Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 11:57

 

parle-leur de batailles

 

 

Auteur : Mathias ENARD

 

Editeur : Actes Sud

Collection : Romans, Nouvelles

Roman historique - Architecture - Peinture -

Michel-Ange - Constantinople - Goncourt des Lycéens

Pages : 153

Parution : Août 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MissVivi ElectricBoy Element23

   

 13 mai 1506, un certain Michelangelo Buonarotti débarque à Constantinople. A Rome, il a laissé en plan le tombeau qu'il dessine pour Jules II, le pape guerrier et mauvais payeur. Il répond à l'invitation du Sultan qui veut lui confier la conception d'un pont sur la Corne d'Or, projet retiré à Leonardo da Vinci. Urgence de la commande, tourbillon des rencontres, séductions et dangers de l'étrangeté byzantine, Michel Ange, l'homme de la Renaissance, esquisse avec l'Orient un sublime rendez-vous manqué.

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1506

 

Débarque à Constantinople le très célèbre Michel-Ange, jeune et débutant une belle carrière. Il vient de quitter l’Italie et laisse derrière lui le chantier à Rome pour lequel il était en train d’œuvrer, l’édifice du tombeau de Jule II, pape guerrier, orgueilleux et mauvais payeur.

 

Michel-Ange n’a pu refuser l’invitation du Sultan Bayazed qui propose au sculpteur une somme gigantesque afin d’utiliser son génie pour qu’il lui dessine et lui conçoive un pont reliant les deux rives du Bosphore. Un pont sur la Corne d’Or dont même les plans de Léonard de Vinci ont été refusés pour la conception de ce pont.

 

Le fait que Léonard de Vinci est échoué dans cette épreuve pousse Michel-Ange a relevé ce défi. Il espère également par cet accueil à Constantinople, fuir l’Italie et les désagréments quotidiens, notamment d’argent. Une forte somme est proposée à Michel-Ange pour la conception de ce pont.

 

En cette ville qu'est Constantinople, il découvre des lieux étonnants, fait la rencontre d’un poète, Mesihi, qui devient rapidement un ami.

L'inspiration manquant à Michel-Ange, l’ami et poète Mesihi va lui faire découvrir toutes les splendeurs de la ville et ce que celle-ci recèle en beauté diverse selon les différents quartiers de la ville. Michel-Ange va s’imprégner des différentes cultures présentes dans cette ville car ici la civilisation vient de tout horizon. Il va découvrir l’art oriental. Et bientôt Mesihi va l’emmener dans un lieu où Michel-Ange tombera en fascination pour une danseuse andalouse.

 

De là, Michel-Ange va retrouver l’inspiration qui lui manquait.

 

Mais l’artiste sera vite la proie du désir et de complots…

 

 

 

 

 

Un court roman qui se lit très rapidement.

 

 

Sous la plume délicate de Mathias Enard on découvre une période de la vie de Michel-Ange plutôt méconnue, quelques semaines de la vie de l’artiste totalement oubliées des faits historiques.

Mathias Enard en vient donc à « supposer » que les quelques semaines passées à Constantinople ont très certainement marquées l’artiste en différents points tels que les parfums, les lumières sur les corps, les musiques, les couleurs et beautés du monde ottoman, et que tout ceci lui a apporté beaucoup et l’a fortement inspiré pour la création de la Chapelle Sixtine. Il s’est bien sûr appuyé sur des textes et en a tiré de judicieuses suppositions pour faire corroborer ces quelques semaines manquantes à l’Histoire sur la vie de Michel-Ange et démontrer par-là que la fresque de la Chapelle Sixtine serait largement influencée de ce voyage à Constantinople et que tout ce qu’il y a découvert aurait nourri son inspiration. Les regards, les lumières des corps, les objets, etc, que l'on peut voir sur la fresque de la Chapelle Sixtine seraient largement inspirés de ce voyage.

Les faits réels et ceux imaginés sont parfaitement liés, parce que l’auteur a su retranscrire le tout en suggérant ou simplement évoquant les mystères de cette période oubliée à Constantinople. 

 

 

Une plume incroyable !! Finesse, beauté, et l’auteur sait exalter nos sens. Descriptions à foisons, dépaysement total. Il fait appel au voyage à travers ce court roman décliné lui aussi en courts chapitres. Le style subtil de l’auteur nous fait donc voyager à travers les couleurs chatoyantes, les parfums très nombreux et divers, les lumières orientales, les sons et musiques. Mais aussi un voyage grâce aux différents personnages rencontrés, aux lieux largement décrits et divers. On passe des étals de marchandises aux nuits dans les estaminets aux murs de céramiques multicolores où les pièces sont parsemées de lampes à huile qui enfument l’atmosphère et où les coussins juchent le sol. Une invitation au voyage…. Plateau de cuivre, timbales, coupes de vin et d’eau parfumée, breuvages doux aux parfums d’herbes, et rythmes orientaux des musiciens….

 

L’auteur nous fait apparaître un Michel-Ange émerveillé devant la beauté de la ville et des êtres, mais aussi un artiste colérique avec beaucoup de mouvements d’humeurs, il est rempli de doutes.

 

J’ai apprécié également en fin de livre, les diverses explications de l’auteur quant aux faits réellement retracés et les éléments dont il s’est appuyé, et il explique ce qu’il en a déduit et suggérer pour le reste dont on ne sait rien…

 

Pour conclure, un petit mot juste pour dire que j’aime beaucoup la pagination chez Actes Sud, le format du livre, le toucher du papier…

 

Une très belle découverte, un texte magnifique, une invitation au voyage qui donne ensuite l’envie d’observer la fresque de la Chapelle Sixtine….

En peinture comme en architecture, l’œuvre de

Michelangelo Buonarroti devra beaucoup à Istanbul.

 

 

 

 

 

 

 

Extrait sur les inspirations de Michel-Ange et ce qu'il a pu observer en ces lieux pour ses créations... (couleurs, lumières, sons, odeurs, matières, etc)

 

«

Le noir presque complet.

Seule une bougie à l’extérieur projette un peu de lumière par la porte entrouverte.

Michel-Ange devine plus qu’il ne les voit, les contours de ce corps élancé, fin et musclé, qui laisse glisser son vêtement à terre.

Il entend tintinnabuler ses bracelets lorsque cette forme sombre s’approche de lui, précédée d’un parfum de musc et de rose, de sueur tiède.

»

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Edelwe 09/04/2014 17:49


J'ai été déroutée par ce roman mais au final je me suis régalée!

Anne Sophie 06/07/2013 12:04


Je l'avais lu il y a quelques temps et ton avis est exactement le meme que moi :)

Acr0 13/05/2013 16:57


Waouh, on sent que tu as aimé :) Il est dans ma bibliothèque, c'est un cadeau. Je pense un peu par hasard. Mais je ne l'ai jamais ouvert... erreur ?

Lilibook 14/05/2013 22:47



Oui j'ai bien aimé, et j'ai mis très longtemps avant de le lire... je ne sais pas pourquoi ;-)



Leiloona 08/05/2013 23:52


J'ai adoré le lire ! ♥


 


Et j'en profite pour te souhaiter un très bon anniversaire de blog, sur l'autre billet, la fenêtre de comm' ne veut pas s'ouvrir. :/

Lilibook 09/05/2013 18:20



Merci Leiloona



Alex-Mot-à-Mots 30/04/2013 13:04


J'ai préféré sonn dernier roman.

  • : 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs