Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 13:39

De Michael Morpurgo Coupdecoeur


Format : Broché
Editeur : Gallimard Jeunesse
Collection : Hors-série Littérature
Pages : 160
Parution : Novembre 2000

A partir de 10 ans

Le 10 septembre 1987, Michael embarque avec ses parents et leur chienne, Stella, sur un voilier pour faire le tour du monde. Ils s’arrêtent, parfois, pour de fabuleuses escales, Afrique, Amérique, Australie, jusqu’au jour où survient un terrible accident. Le jeune garçon se retrouve échoué, avec sa chienne, sur une île déserte perdue au milieu du Pacifique. Va-t-il pouvoir survivre, affamé, menacé par toutes sortes de dangers ? Reverra-t-il jamais ses parents ?

Un matin, alors que l’épuisement le gagne, Michael trouve auprès de lui un peu de nourriture et d’eau douce. Il n’est pas seul…

Le récit bouleversant d’une aventure hors du commun et d’une amitié inoubliable.

Le Royaume de Kensuké a obtenu en Grande-Bretagne la Children’s Book Award 2000, récompense décernée par un jury national de vingt mille enfants.


Cet auteur me transporte à chaque fois dans ses livres….même en étant adulte….

De nouveau une histoire magnifique, à la « robinson crusoé ».

Michael vit en Angleterre, c’est un petit garçon de 11 ans qui adore joué au football avec ses copains. Ses parents travaillent dans la même usine de briqueterie, tout se passe idéalement pour cette famille. Leur plaisir à tous c’est de faire de la voile sur un lac artificiel le dimanche. Tout était bien jusqu’à ce que la briqueterie ferme. Plus de travail, plus d’argent….

C’est alors que le père de Michael quitte le domicile familial pour tenter de trouver un emploi dans le sud de l’Angleterre. Après quelques semaines, il appelle la famille pour qu’ils descendent dans le sud le rejoindre. C’est là qu’il leur fit découvrir son acquisition, un bateau, et décide d’embarquer toute la petite famille. C’est ainsi que Michael à 11 ans découvre les joies de la navigation au côté de son père, sa mère, sa chienne Stella pour un tour du monde.

On découvre à leurs côtés leur vie sur le bateau et leurs escales grâce au carnet de bord que tient Michael. Quelques mois se passent, chacun est heureux de cette navigation autour du monde, de belles découvertes, de belles rencontres. Jusqu’au moment où arrivés dans le Pacifique, un terrible orage éclate. Michael est de garde à la barre du bateau pendant que ses parents prennent un peu de repos. Le vent est fort, il veut ramener sa chienne, Stella, à l’intérieur du bateau mais elle résiste. Il la porte dans ses bras quand tout à coup un grand coup de vent les poussa à l’eau. Michael n’avait pas mis son gilet de sauvetage ni son harnais d’attache….

Il perd connaissance et à son réveil il se retrouve sur la plage d’une île qui semble être totalement déserte. Il a faim, il a soif. Il décide de parcourir l’île pour trouver de la nourriture et de l’eau, sa chienne le suit en tirant la langue de soif. Il ne découvre rien sur l’île, il entend juste le cri de gibbons. Au soir, il se met à l’abri, et malgré les nombreuses piqures d’insectes et de moustiques il arrive tant bien que mal à s’endormir en pensant que ses parents doivent être en train de le chercher. Au petit matin il se réveille couvert de piqures, sa chienne abois sans cesse. Il découvre à quelques pas de sa cachette pour la nuit, un repas de bananes, de poisson cru et de l’eau, ainsi qu’une écuelle d’eau pour sa chienne.

Mais alors il n’est pas seul ici ? Et tous les jours il en est ainsi, il trouve son repas et un peu d’eau sans savoir qui lui apporte.

Jusqu’au moment où il découvre le petit homme qui lui apporte ses repas, Kensuké, un japonais de 75 ans . Michael se pose beaucoup de questions. Qui est ce vieillard ? Que fait-il là ? Est-il tout seul ?

Et je n’en dirais pas plus pour vous laissez le plaisir de découvrir cette aventure extraordinaire. 

Une vraie merveille, pour moi c’est un gros coup de cœur Jeunesse. J’adore cet auteur que j’ai déjà apprécié auparavant au cours d’autres lectures jeunesse.

Ce roman d’aventures est pêle-mêle, très riche en rebondissements, en amitié, en respect de l’autre, en illustrations superbes façon aquarelles… On est totalement transporté dans ce roman jeunesse, avec une 1ère partie où l’auteur nous conte la vie de la famille de Michael, puis leur tour du monde en bateau. Cette partie à bord du bateau, la Peggy Sue, est rédigée sous forme de Carnet de Bord écrit par Michael qui nous raconte aussi ses escales dans différents pays. Puis la 2ème partie du roman est une aventure façon Robinson Crusoé, lorsque Michael et sa chienne s’échouent sur la plage de cette île. De là on va découvrir des liens nouveaux entre Michael et ce vieillard qui ne parle pas la même langue que lui. Des liens qui passeront par  la peur, la colère, la froideur, la solitude, puis l’amitié, la tendresse, le respect, la tristesse, le silence qui en dit long…et encore bien d’autres. On s’attache à ces personnages qui nous feront découvrir chacun leur vie d’origine différente et d’époque différente aussi.

Ne ratez pas ce roman jeunesse qui vous suit encore même une fois refermé et même si vous avez passé l’âge de lire un roman jeunesse !

Avis de
Clochette, Emmyne

Extrait :
« J’ai disparu la vielle de l’anniversaire de mes douze ans. Le 28 juillet 1988. Aujourd’hui seulement, je peux enfin raconter toute cette histoire extra-ordinaire, la véritable histoire de ma disparition. Kensuké m’avait fait promettre de ne rien dire, rien du tout, jusqu’à ce que dix ans au moins se soient écoulés. C’était presque la dernière chose qu’il m’a dite… »

 Extrait :

« Il était tout petit, pas plus grand que moi, et c’était le plus vieil homme que j’ai jamais vu. Il ne portait rien d’autre qu’un vieux pantalon noué autour de la taille. Un grand couteau était enfilé dans sa ceinture. Il était maigre, aussi. A certains endroits, autour du cou et de sa taille, sa peau cuivrée pendait en plis, comme s’il avait rétréci à l’intérieur. Le peu de cheveux qu’il avait sur la tête et les poils de la petite barbe qui pendait à son menton étaient fins, longs, blancs.

Je vis immédiatement qu’il était très agité. Son menton tremblait, ses yeux aux paupières tombantes lançaient des regards accusateurs et furieux».

Repost 0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 13:31
De Mary Higgins Clark

Format : Poche
Editeur : Le Livre de Poche
Collection : Policier
Pages : 380
Parution : janvier 2009


Une ritournelle lancinante trotte dans la tête de Kay. D’où vient-elle ? Que signifie-t-elle ? Pourquoi l’obsède-t-elle à ce point ?
En plongeant dans ses souvenirs, la jeune femme revoit une scène un peu floue, lorsqu’elle était enfant, dans la propriété des Carrington où elle a grandi. Depuis, Kay a épousé Peter, l’héritier de la famille. Mais des soupçons planent sur son époux à propos de la disparition d’une jeune fille et la mort accidentelle de son ex-femme, retrouvée noyée dans la piscine, Peter est emprisonné…
Convaincue de son innocence, Kay se lance sur la piste de cette musique sans savoir qu’elle recèle un secret très dangereux – pour elle, et pour lui.

 

En digne auteure de suspense, Mary Higgins Clark ne nous déçoit pas avec ce livre. Un bon MHC.

Kay, travaille dans une bibliothèque et pour promouvoir la lecture au public elle souhaite organisée une grande manifestation dans la belle demeure des Carrington. Cette demeure elle l’a connaît puisque son père y était le jardinier paysagiste. D’ailleurs 22 ans auparavant, elle était une enfant alors, son père devait vérifier les lumières du jardin pour une grande fête organisée par la famille Carrington. C’était le soir, et durant la fête, elle s’est éclipsée de la surveillance de son père pour aller dans un lieu qui l’intriguait, la chapelle de la demeure. Et elle y fut spectatrice d’une altercation entre une femme et un homme et du coup elle se cacha pour qu’on ne la voie pas. A la fin de cette querelle un homme siffla une ritournelle…
Quelques semaines après cette fameuse soirée, le père de Kay fut renvoyé. Et puis un jour on retrouva la voiture de son père sur les berges d’une rivière, personne à l’intérieur…
Mais revenons à l’organisation de la manifestation pour la mise en valeur de la lecture dans la maison des Carrington.
Kay fait la demande d’utilisation de la maison au propriétaire du lieu qui n’est autre que le fils Carrington, Peter, le descendant. Et elle en tombe sous le charme et lui aussi va tomber sous le charme de Kay, ils vont rapidement se marier. Sauf que peu de temps après le mariage, de vielles histoires vont ressurgir et Peter va être la cible de rumeurs. En effet, lors de la fameuse soirée qui a eu lieu 22 ans plus tôt, une amie de Peter a disparue. Il a été le dernier à l’avoir vu lorsqu’il l’a raccompagné chez elle. Le temps a passé et personne ne sait ce qu’il est advenue de cette jeune fille. Et puis il y a aussi la première femme de Peter qui a été retrouvée morte noyée dans leur piscine, une femme alcoolique et enceinte……

Beaucoup de choses se retournent contre Peter. Un détective privé sera engagé par la mère de la jeune fille disparue, une mère qui sur le point de mourir à cause de  la maladie est prête à dépenser des fortunes pour faire accuser Peter de cette disparition et pourquoi pas de meurtre.
Tout va faire accuser Peter, il sera bientôt juger et emprisonné. Kay est certaine que son mari n’a rien à voir dans tout ça. Au fur et à mesure, des éléments nouveaux vont se révéler, des personnes proches vont la faire douter aussi. Kay ne sait plus où elle en ait, elle doute puis à nouveau elle croit en l’innocence de son mari, puis le doute s’installe de nouveau….

Et d’autres choses vont se révéler dans l’histoire mais je ne peux pas vous les dévoiler. 

Le plus impressionnant ce sont les juges qui n’essaient même pas de croire en l’innocence de Peter, ils vont s’acharner sur lui et l’inculper immédiatement sans essayer de comprendre les choses. Pour le lecteur le doute s’installe tout de même, on se pose réellement des questions tout au long du livre…. On se prend d’amitié pour Kay qui ne sait plus quoi penser, mais aussi, qui ne sait plus comment faire pour aider son mari. Enfin bref, un bon Mary Higgins Clark où le doute s’installe jusqu’aux dernières pages.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 13:55

Un concours a lieu en ce moment chez Tiphanya et ce jusqu'au 31 août dernier délai. Le thème : les vacances de vos livres.

Choix du support et libertés créatives pour vous exprimez sur ce thème, collage, photo, dessin...le tout faire une illustration.
Pour participer donc, il faut préparer une illustration, la mettre en ligne sur votre blog avec un lien vers le blog de Tiphanya et lui mettre un commentaire comme quoi vous avez mis votre illustration en ligne sur votre blog afin de la valider.
Des récompenses à la clés, je vous laisse un lien pour voir son billet ici.

Voici donc ma participation à ce concours

avec le livre de Madeleine Wickham alias Sophie Kinsella avec un titre approprié soit "Des vacances inoubliables".

Mon illustration est faite en digiscrap avec un thème de vacances au rythme des plongées sous-marine ;-)

Voilà je vous présente donc "Des vacances inoubliables" à la découverte des fonds marin.

Repost 0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 21:01

De Jean-Pierre GibratCoupdecoeur

Format : cartonné
Editeur : Dupuis
Collection : Aire Libre
Pages : 56
Parution : septembre 2002


Tome 1 

« C’est ma première nuit en prison. Et j’en suis à espérer qu’il y en ait d’autres. Si j’avais été piquée par les Boches, je serais peut-être déjà morte. J’ai quand même eu de la veine d’être arrêtée par la police française ! Ça me laisse une petite chance… Une toute petite chance ! »

Dans le droit fil du Sursis, Le Vol du corbeau met en scène le théâtre de la vie sous l’Occupation. Récit passionnant de bout en bout, dialogue savoureux, portraits saisissants d’humanité, élégance du dessin et couleurs somptueuses : avec Le Vol du corbeau, histoire en deux volets dont voici le premier, Jean-Pierre Gibrat confirme avec éclat qu’il compte parmi les plus grands auteurs de la bande dessinée contemporaine.



Paris, 2ème guerre mondiale. Jeanne, jeune femme, résistante, est arrêtée par la police française et mise sous les verrous d’un petit commissariat de quartier suite à une lettre de dénonciation d’un corbeau comme quoi elle aurait des armes cachées chez elle, ainsi que des faux papiers. Elle se retrouve emprisonnée avec François, un cambrioleur arrêté avec une valise pleine de bijoux, bougeoirs…qui se prend d’amitié, d’amour, pour Jeanne pendant leur nuit sous les verrous.

Leur histoire va donc commencer cette fameuse nuit d’arrestation où ils vont échapper à leurs geôliers pendant une alerte aérienne, les Américains viennent de débarquer. Leurs geoliers descendent dans les caves se mettre à l’abri et Jeanne et François en profitent donc pour s’échapper par les lucarnes du commissariat. L’évasion par les toits de Paris va être périlleuse et sera un peu soumise à quelques prises de bec entre nos 2 compères. Jeanne a un peu de mal à supporter cet opportuniste. Elle se tord la cheville sur les toits glissants de Paris, et notre François au bon cœur ne va pas pour autant abandonner Jeanne. Elle doit prévenir d’autres résistants et notamment sa sœur, qu’ils ont été dénoncés. Mais sa sœur a totalement disparue de la circulation, a-t-elle été arrêtée ? François va protéger Jeanne qui a bien du mal à se déplacer à cause de sa cheville et l’emmène sur une péniche où se trouvent des amis à lui, un couple et leur fils. Ils vont tous la cacher et naviguer sur la Seine comme ils le feraient normalement. Le point de rendez-vous en cas de problème de Jeanne et ses amis résistants, une librairie où ils peuvent glisser des petits mots dans certains livres, est fermée. Jeanne ne sais plus où s’adresser pour avoir des nouvelles de sa sœur. Quelques jours ont passé, Jeanne se fait toujours du souci pour sa sœur, elle est toujours sans nouvelle d’elle. Et moment fatal, la péniche arrivée à une écluse est stoppée par les Allemands. Qui a dénoncé les habitants de la péniche comme quoi ils cachaient quelqu’un ? Comment faire avec Jeanne sur le bateau ?

La suite je vous laisse la découvrir dans cette superbe BD en deux tomes.

 Je vais d’abord parler des illustrations avec de superbes planches de dessins !!! Des détails à foison sur le Paris sous l’Occupation, que ce soit architectural ou bien vestimentaire. Une technique de coloration incroyable. Un coup de crayon épatant. L’histoire, très bien menée, qui reflète la vie sous l’Occupation. Tout est sensationnel, on voit que l’auteur a effectué un travail de recherche pour bien retranscrire le mode de vie de cette époque, une reconstitution parfaite. On est vraiment plongé dans ce Paris de juin 1944 grâce à l’histoire et aux dessins. On n’a bien évidemment pas de fin dans le 1er tome car la BD compte 2 volets. Et d’ailleurs dans le second volet nous nous trouvons fasse à quelques rebondissements. Gros gros coup de cœur pour cette BD de Gibrat.



De Jean-Pierre Gibrat 

Format : Cartonné
Editeur : Dupuis
Collection : Aire Libre
Pages : 56
Parution : avril 2005
Tome 2 

Repost 0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 14:22

Pour ce week-end, un petit medley tout simple sur un artiste que l'on connait bien, Alain Chamfort.

Alain Chamfort de son vrai nom, Alain Le Govic, né en 1949 à Paris. De nombreux succès, et je dois dire que j'aime toutes les époques musicales de Chamfort.

Pour cette fois-ci, une selection plutôt années 1979 - 1981 avec

Manureva, Géant, chansons de 1979. Puis Bambou et Chasseur d'Ivoire de 1981 :


Et je reviendrais un autre week-end pour d'autres chansons d'Alain Chamfort.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Musique
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 12:01
De Claude Izner

Format : Poche
Editeur : 10-18
Collection : Grands détectives
Pages : 302
Parution : 2003


Paris, 1890. Quelle n’est pas la surprise de Victor Legris quand débarque Denise Le Louarn, la petite bonne de son ancienne maîtresse, Odette de Valois, dans sa librairie de la rue des Saints-Pères ! La jeune fille est visiblement bouleversée. Elle lui apprend qu’Odette, devenue depuis peu adepte de ce spiritisme en vogue, a disparu à la suite d’un étrange rendez-vous au cimetière du Père-Lachaise. D’abord sceptique, Victor ne peut s’empêcher de s’interroger et le voilà donc lancé sur la piste de son ancienne maîtresse… A sa suite on découvre ce Paris où l'on entendait encore le bruit des sabots sur les pavés de bois et les cris des petits métiers, où les hommes portaient le haut-de-forme, les femmes le corset et où le crime poussait à chaque coin de rue… Mystères, mystères !

Après avoir commencé la série des enquêtes de Victor Legris notre cher libraire, me voici avec dans les mains, La disparue du Père-Lachaise qui est le 2ème titre de la série.

Toujours au sein du Paris fin XIXème siècle, et après avoir quitté Victor Legris parmi les meurtres de l’exposition universelle, nous sommes cette fois ci plutôt plongés dans le spiritisme très en vogue à l’époque et la construction du canal de Panama.
Victor Legris est donc contacté par la bonne de son ancienne maitresse qui à ce jour a totalement disparue de la circulation suite à son passage sur la tombe de son défunt mari Armand de Valois. En effet, la servante accompagnait madame au cimetière du Père-Lachaise et pour attendre le recueillement de celle-ci, elle arpenta les allées du cimetière. La longueur du recueillement de Madame de Valois fit revenir la servante près de la chapelle familiale, à ce moment là elle apperçoit un corps gisant à terre. Elle va chercher de l’aide mais à son retour près de la chapelle, plus de corps… De là elle se rend vers celui qui pourrait l’aider à comprendre ce qui est arrivée à Odette de Valois, soit Victor Legris.
Victor Legris découvre qu’Odette de Valois devait déposer dans la chapelle familiale un objet, mais quel est-il et à qui était-il destiné ?...
Il apprend aussi au cours de son enquête, qu’Odette de Valois était depuis quelques mois adeptes de sciences occultes et participait à des séances de spiritisme afin de parler avec son défunt mari, géologue.

Victor Legris, avec cette disparition, sera également sur la piste d’une autre affaire qui, elle, s’est passée en Amérique centrale. Mais bon je ne peux pas trop vous en dire plus, sans ça…. 

A nouveau séduite par les héros de cette série, on retrouve les personnages du 1er opus « Mystère rue des Saints-Pères ». Un style bien agréable à lire, et une enquête qui est mieux ficelée que la précédente, je trouve. Plus de rebondissements. Et puis il y a ce voyage dans le temps qui est fort agréable. Nous sommes au milieu des rues parisiennes, on se fraie un chemin entre les fiacres ; et dans les vitrines de la libraire de Victor Legris, rue des Saints-Pères, on trouve La bête humaine de Zola qui vient d’être publié. Je vais bien entendu continuer avec le 3ème titre de la série…

Repost 0
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 15:06

Hommage a Thierry Jonquet, romancier français adepte du polar, qui vient de nous quitter à l’âge de 55 ans.

Belle idée de Stephie –
blog Mille et une pages –  qui propose de lui rendre un ultime hommage.

Si vous aussi vous souhaitez  participer à cet hommage, il suffit de relayer l’info sur votre blog, de lire un livre de cet auteur et de publier un article sur votre blog avant fin septembre. Stephie prendra soin après de faire un récapitulatif de nos lectures sur son blog avec les liens vers nos articles.

 

Article de Stephie, cliquez ici.

 Dans la bibliographie de l’auteur :

 

La Belle et la Bête, Mygale, Les Orpailleurs, Mémoire en cage…..

 

Pour ma part j'ai sélectionné Les Orpailleurs.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Bla Bla Bla
commenter cet article
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 13:36
De Brad Watson

Format : poche
Editeur : Le Livre de Poche
Collection : Littérature et documents
Pages : 448
Parution : mars 2007

Finus Bates est tombé amoureux de l’élégante Birdie Wells, un jour de 1917 où il l’a vue faire la roue, toute nue au milieu des arbres, aux environs de Mercury, petite ville endormie du Mississipi. Il a continué de l’aimer quatre-vingts ans durant : pendant leurs mariages respectifs, au moment de la mort mystérieuse et prématurée de Earl, le mari volage de Birdie. Somptueuse peinture de l’amitié de toute une vie, d’une passion toujours vive, d’affrontements conjugaux et de compromis, de l’âge qui vient, Le Paradis perdu de Mercury dépeint brillamment les bonheurs de l’existence.

Un monde superbe, merveilleusement décrit [...]. Un livre qui fascine par sa puissance, sa maîtrise et son propos.
François Busnel, Lire

A l'instar des grans romans de Faulkner, de Giono ou de Garcia Marquez, Le Paradis perdu de Mercury nous parle d'un lieu minuscule qui, par la grâce de l'écriture, l'envoûtement du récit, est aussi vaste que le monde, aussi familier que nos propres vies. Michèle Gazier, Télérama

Je remercie Blog o Book et Le livre de Poche de m'avoir permis de découvrir cet auteur. 1er roman de Brad Watson, qui a été finaliste au National Book Award. Et pas évident de résumé ce roman tellement il est dense !

L’auteur décortique la vie locale de Mercury, petite ville du Mississipi. Lui-même est né dans une ville du Mississipi et il s’en serait inspiré.

Deux personnages guident la trame du livre, Finus Bates, journaliste d’un journal local et notamment des rubriques nécrologiques ; et Birdie Wells, femme au foyer. A travers l’amour que Finus porte envers Birdie depuis ce jour de 1917 où adolescent il l’a vu faire une roue en tenue d’Eve en plein cœur d’une clairière, nous découvrons la vie de la ville de Mercury sur quasiment un siècle.

En fait, nous découvrons la vie de tous ceux qui entoure Finus et Birdie. Chaque chapitre, pas particulièrement référencés dans l’ordre chronologique, nous conte une scène de vie d'un de leurs proches ou habitants de la ville de Mercury, qu’ils soient bons ou mauvais, qu’ils soient noirs ou blancs. Et au cours du siècle, la vie n’a pas été la même pour les blancs et les noirs, les noirs n’ont pas eu les privilèges des blancs… C’est des tranches de vie de : Finus tombé amoureux de Birdie et qui le sera toute sa vie durant malgré qu’il soit marié à une autre femme. Birdie, qui s’est mariée jeune à Earl, qu’elle sait être un mari volage, mais elle s’en accommodera. Earl, marchand de chaussures et mari volage de Birdie, entouré d’une famille haineuse et qui mourra jeune d’une façon plutôt mystérieuse ce qui sera aussi un fait du roman. Avis, la femme de Finus, qui lui aura plutôt mis le grappin dessus sans que celui-ci en soit amoureux. Creasie, la domestique de Birdie et Earl ; une femme noire qui restera toute sa vie durant la domestique de la famille et qui tant bien que mal résistera aux méandres de la vie d’une femme noire américaine en ce « milieu » de 20ème siècle. Le vieux Junius, père de Earl, qui abusera de Creasie. Parnell Grimes, l’embaumeur de cette petite ville qui a bien d’étranges secrets à nous révéler. Et encore bien d’autres histoires liées à ces personnages. Des tranches de vies qui ne seront pas spécialement heureuses. L’auteur aborde différentes facettes de la vie, l’amour, l’amitié, le bonheur, l’envie, la jalousie, le vieillissement, la haine, la mort…


Tous les chapitres sont liés ensemble ce qui forme ce beau roman.  Malgré quelques lenteurs dans certains chapitres, ce livre vous prend et vous transporte dans cette ville poussiéreuse perdue dans le Mississipi. Le réalisme de la vie des blancs et des noirs y est fort bien conté, le labeur des noirs, le privilège des blancs.
On s’attache à ces nombreux personnages, à ces bribes de vie d’hommes et de femmes d’un état ségrégationniste du sud de l’Amérique. On s’attache à Finus, cet homme qui par son travail de journaliste nécrologique vivra continuellement avec la mort. Et qui sera amoureux de la superbe Birdie pendant près de 80 années mais cet amour ne pourra se concrétiser. La mort de Earl viendra ajouter une enquête au roman. Voilà un beau roman où se mêlent aux habitants de Mercury les fantômes de ceux qui y ont vécus……

L'avis de
Flo - Au fil des pages

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 17:38
De Emmanuelle et Benoît de Saint Chamas

Format : Broché
Editeur: Seuil
Pages : 134
Parution : 2002


Deux enfants, Eric et Laetitia, explorent le grand grenier très encombré d'une grande et vieille maison. Parmi les nombreux objets trouvés dont certains sont étiquetés, ils en portent sept à Grand'mère Anna. D'objet en objet, de porte franchie en porte franchie dans ce vaste grenier, ce sont six contes qui naissent dans l'imaginaire de Grand'mère.
Ou comment Roland le Berger partit à la recherche du rabot magique afin d’épouser la princesse qui n’avait pas de bras, comment la sorcière aux grands pieds tenta par maints stratagèmes de trouver chaussure à son pied…

Grand-mère Anna accueille ses petits-enfants Eric et Laetitia pour les vacances. C’est une grande demeure, et ces 2 enfants ne résistent pas à la tentation d’entrer dans le grenier de grand-mère Anna. Lorsqu’ils ouvrent la porte du Grenier, celui-ci s’étale à perte de vue. Il est remplit de coffres, de valises, de meubles, de cartons… et tous sont étiquetés. Ils vont donc commencer leur exploration.

Ils vont y découvrir une multitude d’objets magiques et fantastiques. Imaginez-vous à la place de ces 2 enfants, à parcourir ce grenier, et en y découvrant des boîtes pleines de : « trous de passoire de rechange », « tissu de mensonge, cousu de fil blanc ». Des coffres étiquetés : « trousseau de clefs rares : clef des songes, clef du mystère, clef des champs, clef de la petite porte du paradis, clef de la porte du bout du grenier… ».

Et ce grenier est tellement immense qu’au fur et à mesure de leur avancée ils découvrent d’autres portes, la 2ème porte du grenier, la 3ème porte du grenier….. ainsi de suite et continues leur exploration parmi des tas d’objets fantastiques.
Un coffre avec « le panier et la cape du Petit Chaperon rouge, le pot au lait de Perrette, le crochet du capitaine Crochet, quelques cailloux du Petit Poucet et les allumettes brûlées de la petite marchande d’allumettes ».  Dans des vitrines : « Excalibur, l’épée du roi Arthur, le Saint-Graal ».
Ils trouveront aussi des anneaux : « des alliances de mariages, l’alliance de Lady Diana, de Blanche neige » et même « l’anneau de Frodon le Hobbit ».

D’ailleurs «  la fillette glissa l’anneau à son doigt et disparut instantanément. Lorsqu’elle réapparut, elle venait de retirer l’anneau. C’est incroyable ! s’exclama Eric. Lis le Seigneur des anneaux, de Tolkien, et tu comprendras pourquoi je suis devenue invisible grâce à cet anneau ».

 

Bon tous ces objets, ils savent à qui ils ont appartenu ou bien à quoi ils ont servi mais certains objets ils ne les connaissent absolument pas. Tel qu’un rabot ou une paire d’espadrille, que viennent-ils faire ici parmi tout ces objets ?

Et à chaque découverte d’objet non étiqueté, Eric et Laetitia descendent avec l’objet en question pour demander à leur grand-mère de leur raconter l’histoire du dit objet.

Et à chaque passage de porte du grenier, les enfants trouvent un objet non étiqueté, et c’est pour cela que parmi cette histoire d’exploration du grenier nous aurons droit à 6 contes merveilleux racontés par grand-mère Anna.

 

Merveilleux livre de contes ! Et en plus ce n’est pas un livre que de contes, c’est une histoire aussi. On parcourt le grenier avec les enfants, on y découvre des objets mythologiques, contemporains, ça fourmille de renseignements et de connaissances diverses. Un livre dense en informations, on sent qu’il y a eu des recherches pour construire l’histoire. Beaucoup de clins d’œil, « la coupe du monde de football 1998, et tout ceux que je vous ai nommé précédemment. Les contes sont eux, très jolis, toujours appuyés d’illustrations. Enfin bref, ne passer pas à côté.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Contes
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 12:02

Pour ce week-end un groupe plein de fraîcheur musicale, les Caravan Palace. C'est un groupe que j'ai découvert grâce à mon neveu de 11 ans et je dois dire que j'apprécie de plus en plus ce groupe qui fait naître un nouveau son, le "swing électro".

Un rythme aux accents de jazz-manouche, swing, scat et musique électronique... qui nous réveille et nous met en fête. On a envie de bouger sur leurs musiques.





Et si vous ne résistez pas à l'envie de danser chez vous, allez-y ne vous gênez pas, personne vous regarde  
Bon Week-End.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Musique
commenter cet article

  • : 1er Chapitre
  • 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs