Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 13:02

 

 

 Au coeur du Louvre, le spectacle n'est pas forcément là où on l'attend !!

  

 

 

la traversee du louvre

 

 

Auteur et illustrateur : David PRUDHOMME

 

Editeur : Futuropolis

Collection : Musée du Louvre

BD adultes - Musée - Comportement humain

Pages : 80

Parution : Juin 2012

 

 

 

 ADD So Pretty Elements (72)

 

 

 

 

 

 

 

 

08060406001235451011

 

 

Au Louvre, c’est 5 000 ans d’histoire de l’art, qui suscitent autant de comportements, de situations amusantes, touchantes ou tendres, que David Prudhomme croque avec légèreté et brio. C’est le regard humoristique d’un artiste sur l’Art.

 

Au Louvre, c'est 35 000 œuvres qui se côtoient par jour, dans 210 000 m2, dont 60 000 m2 de galeries. 5 000 ans d’histoire de l’art, qui suscitent autant de comportements, de situations amusantes, touchantes ou tendres, que David Prudhomme croque avec légèreté et brio. C’est le regard humoristique d’un artiste sur l’Art.

 

 

 

 

 

 

Le Louvre

 

 

9 000 000 visiteurs en 2011. Nombre quotidien de visiteurs : près de 30 000 voir plus.

Nombre d’œuvres conservées : environ 400 000 pour 35 000 exposées.

La plus grande : Les Noces de Cana de Véronèse (70 m2 environ).

La plus visitée : La Joconde.

 

Le Louvre reçoit du public depuis le 10 août 1793. Il y a 352 salles ouvertes. Le bâtiment fait 243 000 m2 de plancher dont 72 000 m2 de salles dédiées aux collections permanentes et ouvertes au public.

 

Au Louvre, c’est 5000 ans d’histoire de l’art qui suscitent l’intérêt des visiteurs et autant de comportements et de situations cocasses, parfois touchantes, de la part de ces visiteurs.

 

David Prudhomme nous croque son regard sur le Louvre ou plutôt sur les visiteurs du Louvre car le spectacle n’est pas forcément sur les murs. Oui, si l'on détourne le regard des oeuvres, et que l'on observe ce qui se passe dans les salles que l'on traverse, et bien le spectacle est tout aussi intéressant.

Il nous croque ce qu’il voit en parcourant le Louvre, sur les visiteurs du Louvre et leurs comportements parfois étranges face aux œuvres.

 

Il est donc immergé lui-même dans cette BD et on parcoure le Louvre à ses côtés. Son œil vif nous fait donc remarquer ces visiteurs qui siègent sans cesse devant La Joconde, l’appareil photo toujours en action. Il saisit au passage, les regards captivés devant telle ou telle œuvre, ou bien la courbure que tel visiteur prend pour admirer au mieux telle ou telle fresque.

Et cette visiteuse qui, pour voir l’œuvre au plus près, a sorti de petites jumelles.

Et eux, qui se prennent en photo devant ce tableau…

Et puis les silhouettes des visiteurs épuisés par cette course-visite.

 

Bref, un vrai spectacle !

 

 

 

 

 

 

Une BD de toute beauté !!!

 

 

Le lecteur est immergé au même titre que l’auteur dans cette traversée du Louvre. On découvre les œuvres mais encore plus les visiteurs qui sont, tout compte fait, à eux seuls, une œuvre à part entière.

 

C’est incroyable cet œil percutant qu’a l’auteur pour percevoir autant de détail sur la manière dont réagi le visiteur du Louvre. Il est amusé de voir ces visiteurs si divers à chaque fois, et nous retransmet ce spectacle. Oui, nous sommes vraiment spectateur au cœur du Louvre mais pour un spectacle sur les visiteurs qui deviennent eux-mêmes objets de curiosité parmi toutes les oeuvres qui attirent elles aussi la curiosité...

 

Il y a beaucoup d’humour dans cette BD, mais les réactions des visiteurs sont tellement cocasses parfois… Et à vrai dire, me mettant moi-même parmi les visiteurs je dois bien dire que l’on ne se rend même pas compte de ce que l'on fait parfois. C’est trop drôle.

 

C’est drôle et c’est très original de la part de l’auteur d’avoir eu cette idée.

Les illustrations sont vraiment splendides. Il n’y a pas d’autre mot. Cette BD est une vraie merveille. Croquée à la façon Sempé je dirais même. Le trait est délicat. Les oeuvres du Louvre superbement représentées, et les visages et corps des visiteurs très expressifs.

 

Peu de paroles dans cette BD mais justement ici ce n’est pas cela qu’on attend. On comprend tout à travers le peu de texte et grâce aux merveilleuses illustrations. Enormément de détails à observer, tant sur les ouvres reproduites (de vraies merveilles) que sur les comportements des visiteurs si bien représentés. On s’aperçoit alors que l’auteur a longuement observé les visiteurs du Louvre.

 

A la fin de la BD, en bonus, un tas de renseignements concernant le bâtiment, les œuvres, etc.

 

Une comédie humaine qui m’a vraiment conquise.

C'est un coup de coeur.

En plus de cela, ça donne envie de visiter à nouveau le Louvre.

 

 

 

 

 

Un petit bijou à découvrir, des planches magnifiques,

une originalité sur l'idée de cette comédie humaine.

 

 

 

la traversee du louvre

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

  

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 12:27

 

Me voici taguée à deux reprises !!

 

Taguée par Céline du blog, Le livre-vie.

Taguée par Loo du blog, Une pause livre

 

Un grand merci à Céline et à Loo.

 

 

Je vais regrouper ces 2 tags car ils se ressemblent fortement

et si je les décortique tous les deux je ne saurais plus quoi dire à force ;-)

 

 

 

Loo m'a envoyé The Versatile Blogger Award avec pour but de :

  

- rédiger un billet

- Remercier la personne qui m'a taguée : Merci à toi Loo

- Dévoiler 7 choses me concernant

- Nommer 15 personnes

- Les prévenir sur leur blog.

 

  

Céline m'a taguée avec :

  

- Répondre à 11 questions posées

- Posées 11 nouvelles questions

- Sélectionner des bloggeurs

- Les prévenir sur leur blog

 

 

 

Je vais plutôt répondre à ces 2 tags en me fiant aux questions posées par Céline.

Comme ça, ça me donne déjà une trâme.

Je regroupe les 2 car tout compte fait, pas tant que ça à dévoiler

sur ma petite personne et certaines informations que j'aurai pu dévoiler

dans le tag de Loo viennent en même temps répondre aux questions de Céline !!

 

 

 

Comment as-tu choisi ton pseudo ?

 

Tout simple. Lili est une partie de mon prénom et j'y ai donc associé le mot book pour en faire un pseudo correspondant à ma passion. Bon, depuis ce pseudo a été réutilisé, ça c'est la loi de la blogosphère. Mais je garde le mien, je l'ai trouvé en prem's, il me plaît et je ne compte pas le changer.

  

 

Le titre de ton blog ? 

Pour le titre, c'est plutôt l'illustration qui est dans ma bannière, ce chat-pitre qui m'a donné l'idée du nom du blog : 1er Chapitre ou 1er Chat-pitre à lire comme on le sent

J'ai toujours aimé cette illustration, elle était dans un de mes livres quand j'étais enfant.

  

 

Quel est ton livre de chevet ?

Celui que je lis en ce moment ? C'est Dors bien cette nuit de Karen Rose. Houuu, c'est prometteur pour passer une bonne nuit tranquille ça tiens !! (mouarfff) J'adore cette lecture, j'ai du mal à reposer le livre le soir après ma lecture. Je sens que ça va encore être un coup de coeur, mais franchement j'adore Karen Rose.

  

 

La taille de ta PAL ?

Grande, mais il y a pire ailleurs je le sais, je vous connais ;-) J'ai environ 140 livres, tous genres.

 

 

Lorsque tu lis : fond sonore ou non ?

Non, pas de fond sonore. J'aime lire au calme. Après, ça ne me dérange pas non plus si il y a du bruit autour. J'aime aller lire, l'été, sur la plage (oui proche de la mer la fille), c'est très plaisant de lire en écoutant le bruit des vagues. Et autrement, à l'époque où j'habitais en région parisienne j'aimais beaucoup lire dans le RER, le mouvement du train, les bruits divers...

 

 

Tu est plus bibliothèque ou achat de livres ?

Les deux mon capitaine. Je suis une assidue de la bibliothèque puisque je fais partie d'une association pour la promotion et le partage de la lecture, donc je suis souvent à la bibliothèque et j'emprunte pas mal. J'achète aussi pas mal ;-)

 

 

Quelles sont deux de tes petites manies inavouables ?

Concernant les livres, j'aime bien qu'ils restent nickels. J'entends par-là que je n'aime pas y voir des traces de ma lecture (pliage de la tranche, cornures). Oui, je sais c'est bien souvent rarement le cas ;-) Pourtant, certains livres que j'achète en vide-grenier, j'aime bien les voir un peu abîmés car ça montre qu'ils sont passés dans plein de mains... Très contradictoire mon truc je sais ;-)

Sinon, une 2ème chose... je cherche, je cherche... je dois en avoir trop

Si, j'aime accorder mon make-up et mes accessoires, à mes fringues. Je fais des raccords de couleurs en fait entre mon make-up, mes accessoires et ce que je porte en vêtements (exemple, imaginez que je suis tout en noir mais ayant une petite touche d'orange parmi ce noir, et bien le choix de mon make-up et de mes bijoux va se porter sur cette teinte orange). Si bien que j'ai un large panel de make-up et companie, idem pour les accessoires... Oui, la fille est accro à la lecture mais c'est aussi une accro aux cosmétos et tout le tintouin...

 

 

Quel est le genre littéraire qui repose ton cerveau en ébullition ?

Ce serait plutôt soit un genre chick litt sympa ou bien aussi un polar classique anglais.

 

 

Quel tableau / photo pourrais-tu mettre sur ton mur ?

Ce serait plutôt photo déjà. Et le choix est difficile...

J'ai toujours aimé depuis mon adolescence, les photos de Robert Doisneau. Donc, c'est le nom de Doisneau qui me vient là à l'esprit. Son travail était tellement divers en plus. J'aime ses photos de banlieues, de bistrots, de clochards, de concierges... des "gueules du quotidien".

Vous l'aurez compris, ma préférence pour les photos à mettre au mur serait déjà plutôt noir & blanc.

  

 

Si tu étais un métamorphe, quel animal serais-tu ?

Bah en v'là une bonne question... ;-) Pas la moindre idée... Un oiseau ou un cheval.

  

 

Dans quelle ville aimerais-tu vivre ?

 

Difficile cette question car si je vous donne un nom de ville mais que je n'y ai jamais vécu pourrais-je m'y plaire... non, non, je ne lance pas ici un sujet de philo. Une ville au soleil sera ma réponse;-)

 

 

 

 

Voilà, je pense avoir suffisament dévoiler sur mon compte.

J'ai aimé ces questions qui n'entrent pas dans la vie privée.

C'est pour ça, que j'y ai englobé les 2 tags.

Je serais partie sur le même genre de choses pour vous parler de moi.

 

Merci de m'avoir tagguée. Je crois que les 2 tags ont déjà fait le tour,

je ne vais peut-être pas relancer la chose.

 

Mais si quelqu'un souhaite le faire ce sera avec grand plaisir que j'irais lire les réponses.

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

  

Repost 0
Published by Lilibook - dans Bla Bla Bla
commenter cet article
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 12:57

 

 Ambiance Old England...

 

  

 

 

miss-silver-entre-en-scene-

 

 

Auteur : Patricia WENTWORTH

Traducteur : Patrick Berthon

 

Editeur : 10 / 18

Collection : Grands Détectives

Polar historique - Angleterre - Série d'enquêtes avec Miss Silver -

Pages : 380 

Parution : Octobre 1992

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MissVivi ElectricBoy Element23

Si vous n'êtes jamais entré chez Old England, si vous avez la confiture d'oranges amères en horreur, si Big Ben et Piccadilly Circus n'évoquent rien pour vous, bref, si vous trouvez Miss Marple nulle et que ses apparitions à la télévision vous ont laissé de marbre, gardez-vous de lire les aventures de Miss Silver écrites par Patricia Wentworth. Si, au contraire, vous aimez l'atmosphère des salons de thé anglais, les romans de Barbara Pym et les aventures de frère Cadfael, alors ce livre et tous ceux qui composent la saga de cette autre reine du crime, Miss Maud Silver, compteront bientôt parmi vos livres de chevet favoris.

 

 

 

 

 

 

Angleterre. Melling près de Lenton

 

 

 

Miss Silver était autrefois gouvernante. Depuis, elle s’est reconvertie en détective privée.

Miss Maud Silver vient rendre visite à sa plus vieille amie d’enfance, Mrs. Voycey, où elle est donc invitée par celle-ci, à Melling près de Lenton. Petite bourgade anglaise où tout le monde se connaît et épie un peu trop les faits et gestes de chacun. Miss Silver et Mrs. Voycey sont très heureuses de se revoir et de parler du passé.  Miss Silver fait aussi connaissance de quelques habitants de Melling.

 

Les habitants sont occupés par le retour de James Lessiter, fils unique de la famille Lessiter qui avait quitté le village de Melling pour faire le tour du monde voilà 20 ans maintenant. La famille Lessiter est riche et posséde une grosse propriété.  Bien sûr, après le décès de sa mère, il est donc le bénéficiaire de l’héritage.

 

Cette réapparition va ouvrir de vieilles blessures bien sûr. Oui, il y a 20 ans avant son départ de Melling il a été fiancé à Rietta Cray. On ne connait pas tout de leur histoire amoureuse, mais la grande amie de Rietta, Catherine Welby, a mis son grain de sel  dans le couple si bien que les fiancés se sont séparés. Cela a toujours été un tabou à Melling.

 

Pendant les 20 ans d'absence de James Lessiter, Catherine Welby, elle, a été gracieusement logée dans une partie de la propriété car lorsqu’elle est devenue veuve, la mère de James Lessiter a eu pitié de cette femme venant de perdre son mari et a voulu subvenir à quelques besoins de cette jeune veuve. Elle a ainsi proposé à Catherine Welby de s'installer dans une partie du bâtiment de la propriété. Catherine Welby a toujours eu l’habitude de mener un certain train de vie et ne veut pas changer cette façon de vivre après la mort de son mari. Pourtant ses finances sont basses.  Pendant ces 20 années où James Lessiter était donc loin de sa mère et de la propriété de Melling, Catherine Welby a visiblement pris à son aise quelques meubles et objets divers. Mais certains étaient d’une très grande valeur.

 

A son retour, James Lessiter apprend ce qui s'est passé pendant ces 20 années et entend bien reprendre tous ses biens, aussi bien propriété que meubles et objets. Catherine Welby a peur de voir son train de vie changer.

 

Ce retour fait jaser dans le pays.  Mais autre chose va faire encore plus jaser dans la ville de Melling.

 

Un meurtre a été commis. Et plusieurs personnes du village vont être soupçonnées…

 

Une d’entre elle va demander à Miss Silver de lui venir en aide et d’enquêter sur ce meurtre. Et celle-ci, tout en faisant son petit tricot, va enquêter à sa manière et écouter les habitants de Melling car chacun a, à un moment ou un autre, vu ou entendu quelque chose.

 

Miss Silver va tenter de découvrir ce que chaque habitant du village dissimule et ceci pourrait bien la mener sur la piste de l'assassin...

 

 

 

Polar classique de la même catégorie que les Agatha Christie.

 

Oui un polar classique anglais avec tous les ingrédients que cela comporte. Une ambiance très british de l’après-guerre.  Des conventions à respecter.

 

Une enquête des plus classiques où le meurtre viendra en fait prendre place dans le roman qu’après au moins 150 pages.

 

Ici, la description des lieux, et surtout des personnages et des liens entre chacun va prendre une place très importante si bien qu’on a une grande description de ceci dans les 150 premières pages. Et c’est très utile pour mieux comprendre la suite !!

 

Le personnage de Miss Maud Silver ressemble bien entendu à Miss Marple, cadette de Miss Silver puisque le personnage de Miss Silver a vu le jour en 1930. Un personnage qui prend son temps pour écouter chacun et qui a un flair extraordinaire. Elle connaît les apparences et ce que chacun tente de dissimuler. Elle prend le temps d’enquêter et réfléchie tout en tricotant…

 

Oui, pour ceux qui aiment le rythme frénétique il faut repasser ;-D

 

L’ambiance est lente oui, mais en somme, on le sait bien avant de commencer la lecture et si l’on n'apprécie pas ce style, je crois qu’on ne lirait pas ce genre de lecture polar classique.

 

L’énigme sera résolue par Miss Silver et bien entendu la construction du livre donnera la solution à la fin, lorsque Miss Silver fera part de toutes les indications qu’elle aura glané ci et là et ce final prendra fin en même temps que son tricot ;-)

 

Les personnages sont intéressants. On voit que les petits villages sont faits d’habitants tous curieux autant qu’ils sont.

 

Une narration classique.

 

J’ai apprécié cette ambiance anglaise. Je ne dirais pas que ce genre de lecture serait mienne tout le temps, bien au contraire. Une fois de temps en temps me suffit, j’aime bien. C’est reposant, vu la lenteur de ces classiques.

 

Si vous aimez les intrigues à l’anglaise, c’est pour vous,

à lire avec un p’tit thé british à ses côtés bien sûr…

 

 

 

 

 

 

Challenge Thrillers & Polars

 

2/15

 

88055176 p

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 12:43

 

 

Un passage à la bibliothèque équivaut toujours

à un ajout de livres dans la pile à lire.

 

 

En restant raisonnable, je suis revenue avec trois livres.

 

Un album jeunesse magniiifique, un polar historique et un documentaire.

 

 

 

photo-2013-09-20-10-43-56-260

  @ Photo non libre de droit - Lilibook 1er Chapitre

 

 

 

Album jeunesse :

 

  • Un petit bout de nature - Helen Ward, Marc Craste.

 

La couverture est splendide, et l'intérieur l'est tout autant !! Sur le thème de l'emprise de l'homme sur la nature,  ça promet d'être superbe.

 

 

 

 

Polar historique :

 

 

  • Casanova et la femme sans visage - Olivier Bade-Cabuçon

 

Lecture déjà entamée depuis mon retour. Remontée dans le temps en 1759 à l'époque de Louis XV, c'est une enquête de la série avec le commissaire aux morts étranges.

 

 

 

 

Documentaire :

 

 

  • Paris, capitale du crime - Frédéric Diefenthal et Paul-Henri Moinet

 

Un documentaire retraçant les crimes célèbres commis dans les différents quartiers de Paris. Cela ne retrace pas le crime en lui-même mais plutôt une correspondance secrète entre la vie du quartier à l'époque du crime, la personnalité du criminel, l'esprit d'une époque. Un crime par arrondissement de Paris.

 

 

LIVRES-copie-1

 

@ Photo non libre de droit - Lilibook 1er Chapitre

 

 

 

 

Et voilà, ça promet de belles découvertes.

En attendant, je suis déjà dans la lecture de

 

Casanova et la femme sans visage....

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
Published by Lilibook - dans Bla Bla Bla
commenter cet article
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 19:18

 

Les Cendres d'Auranos

 

couv le dernier royaume

 

 

Auteur : Morgan Rhodes

Traducteur : Marianne Roumy

 

Editeur : Michel Lafon

Collection : Jeunesse

Saga - Héroïc Fantasy - Magie - Sorcellerie - Conquête

Pages : 438

Parution : le 3 Octobre 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Mytica, île entourée de la mer d'argent

ne forme plus comme avant un seul pays.

  

 

 

Depuis de nombreuses générations , Mytica est divisée en trois royaumes : Limeros au Nord, Auranos au Sud et Paelsia au milieu.

Après des années de paix entre les trois royaumes, les choses sont en train de changer. La situation sociale des trois royaumes n’est pas à égalité.

 

Le royaume de Limeros, au Nord, a un climat glacial et est dirigé par un roi cruel et tout aussi froid que le climat, le roi Gaïus. Une seule chose obsède ce roi, la magie, la sorcellerie. Il a deux enfants avec qui il est dur : Lucia et Magnus élevés dans le sang et la conquête. Les luttes économiques n’ont pas encore touché ceux qui vivent au Palais. Mais on ne pouvait ignorer les ennuis financiers.  On raconte que Limeros a entamé son déclin (comme Paelsia) depuis des générations, à cause de la mort de l’elementia : la magie fondatementale.

 

A la frontière de Limeros se trouve le royaume de Paelsia qui connaît un déclin constant depuis des générations. Le climat est ici froid, l’aspect gris et poussiéreux. Le pays dépérit. Une seule chose est produite à Paelsia, le vin, souvent vendu au royaume d’Auranos pour quelques bouchées sur lesquelles sont prélevées de lourdes taxes par le chef de tribu de Paelsia : Basilius. A Paelsia, les gens meurent de faim car il n’y a aucune production de céréales ou autres ressources. Les gens y meurent de faim ou de froid mais il respecte leur chef, dit Sorcier, et on croit en lui pour sortir le royaume de ce déclin.

 

Au Sud, se trouve le royaume d’Auranos. Un royaume qui possède tout : l’argent, de belles terres vertes et ondoyantes, beaucoup de bétail, un climat chaud et tempéré. On y vit généreusement et la famille royale vit, elle, en abondance. Royaume dirigé par le roi Corvin qui a deux filles : Emilia l’aînée destinée au trône et Cleiona dite Cléo la cadette.

 

L’elementia occupe souvent la tête des familles royales des trois royaumes. Cette magie fondamentale, magie essentielle qui donne vie au monde. Deux déesses rivales s’étaient détruites il y a des siècles. Depuis, Limeros gelait d’année en année. Paelsia flétrissait et son sol se desséchait. Et seule le Sud, Auranos, ne montrait aucun signe de délabrement.  L’elementia se compose des Quatre sœurs, des joyaux autrefois gardés par les Sentinelles, qui désormais ont disparu, et que chacune des trois familles royales aimeraient retrouver.  On recherche la trace de l’elementia.

 

 

Cléo, princesse gâtée d’Auranos, va un jour accompagner Aron, noble du palais, promis de Cléo, en pays de Paelsia pour y acheter du vin. Cléo n’aime pas Aron et  n’apprécie pas ses manières rudes et hautaines. Lors de ce voyage à Paelsia, un évènement tragique va survenir. Cet évènement tragique va être appris dans tout le pays Mytica, donc dans les trois royaumes, et désapprouver. Cette haine que l’on a déjà pour la richesse du Royaume d’Auranos va encore augmenter, il va en découler certaines rancœurs de la part de la famille royale de Limeros et des habitants de Paelsia qui soutiennent leur chef de tribu, envers la famille royale d’Auranos.

 

Malgré cette tension palpable, Cléo, se met en quête de sauver sa sœur aînée destinée au trône, Emilia. Emilia est gravement malade et aucun guérisseur ne peut lui venir en aide. Pour cela, elle doit retrouver une femme à Paelsia, gardienne de pépins de raisin dans lesquels on a insufflé la magie de la Terre. D’après la légende, ces pépins peuvent guérir des maladies. Cette gardienne de pépins originaux est une Sentinelle exilée qui a quitté le Sanctuaire. On ne sait pas d’ailleurs si les Sentinelles existent, on dit parfois qu’ils n’existent pas vraiment mais qu’ils espionnent au travers des yeux des faucons, pouvant ainsi trouver où se cache les Quatre Sœurs. Les Sentinelles en ont besoin pour le Sanctuaire.  Les Quatre Sœurs, quatre objets à l’origine de l’elementia, la magie fondamentale. Terre, Eau, Feu et Air. Les Sentinelles, s’ils ne trouvent pas rapidement les Quatre Sœurs, le dépérissement que connait le royaume des mortels ne tardera pas à toucher le Sanctuaire aussi. Lorsque l’on quitte le Sanctuaire, on le quitte définitivement et l’on devient un mortel. Alexius, tout comme ses compères du Sanctuaire, peut le quitter en se transformant  en oiseau. Ainsi, il surveille et guette, en chasse des Quatre Sœurs.

 

Le roi Corvin désapprouve le voyage que désire faire sa fille Cléo pour sauver Emilia. Il lui interdit même. Mais en enfant gâtée, Cléo est déjà partie à Paelsia en compagnie de son meilleur ami, Nic, pour rechercher la gardienne des pépins originaux, lorsque son père s'en rend compte.  Il demande à Théon son garde du corps de partir pour Paelsia pour retrouver sa fille.

 

Cléo, Nic, Théon, Magnus, Lucia et Jonas, fils d'un viticulteur de Paelsia empli de vengeance et indigné par ce que subit son peuple, vont se croiser et se trouver sur les mêmes routes. Routes dangereuses, où la tension est de plus en plus palpable et où parfois le sang de la vengeance coule...

 

Une guerre s’annonce. Il faudra bien choisir son camp.

  

  

 

Acte I très prometteur d’une série qui sort en France au mois d’Octobre prochain.

 

 

Série fantasy aux nombreux rebondissements.

 

J’ai, tout d’abord, eu peur d’être perdue parmi tous les personnages qui s’annoncent dans cette série et puis tout compte fait j’ai rapidement été embarquée dans l’histoire et les personnages, nombreux, coulent tout au long des pages et ne rebutent pas la lecture.

 

Des personnages bien distincts de chacun des trois royaumes qui constituent Mytica et grâce à la narration et au montage du récit, on peut se jouer observateur du rôle de chacun dans l’histoire, à tour de rôle. Donc pour cela, en tant que lecteur on n’est pas du tout perdu avec les personnages. Un bon point !! Chaque chapitre débute par l'annonce du royaume où l'on se trouve au sein du chapitre, de là on sait à quels personnages on a affaire.

 

L’histoire est très prenante, captivante, ensorcelante même parfois. Le récit est bien construit car on découvre petit à petit chacun des trois royaumes bien distinctement pour finir où les histoires des personnages de ces trois royaumes vont être liées et les personnages vont se croiser sur leurs chemins. Des intrigues passionnantes, qui s’entrecroisent sans perdre le fil du récit.

 

 L’action est très présente. Nombreux rebondissements et, en somme, on n’a pas vraiment envie de lâcher cette lecture. Action présente tout en posant les faits, les personnages, les royaumes, la base de la saga.

 

Les descriptions sur les lieux, décors, ou personnages (cheveux, vêtements, etc) sont riches et apportent beaucoup également à la lecture.

 

Les personnages, nombreux comme je le disais, sont intéressants tous autant qu’ils sont. Chacun est indispensable à l’histoire. Personnages à qui l’on s’attache. Grâce à eux, l’histoire est non seulement prenante, captivante, ensorcelante et je rajouterais aussi triste et émouvante. Triste et émouvante car lorsque, par hasard, tout va pour le mieux et bien… bam, patatras, un coup de massue, tout s’écroule… Ce qui amène certains sentiments, différents (amitié, amour, vengeance), à l’histoire.

 

La magie est très présente mais on la susurre, on la cherche dans ce premier volet. Elle n’est donc pas forcément la pièce maîtresse de ce 1eracte.

 

Le livre-objet (parce que je suis une amoureuse du livre en lui-même et c'est pourquoi je n'aime pas les liseuses) est très beau. Je parle ici de cette belle couverture. On comprend l'intérêt de chaque détail de cette couverture en lisant l'histoire. Le faucon qui y apparaît à son importance, les dagues, et cette "roue" qui en fait est un gouvernail (à vous de découvrir à quoi il sert). Au fond, caché parmi la brume on aperçoit les formes d'un château... cela promet-il qu'il n'en restera qu'un seul à la fin de cette saga.... tout est suggestion.

 

Plus on avance dans l’histoire plus c’est captivant et arrivé à la fin de ce premier acte on a déjà terriblement envie de découvrir la suite mais pour cela il faudra être patient car ce 1er Acte, lu en avant-première, ne sort qu’en Octobre donc il faudra attendre la programmation de la suite…

 

Un univers palpitant entre trois familles royales et trois royaumes

 où se mêle haine, rancœur, vengeance, trahisons, sorcellerie, amour, amitié.

 

 

 

 

 

 Une vue sur les trois royaumes qui forment Mytica :

2013-09-15 17.40.48

@ Photo non libre de droit - Lilibook 1er Chapitre

 

 

  Michellafon

 

 

 

 

Sortie le 03 Octobre prochain

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 13:36

 

 

Couv-9-277x370 

 

Auteur : Madeleine DENY

Illustrateur : Lucie AHRWEILLER

 

Editeur : Tourbillon

Collection : Loisirs

Dès 5/6 ans - Album livre-jeux - les fées

Pages : 32

Cape de fée incluse

Parution : Juin 2013

 

 

ADD So Pretty Elements (72)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment devenir une véritable fée ?

Voici la réponse :

 

 

 

 

Leçon N°1, choisir sa tenue et enfiler une cape de fée. Pour cela une cape magique se trouve à l’intérieur de ce kit.

 

Au fait à quoi sert cette cape ? Pour comprendre à quoi elle sert, il faut répondre au petit test (très drôle) de l’album.

 

Ensuite, il reste à apprendre à bien la porter cette cape !! L’élégance est la première qualité d’une fée et il est donc interdit de faire certaines choses comme… rentrer sa cape dans son pantalon (rires).

 

Pour devenir une fée il faut avoir une belle allure. La fée est gracieuse et c’est toujours l’invitée la plus remarquée des fêtes alors pour tout apprendre, quelques leçons d’élégance : faire la petite révérence, la grande révérence, se tenir droite en marchant, etc.

 

Maintenant que l’on sait tout ça, il faut se choisir un nom de fée.

 

Parfois les fées ont un nom de fleurs, comme la fée Pâquerette, Pimprenelle. D’autres s’appellent Mélusine ou Morgane.  Différentes propositions sont là pour aider à choisir son nom de fée, il suffit de s’en inspirer et pourquoi pas, aussi, regarder les nuages qui souvent inspire la fée à choisir son nom selon la forme du nuage…

 

Une fois le nom choisi, la fée apprend à danserde façon féerique. Les fées dansent avec les papillons. Elles se servent de leur cape pour danser. Plusieurs leçons de danse viendront apprendre quelques pas pour danser la danse du papillon ou la danse de l’hirondelle, etc.

 

Ensuite il faudra apprendre à utiliser ses pouvoirs magiques. Les fées se transmettent entre elles le secret de leurs pouvoirs magiques. On découvrira comment jeter des sorts.

 

Mais il nous reste encore à apprendre comment combattre les sorcières, parler la langue des fées, savoir attirer les fées, utiliser les talismans, fabriquer une chatouillette magique.

Une fois l’apprentissage terminé, la vie de fée pourra commencer mais il faudra avant lire à voix haute et signer le serment des fées qui se trouve à la fin de l’album…

 

 

Magnifique !!! Magique !!

 

Tout est là pour rêver.

 

Un album – kit merveilleux qui nous emporte dans les rêves des petites filles, le monde des fées.

 

Une magnifique cape en satin rose se trouve à l’intérieur de ce livre-jeux, ce sera la première chose à faire avant d’entamer l’instruction pour devenir une véritable fée.

 

C’est joli, autant sur les textes que sur les illustrations. C’est rose, c’est girly. Ça plait à coup sûr.  Les textes sont poétiques, facile à comprendre pour l'âge du jeune lecteur. Les illustrations sont ravissantes, féerique est le mot qui convient bien. Et viennent compléter le texte. Illustrations très girly aussi. Belles couleurs, jolis dessins. Différentes polices d'écritures viennent agrémenter le tout.

 

Toutes les « leçons » sont vraiment bien pensées. C’est amusant, élégant.

 

Les « leçons » sont sous forme de petits quizz et tests, de conseils, etc.

 

Ensuite la jeune fée pourra s’inventer un tas d’histoires merveilleuses et s’inventer aussi un monde merveilleux.

 

La cape, rose, en satin est très belle. C’est pas de la gnognotte. Elle est grande (pour une petite fille de 6 ans environ, elle arrive aux chevilles). Bonne qualité, jolis dessins d'étoiles dessus. Un scratch est là pour la fermer autour du cou.

 

La jeune fée qui a découvert cette cape a été ravie de cette découverte et la première chose qu'elle a fait a été de courir avec ;-) Comme quoi les fées savent tout faire, même courir le plus vite possible (non non elle n'a pas confondu avec batman).

 

Un coup de cœur pour ce joli album-kit.

Un joli cadeau à offrir aux demoiselles

qui aiment s’inventer des mondes merveilleux.

 

 

 

 

Dbl1-11

  @ Tourbillon

 

 

 

 

Photos de la cape à l'appui :

Cape de satin rose, de qualité, jolie comme tout.

 

Montages

 @ Photo non libre de droit - Lilibook 1er Chapitre

 

 

 

 

siteon0-130x51

 

 

 

 

Challenge Je lis aussi des albums

 

8/15

 

logoalbums2

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
Published by Lilibook - dans Albums 6 ans et +
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 13:16

 

 

 

 

Et si ceux que nous avons aimés revenaient à la vie ?

 

 

  couv face à eux

 

 

Auteur : Jason MOTT

Traducteur : Jeanne DESCHAMP

 

Editeur : Harlequin

Collection : Mosaïc

Titre anglais : The Returned

Roman - Fantastique - la vie et la mort

Pages : 384

Parution : le 04 Septembre 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arcadia, petite ville du Sud

des Etats-Unis

 

 

Des agents de l’AIR, l’Agence Internationale pour les Revenants, cognent à la porte de Lucille et Harold Hargrave. A leur côté, le fils du couple retraité. Jacob, 8 ans, mort il y a un peu plus de 50 ans le 15 août 1966 noyé dans le fleuve le jour de son anniversaire.

 

Harold, maintenant âgé de plus de 70 ans, ne sais que penser. L’enfant, lui, au côté des agents de l’AIR, réplique à son père la même blague qu’il lui a raconté le jour de son anniversaire il y a 50 ans.

 

Ce phénomène n’est pas inconnu de tous. Partout dans le monde, ce phénomène inexplicable se produit. C'est inconcevable même pour la population. Des morts, pas tous, réapparaissent parmi les vivants. Ils réapparaissent au même âge qu’au jour de leur mort. Ils se souviennent d’avant leur mort, mais aucun souvenir par contre sur leur passage dans l’au-delà.

 

L’AIR, l’Agence Internationale pour les Revenants, gère ce phénomène incompréhensible. On constitue des dossiers, il faut établir des états civils comme pour les vivants, et l’AIR reçoit à l’international des aides financières pour cette gestion.  L’AIR est la seule organisation de toute la planète capable de gérer et coordonner tous ces retours. Mais, au sein de l’AIR, personne n’en savait plus que le citoyen lambda sur la vraie nature de ce phénomène. Elle se contente d’inscrire les noms sur un registre, de compter et d’envoyer les Revenants chez eux. Là s’arrêtait leurs compétences.

 

Malgré qu’ils connaissent déjà ce phénomène pour le voir chaque jour à la télévision lors des informations, Harold et Lucille sont stupéfaits de voir leur fils de 8 ans, mort, devant eux désormais. Harold a du mépris pour ce fils revenant. Pour lui, il ne s’agit pas de son fils. Il est mort il y a 50 ans. Il le prend pour un « démon ». Pour Lucille, par contre, c’est le bonheur. Retrouver son fils est un don de Dieu. Le conflit est alors présent dans ce vieux couple.

 

Mais un peu partout dans le monde, ce phénomène fait pâlir les vivants. Ils ont peur car c’est incompréhensible et personne ne peut apporter de signification à ceci. Certains parlent de Jugement dernier, d’Apocalypse. Certains pensent qu’il s’agit d’émissaires du Malin.

 

Cela reste un mystère, et il est trop tôt encore pour faire une analyse sur la signification de ces évènements. La situation échappe à tous mais un mouvement de panique commence à s’intensifier car ces revenants pour les uns, « créatures du démon » pour d’autres, inspire une réelle méfiance sur les vivants.

 

Les grandes questions  : Jusqu’où ce phénomène peut-il s’étendre ? Quand va-t-il s’arrêter ? Quel degré de saturation peut-on prévoir ? Car on prévoit donc l’avenir et on se pose des questions. Quel nombre de revenants va-t-on atteindre ? Ceci inquiète fortement les vivants. Les revenants ne reviennent jamais sur leur lieu où ils ont vécu, c’est l’AIR qui les dirige par la suite. Donc les villes et bourgades n’aurons donc pas seulement à ouvrir leurs portes à ceux qui reviennent d’entre les morts pour regagner leur ancien domicile, mais ouvrir aussi la porte à ceux qui sont égarés et qui n’ont plus de destination.

 

Beaucoup de pression pour les vivants qui ne savent que penser de cette situation. Qu’arrivera-t-il lorsqu’il n’y aura plus d’autre endroit où aller pour eux et que le nombre des morts dépassera le nombre des vivants ?

Les vivants sont inquiets. Si bien que certains vivants se sont transformés en groupes de « pseudo-soldats » et ont formé des  groupes de militants pour préparer une « guerre » contre les revenants.

 

Chez Lucille et Harold, la maison reprend vie elle aussi depuis le retour du jeune Jacob. Lucille, malgré son grand âge, joue avec lui, lui fait de bons petits plats, et elle reprend goût à la vie. Harold, malgré sa méfiance sur ce jeune garçon revenant qui est son fils mort, se prend tout de même d’affection pour Jacob.

 

Mais bientôt, à Arcadia comme partout dans le monde, on entend des camions qui approchent. Et avec eux, ils apportent le changement. Des camions qui grondent sur l’asphalte, et vers Arcadia ils avancent dans un fracas de tonnerre.  De ces camions descendent des femmes, des hommes, des enfants. A Arcadia, on va réquisitionner l’école. On va y monter des kilomètres de barbelés militaires de plus de 3 mètres de haut. On va y enfermer les revenants et arracher de nouveau aux familles ces personnes revenues de l’au-delà pour les enfermer tous ensemble. Chacun à un lit, de la nourriture, quelques loisirs, mais tous les jours ils sont surveillés par les soldats de l’armée, tous les jours on pose les mêmes questions sur leurs souvenirs et l’au-delà.

 

Partout, tous les jours, il resurgit des nouveaux revenants. Et partout, on construit des cages pour les enfermer. Et les revenants, en effet, vont bientôt être plus nombreux que les morts. La place devient de plus en plus réduite sur la planète. Les camps pour revenants prennent à chaque fois un peu plus de place dans la ville, s’agrandissent et les maisons des vivants sont réquisitionnées. Bientôt plus de lit pour les revenants, ils dorment au sol dehors, plus du tout de loisirs car plus de place.

La nourriture elle aussi se réduit grandement pour nourrir tout le monde. Et la politique en vigueur, depuis peu, consiste simplement à garder les ex-morts sur place, à les « stocker » comme une surproduction. L’AIR ne s’occupe plus de les renvoyer dans leurs lieux de vie d’avant, les revenants étaient simplement replantés là où le hasard avait voulu qu’ils réapparaissent.

 

Les revenants veulent leur liberté. Ils ne comprennent pas pourquoi on les tient enfermés.

Les gouvernements sont impuissants face à ce phénomène qui prend de l’ampleur. La population montre son rejet. Et les personnes qui font face au retour d’un être cher se retrouvent confrontés à une question : savoir si le « revenant » est bien la même personne qu’autrefois.

Que va-t-il se passer pour la famille Hargrave, pour le jeune Jacob. Que va-t-il se passer pour les revenants ? Pour les vivants ? Des émeutes vont-elles avoir lieu ?

Les revenants représentent-ils une menace pour l’humanité ?

 

 

 

 

Wha, une émotion profonde du début à la fin.

 

Je dis chapeau pour un premier roman. Une histoire qui marque, une intrigue palpitante et on se pose nous-même la question. Que ferait-on face à une telle situation ? 

 

C’est riche en émotion et encore plus lorsqu’on comprend comment a été écrite l’histoire par l’auteur. Je ne vous dirais pas grand-chose à ce sujet mais cette histoire est partie d’une histoire personnelle.

 

Que faire face à une telle situation, comment réagir de la part de la population mais aussi de la part des autorités.  Aucune explication n’est possible sur ce phénomène mais il faut par contre y faire face et l’organiser. La meilleure façon pour l’organiser par contre… est assez difficile à trouver.

 

Celle que l’AIR, ce mouvement monter pour organiser ce phénomène, est par contre radicale et bien sûr elle fait penser immédiatement aux camps de la mort, camps de concentration, et au mouvement nazisme sur le peuple Juif.  C’est bouleversant de revoir entre ces lignes des situations similaires sur ces « revenants ».

 

L’histoire est poignante, elle nous fait réfléchir sur beaucoup de choses. Réfléchir aussi sur ce fait, si nos proches réapparaissaient après leur mort. L’auteur s’est posé cette question et nous y fait réfléchir. L’intrigue est profonde, tendue parfois, émouvante sur la vie et la mort. Captivante. Tout ce côté questionnement vient se lier à l’histoire de Harold et Lucille Hargrave qui accueille leur fils mort il y a 50 ans. Ils ont alors 70 ans et leur fils mort a toujours, lui, 8 ans.

 

Ce qui est intéressant aussi, c’est que l’auteur a le génie d’insérer dans l’histoire du couple Hargrave et leur fils revenant Jacob, des chapitres sur ce que vivent d’autres revenants. Leurs pensées lorsqu’ils sortent des camions, qu’ils sont pris par les soldats, leur vie d’incarcérés, etc. C’est poignant. Tout se mêle à l’histoire des Hargrave.  

 

Un style magnifique, poétique. C’est très bien écrit. On le ressent dès les premières pages. Il met beaucoup d’émotions dans son style d’écriture.

 

La couverture du livre est splendide.

 

Comme je vous l’ai dit c’est un premier roman très émouvant.

Il nous fait poser beaucoup de questions sur la vie, la mort.

Mais c’est aussi une belle méditation sur la signification de l’être humain.

C’est à la fois émouvant, déroutant sur un phénomène inexplicable,

et terrifiant. Une réflexion sur la conséquence d’un tel phénomène.

Un rappel sur la condition humaine car en effet, ce roman vient

nous rappeler ce qui s’est passé pendant la Seconde Guerre Mondiale.

A lire, à réfléchir, à méditer.

 

 

 

 

 

couv face à eux

 

 

 

 

 

 

 

 

mosaic

 

 

 

Sortie ce jour : 4 septembre 2013

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 17:00

 

Couv-Lalita-244x370  

 

Auteur : Michèle Mira Pons

Illustrateur : Marion Cocklico

 

Editeur : Tourbillon

Collection : Ethnogirls

Dès 7 ans - Docu-Fiction - Découverte de l'Inde du Sud

Pages : 32

Parution : Juin 2013

 

 

ADD So Pretty Elements (72)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inde du Sud

 

Lalita a 8 ans et vit à Chennay, grande ville indienne dans le Sud du pays. Tout le monde y parle et y écrit en tamoul. Elle vit avec sa maman, Ananda, aux grands yeux noirs, qui sent toujours une douce odeur de santal et qui fait toujours tinter ses bracelets. Son papa, Rani, travaille dans une banque. Il y Arjun son petit-frère et Ramesh, le grand-frère qui travaille dans un supermarché en banlieue. Il possède une moto qui fait rêver Arjun. Il a y a aussi la grand-mère de Lalita, Gita, qui habite avec la famille.

 

Grâce à Lalita on découvre le quotidien d’une jeune fille indienne, les coutumes du pays, ce qu’on y mange, etc.

 

Un récit qui déroule chaque étape de la journée de Lalita, du matin où elle aide son petit-frère à se laver, en passant par le petit-déjeuner en famille et ce qu’il y a au repas. Puis, le chemin de l’école et ce que l’on y croise (tels les rickshaws, petites voitures à troies roues servant de taxis). Ce qu’elle mange le midi à l’école, dans la cour. Ce qu’elle fait lorsqu’elle rentre de l’école : brûler un peu d’encens devant l’autel à l’entrée de la maison, réservé aux dieux hindous ainsi qu’aux personnes de la famille qui ont disparu.

 

Et le week-end, la famille à son petit rituel : manger des glaces et aller au cinéma. Films indiens bien sûr. Les dimanches se passent à la plage où les femmes se baignent en saris.

 

 Mais bientôt toute la famille va être dans les préparatifs d’une grande fête, la fête du Nouvel An tamoul.

 

Pour cela, il faut de nouveaux vêtements et choisir de beaux tissus. On va au temple où les dieux honorés sont Ganesh (prospérité et chance), Lakshmi, déesse de la fortune et de la prospérité, et Krishna, dieu très important et vénéré. On y suit Lalita et sa famille, entrant pieds nus dans la salle du temple.  Et puis, le 14 janvier arrive et commence le nouvel an du calendrier tamoul, c’est la fête de Pongal. Lalita nous raconte ce que l'on célèbre durant cette fête.

 

Lalita nous apprendra également la cuisine et la couture !! Lors des repas en famille au moment de la fête de Pongal, on y mange un dessert à base de riz et de lait. Pas à pas, Lalita nous explique comment préparer cette recette.

Et pour la couture, Lalita nous apprendra à faire comme elle l’a fait pour la fête de Pongal : se fabriquer un petit sac en patchwork.

 

 

Un merveilleux voyage !!!

 

Je ne pensais pas découvrir autant d’explications destinés aux jeunes lecteurs dans cet album.

 

Je pensais bien entendu découvrir le quotidien et les coutumes d’une jeune fille indienne mais je suis étonnée, à mon grand bonheur, de découvrir de nombreuses informations.

 

Une collection très réussie donc !! Collection, oui : Ethnogirls. Ici on voyage en Inde avec Lalita mais il existe également un beau voyage à faire au Japon en compagnie de Naomi.

 

On plonge véritablement dans le quotidien d’une famille indienne (ni pauvre ni riche) et on découvre de multiples informations concernant les traditions d’une famille et c’est riche en évènements. Différents points sont abordés : leur quotidien, leurs coutumes, leurs repas, leur façon de s’habiller, etc.

 

 Un album vraiment très bien fait. Le vocabulaire est riche et on a aussi, bien sûr, du vocabulaire indien expliqué aux jeunes lecteurs. Ceci nous explique donc très bien la culture de l’Inde du Sud. Une vraie plongée parmi cette famille.

 

Même si cela ressemble beaucoup à un documentaire au vu de la richesse d’informations, on a ici une histoire du début à la fin.

 

Les illustrations sont magnifiques ! Une coloration vive à l’effigie de l’Inde et de ses couleurs piquantes.  Ici aussi, au niveau des illustrations, on obtient de nombreuses informations qui complètent le texte. Des détails à observer tout au long des pages. C’est superbe. En plus de ça, il ya un mélange de dessins et de photos. Des photos qui viennent agrémenter le tout pour des explications sur les traditions (les femmes en saris à la plage, les repas). Des photos qui viennent s’incruster dans les illustrations. Et puis, des encarts de textes explicatifs viennent également apporter l’information sur les photos.

 

C’est très réaliste, très complet pour les jeunes lecteurs pour mieux comprendre la vie des enfants dans un autre pays que le leur, avec différentes traditions, façon de s’habiller, etc.

 

Le livre-objet est magnifique. Une belle couverture cartonnée avec un personnage en relief. Une petite attention en tissu portant le titre de l’album se campe en haut de la tranche de l'album.

Au dos du livre, on découvre également un planisphère coloré, les couleurs montrent les différents continents et une indication viendra apprendre à l’enfant où se situe l’Inde par rapport à la France.

 

A la fois documentaire par la richesse d’informations,

à la fois histoire car tout est formé sous forme de fiction,

voici un album qui séduira jeunes lecteurs à partir de 7 ans

mais aussi les parents. Je suis conquise par ce voyage,

et je note l’arrivée de cette nouvelle collection Ethnogirls.

 

 

   





Lalita-dbl

  @ Photo non libre de droit - Tourbillon

 

 

 

 

 

 

 

 

siteon0-130x51

 

 

 

 

 Challenge Je lis aussi des albums

 

7/15

 

logoalbums2

 

 

 

Liyah en parle aussi sur son blog : ICI

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
Published by Lilibook - dans Albums 6 ans et +
commenter cet article
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 16:54
 
de glace et de tenebres
 
Auteur : Lisa Jackson
Traducteur : Philippe Mortimer 
 
Editeur : Harlequin
Collection : Mosaïc
Titre anglais : Born to die
Thriller - Enquête Série Alvarez / Pescoli - Tueur en série -
Pages : 540
Parution : Août 2013
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
MissVivi ElectricBoy Element23
  
Selena Alvarez en est persuadée : l'affaire sur laquelle elle et sa coéquipière Regan Pescoli enquêtent est hors normes. D'abord parce que les victimes - toutes des femmes - se ressemblent étonnamment : ossature du visage, peau claire, cheveux auburn, yeux verts. Ensuite parce que le tueur, qui s'attaque méthodiquement et froidement à ses victimes, semble insaisissable et tout proche à la fois. Comme si, caché dans l'ombre, épiant ses victimes jusqu'à s'imprégner de leurs moindres habitudes, il attendait son heure pour  frapper, de nouveau.
En pleine période de Thanksgiving, dans ce Montana de ténèbres et de glace que les décorations de Noël peinent à réchauffer, Selena sait qu'elle va devoir faire preuve d'une ingéniosité et d'un courage sans égal pour arrêter ce tueur implacable. Et pour révéler au grand jour le terrible secret qui le pousse à agir...
 
 
 
 
 
Los Angeles
 
Shelly Bonaventure, actrice de série B, voit la haine dans les yeux de cet homme qui la regarde mourir à petit feu. Elle sait à présent qu’elle va mourir. L’homme, lui, assiste à son agonie tout en souriant. Il la laisse faire lorsqu’elle compose le numéro de téléphone de police secours, il sait qu’elle ne pourra pas parler à cause de la dose mortelle de médicaments qu’il lui a fait prendre.
L’inspecteur en charge de l’enquête sur la mort de Shelly Bonaventure ne peut que statuer sur un suicide suite à l’autopsie et au fait qu'il n'y ait aucune preuve d’un meurtre. Mais ce suicide laisse l’inspecteur assez perplexe.
 
 

Grizzly Falls, un hiver précoce

dans cette petite ville du Montana

 
Kacey Lambert, médecin dans une clinique, arrive sur son lieu de travail lorsqu’une femme vient d’y arriver dans un état grave. Les collègues de Kacey sont stupéfaits, au premier abord ils pensaient même que la personne allongée sur le brancard était Kacey. La ressemblance est frappante. Kacey, même, n’en revient pas.
 
Cette femme a été retrouvée dans un état critique dans les bas-fonds d’une pente rocheuse dangereuse. Une chute tragique dans cette pente rocheuse et enneigée qui se traduira par la mort de cette femme quelques heures après son arrivée à la clinique.
 
Pour l’équipe de détectives, Selena Alvarez et Regan Pescoli, cela semble être un accident donc pas d'enquête à poursuivre. Ils leur faut juste identifier la victime qui en effet ressemble comme 2 gouttes d’eau à cette médecin de la clinique. Une personne va l’identifier, Trace O’Halleran, un père de famille qui est sortie deux trois fois avec cette femme retrouvée morte, institutrice de son fils.
 
Mais d’autres « malheureux accidents » vont se produire. Selena et Regan sont à chaque fois chargées des enquêtes de routine et, à chaque fois, tout se dirige vers, justement, des « accidents ». A vrai dire, elles ne se posent pas trop de question puisque tout concorde vers des "accidents mortels".
  
A moins que Selena ait tout de même quelques doutes.
 
Les victimes : toujours des femmes de la même nature, même ossature de visage, même teint clair ou couleur de cheveux. Une ressemblance incroyable. Et même si cela ne choque pas la police, ceci choque Kacey. Cette ressemblance avec elle lui donne tout d’un coup peur. Elle est méfiante envers tout, et Kacey a raison car tapi dans l’ombre se trouve un tueur très méthodique.
Méthodique car à chaque fois il est organisé, il a planifié toutes celles qu’il doit tuer : Les Ignorantes, comme il nomme ses victimes. Chacune a déjà son tour de programmé. Il épie ses proies jusqu’à connaître leurs moindres mouvements et habitudes.
 
Kacey a peur. Elle se pose la question si elle aussi est dans la ligne de mire d’un possible tueur.
  
Elle ne croit pas à des « accidents mortels », et vu que toutes ces femmes mortes avaient une ressemblance incroyable avec elle, elle pense alors qu’elle fait partie des prochaines  sur la liste.
 
Kacey a fait la connaissance de Trace O'Halleran lors de l'identification de la première victime, cette institutrice que tout le monde a pris pour elle. Puis, par la suite elle revoit cet homme lorsqu'elle doit prendre en charge son fils après qu'il se soit fracturé le bras suite à une chute à l'école. Peu à peu, Kacey et Trace vont alors faire connaissance. Par la même occasion, chacun va donner son opinion à l'autre au sujet de ces "accidents" et de la ressemblance des femmes. 
 
Cela intrigue Kacey et Trace mais pour la police ceci est une coïncidence. Selena va tout de même creuser un peu la chose, elle va ira même jusqu'à se poser des questions sur Trace trop souvent sur son chemin. Regan, elle, n’est pas trop impliquée dans le choix de sa collègue du fait de creuser un peu dans ces morts accidentelles, elle a d’autres chats à fouetter avec ses enfants qui lui posent problème.
 
Le courage de Kacey et sa détermination vont la pousser à en savoir plus. Il y a trop de coïncidences pour elle. Au prix certainement de découvrir de terribles secrets…
Pendant ce temps-là, le tueur estime que Kacey est trop fouineuse, que si elle continue il se pourrait qu’elle découvre certaines choses qu’il souhaite cacher. Ceci pourrait également chambouler son planning prévu depuis longtemps…
 
 
  
Du suspense jusqu’au bout avec ce thriller.
  
Une lecture qui commence par l’agonie de Shelly Bonaventure sous les yeux de son assassin qui attend patiemment qu’elle meure sous l’emprise de médicaments qui vont bloquer son corpos entièrement jusqu’à la mort. On sait que le tueur a d’autres femmes en ligne de mire, il les nomme « Les Ignorantes ». Pourquoi ? On ne le découvrira qu’à la fin.
 
On assiste à chaque meurtre transformé en accident. Et là… bang !! on se rend compte que ce tueur est vraiment très malin et méticuleux. Car en effet, chaque mort n’a aucun lien avec un possible meurtre. Ce sont toujours de « bêtes accidents ». On ressent donc le côté malsain de l’assassin.  Ce que l’on ne sait pas c’est pourquoi il s’en prend qu’à des femmes qui ont la même nature.
 
Bon, vous imaginez donc qu’il est difficile de lâcher un livre comme ça, à suspense, sans en connaître un peu plus à chaque fois.
 
L’intrigue est bien mise en place.
 
Les personnages sont intéressants pour différentes choses pour chacun d’entre eux. On apprécie la détermination de Kacey Lambert que tout ceci intrigue, même si la peur la tenaille. Son personnage apporte beaucoup d’intérêt à l’histoire. Un personnage qui va prendre soutien auprès de Trace O’Halleran, éleveur de bétails sexy comme un dieu qui élève seul son fils qui est sa raison de vivre. Il a un certain passé, ce qui apporte là aussi de l’intérêt au personnage même si vous vous en doutez certainement, l’auteur nous perd un peu sur ce personnage à savoir justement ce qu’il cache.
 
Les inspectrices Selena Alvarez et Regan Pescoli (qui, pour information, font partie d'une série d'enquêtes que l'on retrouve avec cet auteur). Alors là je dois bien vous avouer que c’est la partie du livre qui m’a le moins séduite et où je suis donc restée mitigée sur ce point. Car ces deux inspectrices ne font strictement rien avancer à l’histoire. Et les scènes où elles sont impliquées restent toujours très lentes. Elles sont beaucoup plus impliquées dans leurs familles respectives que pour leur travail. Du coup, j’ai été un peu déçue par ces deux personnages et le fait que l’auteur ne les implique pas suffisamment dans le dénouement de l’intrigue.
 
Le décor, lui, est bien planté par l’auteur. Période de Thanksgiving, dans un Montana neigeux voir glacé.
 
C’est la deuxième fois que je lis Lisa Jackson,
j’aime son style et le suspense est à son comble. Je dois avouer par contre
 que j’ai préféré ma première lecture Ce que cachent les murs à celle-ci. 
 
 

 

 

 

 La 1ère phrase du livre :

 

Parfois, on gagne, parfois on perd...et ce soir, songea Shelly Bonaventure, j'ai perdu...

 

 

 


 
 
 
mosaic
 
Challenge Thrillers et Polars
1/15
 
88055171 p

 

 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 11:36
 
Je viens de m'apercevoir que je n'avais pas encore parlé
de ce challenge Thrillers & Polars organisé par Liliba.
 
88055176 p
 
 
Ah, il est désormais connu de tous ce challenge puisque c'est sa 2ème année.
 
Je ne m'étais pas inscrite l'année dernière car je n'aime pas avoir trop
de challenges en cours mais il me tentait déjà beaucoup
car je suis une grande amatrice de thrillers et polars.
 
Du coup, pour cette année, c'est chose faite. Je m'y suis inscrite.
 
Il démarre du 05 juillet 2013 jusqu'au 05 juillet 2014.
 
Plusieurs catégories pour ce challenge, trois en tout :
 
Touristes planqués : 8 thrillers ou polars
Téméraire du dimanche : 15 thrillers ou polars
Même pas peur : 25 thrillers ou polars
 
Je me suis inscrite dans la catégorie "Téméraire du dimanche".
 
C'est parti pour une année de sueurs froides, 
vous retrouverez comme d'habitude le suivi de ce challenge
parmi mes autres challenges en cours
(pages spéciales challenges à voir sur la bande droite de ce blog).

Et pour avoir plus d'infos sur ce challenge ou encore vous y inscrire,
cliquez ci-dessous pour aller sur le blog de Liliba.
 
88055171 p

 

 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0

  • : 1er Chapitre
  • 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs