

Pages : 448

Parution : Août 2012

 

 

ADD So Pretty Elements (72)

 

 

 

 

 

 

Non. Pas ça. Pas lui. Non. Non.
Pour Mira Gallier, la vie s'effondre. A nouveau. Elle qui pensait enfin sortir du gouffre dans lequel elle est plongée depuis le tragique décès de son mari, vient d'apprendre que les douze vitraux qu'elle a restaurés avec passion ont été vandalisés avec des inscriptions bibliques, mais surtout, que le prêtre qui tentait de les protéger, un ami très cher, a été assassiné. Profondément choquée, Mira se remet courageusement au travail pour sauver ce qui peut encore l'être : ces chefs-d'œuvre de verre, sa raison de vivre... Mais le cauchemar ne fait que débuter : quelques jours plus tard, elle est agressée dans son propre atelier. Et suite à cette attaque, elle se retrouve impliquée dans un nouveau meurtre, signé d'un message biblique en lettres de sang, qui secoue la Nouvelle-Orléans.
Mira, terrorisée, commence à perdre pied lorsque Connor Scott, un vieil ami, ressurgit après des années d'absence pour lui proposer son aide. Une aide précieuse pour Mira, car tandis que la police piétine, le tueur continue à cibler un par un les gens qui l'entourent. Et il devient évident qu'il l'a gardée pour la fin...

 

 

 

 

09 Août 2011, La Nouvelle-Orléans, Louisiane. L’inspecteur Spencer Malone et son équipier sont appelés sur une scène de crime. Scène de crime particulière, puisque il s’agit d’une église appartenant aux Sœurs de la Miséricorde. On y a retrouvé mort, le père Girod, très aimé de sa paroisse. Visiblement assassiné. Et les vitraux de l’église, restaurés, ont été saccagés par une phrase tagguée par l’auteur du crime sur chaque vitrail de l’église. Celle-ci dit : « Il reviendra en gloire pour juger les vivants et les morts ».

L’inspecteur Malone sera en charge de l’enquête mais son coéquipier s’en va au moment où débute celle-ci et un autre coéquipier sera nommé. Dans la famille de Malone, tout le monde est flic. Son frère fera équipe également avec lui sur l’enquête. Sa tante est sa supérieure. C’est elle-même qui va nommer un coéquipier à Malone. Elle veut remettre en course Karin Bayle qui, il y a quelques années, a craqué dans l’exercice de ses fonctions et qui s’est mise à largement débloquer. Depuis, elle ne travaillait plus. Mais elle a été héroïque durant Katrina, et désormais il faut qu’elle reprenne son job. Malone n’est pas du tout satisfait de faire équipe avec Karin mais en même temps il se dit qu’il faut lui laisser sa chance.

 

La Nouvelle-Orléans a subit l’ouragan Katrina 6 ans auparavant. Tout était dévasté, la ville était engloutie, en ruines. Pas seulement les bâtiments, jardins et tout ce qui s’en suit, non. La Nouvelle-Orléans a également été dévastée humainement. Chacun a perdu des proches. Le bilan humain est lourd, autant que le côté matériel.

Mira Gallier a perdu son mari à cause de Katrina. Elle est spécialisée dans les vitraux. Avant Katrina, elle avait déjà son atelier. L’ouragan a tout dévasté et elle se sent responsable de la disparition de son mari.

Depuis, elle s’est consacré corps et âmes dans la reconstruction de la ville et plus précisément dans la restauration des vitraux. C’est elle qui a restauré les vitraux de l’église des Sœurs de la Miséricorde. C’est un peu ça qui a réussi à la maintenir en vie. La disparition de son mari a été fatale pour elle, elle s’est retrouvée sous l’emprise de médicaments et est toujours actuellement en traitement chez sa psychologue. Alors, lorsqu’elle apprend que le père Girod, son très fidèle ami depuis le passage de Katrina, est retrouvé mort au sein de l’église et que les vitraux sur lesquels elle a passé tout son temps ont été saccagés, elle veut en savoir plus et rendre visite à l’inspecteur en charge de l’enquête.

 

Elle jugera de l’ampleur des dégâts sur les vitraux. Chaque vitrail est recouvert de mots constituant une phrase plutôt apocalyptique. La mort du prêtre, le saccage des vitraux, tout ceci lui inflige un choc dont elle n’avait pas besoin encore, elle qui a toujours du mal à faire face depuis Katrina. Ses amis l’aident, les plus proches qu’elle ait travaillent d'ailleurs avec elle dans l’atelier de restauration de vitraux, sa raison de vivre.

 

Un vieil ami refait surface à La Nouvelle-Orléans, Connor Scott. C’était le meilleur ami de son mari disparu et elle avait perdu contact avec lui sans savoir pourquoi il était parti ni où il était parti. Mira est très heureuse de le retrouver et encore plus dans ce moment de choc.

 

Quelques jours se passent et voilà qu’elle se fait agresser dans son propre atelier. Une agression de nouveau mystique et de plus on lui arrache sa croix qu’elle porte autour du cou, croix qui lui est très chère car offerte par son défunt mari. 

Cette attaque, visiblement, serait peut-être liée aux vitraux vandalisés et à la mort du prête Girod. Aucune preuve de la dite agression, aucun témoin ne peut venir en faveur de Mira Gallier. Des doutes s’installent dans la tête de l’inspecteur Malone. Pour sa nouvelle équipière, par contre, aucun doute possible. Elle prend Mira Gallier pour une fabulatrice et pense qu’elle veut juste faire parler d’elle.

 

Mais voilà que le cauchemar continu car une série de meurtres dans l’entourage de Mira va bientôt avoir lieu. Et Mira se retrouve toujours mêlée de près ou de loin à chacun des meurtres. Pour la police chargée de cette série de meurtre, Mira fait partie des suspectes.

Mais parmi les suspects également, il y a Connor Scott, l’ami du défunt mari de Mira qui est revenu d’on ont ne sais où et comme par hasard au moment du 1er meutre.

 

Mira, elle, perd de nouveau pied de la même façon que lorsque Katrina est passé et que toute sa vie a été ravagée de la même sorte que La Nouvelle-Orléans. Elle est donc terrorisée par ce qui lui arrive et pas ses morts qui l’entourent et perd donc pied jusqu’au point de se poser des questions sur elle-même la faisant douter de ses capacités mentales. Vu qu’à chaque fois aucune preuve ni aucun témoignage ne joue en sa faveur, la police ne croit jamais un mot de ce qu’elle raconte et du coup elle aussi en vient à douter de ce qui lui arrive.

La peur est omniprésente pour Mira. Elle croit devenir folle. Elle ne sait plus en qui elle peut avoir confiance. Connor Scott est suspecté autant qu’elle, mais il saura la rassurer, l’aider. Il viendra lui faire deux grosses révélations également qui viendront la perturber (mais je ne vous en dis pas plus).

 

L’enquête, elle, piétine. Aucune piste et le tueur continue à faire des dégâts autour de Mira.

Chaque meurtre est accompagné d’une phrase biblique et d’un chiffre. Visiblement le tueur aura à accomplir un certains nombres de meurtres avant d’en arriver à Mira qui est la cible finale….

 

 

 

 

Coup de cœur pour ce thriller psychologique !!

 

Totalement prise par cette lecture jusqu’au dernier instant.

 

 

Je n’avais encore jamais rien lu d’Erica Spindler mais je découvre une plume qui s’est rendre le suspense palpable et garanti jusqu’au dernier instant. Nos nerfs sont à vifs. Les pistes sont multiples car on en vient à douter de tel ou tel personnage, et même du personnage principal qu’est Mira. Et même des morts, c’est pour dire… L’auteur brouille les pistes comme bon lui semble et c’est remarquable.

 

On doute, on se pose des questions sur les mobiles des meurtres, en parallèle à notre questionnement sur l’assassin. Alors s’agit-il d’une vengeance personnelle, familiale car la belle-famille de Mira ne lui parle plus depuis la mort de son mari et lui fait souvent des crasses ? S’agit-il d’un complot, de jalousie, ou bien de folie…

L’intrigue est brillante et captivante, très bien menée. Plus on avance dans l’histoire plus nos doutes s’installent. On comprend qu’elle est le lien avec Mira que sur la fin du roman. Pour dire la belle écriture de l’auteur.

 

J’ai aimé également le lieu de l’action. La déchirure de La Nouvelle-Orléans après le passage de l’ouragan Katrina. Je dirais même que Katrina est un personnage de ce roman. Katrina fait partie intégrante de l’histoire. On ressent la douleur de chaque habitant. Les pertes, qu’elles soient humaines ou mobilières. La reconstruction de chacun, refaire surface après une ou plusieurs disparitions de proches ou d’amis et refaire surface devant chaque bâtiment dévasté. Chacun a dû se reconstruire et cela s’étale sur un certain nombre d’année.

 

Le personnage de Mira Gallier est intéressant. Une femme qui fait partie de ceux qui ont écumé les pertes humaines et mobilières après le passage de Katrina. Comment elle a su se reconstruire pas à pas après avoir plongé dans les médicaments. La douleur vient s’installer en elle encore car elle s’en veut de la mort de son mari. Elle se le reproche car cela aurait pu être évité mais je ne vous en dirais pas plus. La douleur aussi que son corps n’est jamais été retrouvé. Sa difficulté à remonter la pente. Et le choix qu’elle a fait de consacrer sa vie à la restauration des vitraux pour l’aider à se refaire une vie. Corps et âmes elle s’est consacrée à cette passion, rien d’autre ne compte pour Mira et c’est ça qui la fait tenir en vie.

Ces meurtres autour d’elle viennent à faire douter cette femme de ses capacités mentales. Un acharnement autour d’une personne peut venir à bout de la dite personne.

 

Elle doute sur son état mental et l’auteur nous restaure ceci par le biais de la narration. Ce que ressent Mira Gallier est très bien retranscrit dans la narration. Ses peurs, craintes, questionnements, la narration nous fait bien ressentir tout ce qui est au plus profond de Mira.

Mais on a également le point de vue de la police, des inspecteurs qui rappelons sont grosso modo de la même famille. Le suivi de l’enquête est bien détaillé. Le peu d’indices, le piétinement, le désappointement de la police de ne pouvoir trouver l’assassin en sachant que d'autres meurtres auront lieu jusqu'à celui de Mira qui est visée.
J'ai eu cette impression d’être réellement dans la vie et non dans un roman, et que tout ne peut se résoudre en un clin d’œil comme bien souvent dans un polar.

 

Le personnage de ce flic, Spencer Malone, est intéressant lui aussi car sa vie privée est difficile. Et on sent qu’il peut être le seul à avoir un peu de compassion pour Mira Gallier alors que tous la proclame folle.

 

Le style est donc parfait. La narration se fait comme si tout ceci était réel. Et de plus, on a l’impression que cela se déroule en direct puisque la narration se fait par jour et heure. Chaque chapitre débute par une date, un horaire. Parfois le chapitre suivant le précédent, aura la même date du jour mais l’heure aura avancé. L’impression que l’on nous informe à chaque avancée, chaque moment.

 

Dans les remerciements de l’auteur, on découvre que l’idée du roman a jailli d’une coupure de presse sur une vitrailliste spécialisée dan la restauration d’art qui a déployé des efforts héroïques pour sauver les verrières abîmées après l’ouragan Katrina. Cette vitrailliste, l’auteur l’a rencontrée, lui a ouvert son atelier pour mieux comprendre son travail et lui a versé ses propres témoignages. Son expérience de Katrina lui a inspiré le personnage de Mira Gallier. Cette artiste c’est Cindy Courage. De plus, l’auteur a voulu rendre hommage à ceux qui ont été durement éprouvés après le passage de l’ouragan et certaines personnes ont accepté de revivre leur cauchemar, pour l'auteur, en leur livrant leurs témoignages.

 

Un final qui surprend puisque l’on est brouillé du côté des pistes.

Un thriller psychologique dont je me suis délectée jusqu’à me dire

une fois arrivée à la fin « Mince ça y est je l’ai fini ».

On a envie de rester dedans tout en mourant d’envie

 de connaître la fin. Une lecture comme je les aime.

Je souhaite vraiment découvrir d’autres romans d’Erica Spindler.

 

 

 

 

 

 

 

Editions Harlequin, collection Mosaïc

 

 

  mosaic

 

 

 

 

 

013Bonus :

 

 

Quelques photos venant de ma propre collection de photos.

Photos de vitraux. Un art magnifique, je trouve.

 

12

 

  © Lilibook - 1er Chapitre

Photos non utilisables

 

     

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 16/10/2012 14:15


Tout pour me plaire ! Je ne connais pas l'auteur non plus.

Yuko 15/10/2012 12:07


Ca fait plaisir quand on trouve un livre captivant ! Je le note, on ne sait jamais :)

herisson08 14/10/2012 20:37


J'adore les thrillers qui savent me surprendre, je note :)

Lilibook 14/10/2012 22:06



Et celui-ci nous trouble parmi les pistes. Et j'ai trouvé très original le cadre de l'après Katrina.



  • : 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs