Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 20:28

328535De David Safier

Format : Broché
Editeur : France Loisirs avec l'autorisation des Presses de la Cité
Collection : Piment
Pages : 400
Parution : 2009

Animatrice TV, Kim est au sommet de sa gloire quand elle est écrasée par une météorite. Dans l’au-delà, elle apprend qu’elle a accumulé beaucoup trop de mauvais karma au cours de son existence : mauvaise mère, épouse adultère, harpie en escarpins. Pour sa punition, elle se réincarne en fourmi. Le pire reste à venir : de ses minuscules yeux d’insecte, elle voit une autre femme la remplacer auprès de sa famille. Elle doit vite remonter l’échelle des réincarnations. Mais, de fourmi en bipède, la route est longue…

Voici un livre cocasse et émouvant à la fois.

Kim Lange est animatrice d’un talk show très célèbre en Allemagne, et pour arriver à ce poste elle n’a pas hésité à pratiquer les coups bas les plus féroces auprès de ses collègues. Elle a les dents longues et n’hésite pas à évincer ceux qui pourraient la gêner.
Côté famille, Kim Lange, est maman d’une petite fille Lilly et mariée à Alex. Entre eux ça ne va pas très fort étant donné que Kim ne pense qu’à sa carrière et que pour elle l’adultère est une chose courante. Kim s’occupe aussi de moins en moins de sa fille Lilly.
Le jour des 5 ans de Lilly, Kim ne va pas hésiter à laisser sa fille seule fêter son anniversaire avec Alex (le mari de Kim). Elle va partir au matin même car elle doit recevoir la récompense du prix de la meilleure animatrice TV.  Ce jour-là, ou plutôt ce soir là, Kim va mourir. Un morceaux d’une station orbitale pas totalement désagrégée dans l’espace va lui atterrir sur le crâne. De là, elle va voir certains moments de sa vie défiler, et une lumière blanche puissante qui va la rejetée. Et puis elle va se réveiller, mais avec une tête énorme, un arrière-train insensé, et 2 longues antennes… Elle va se retrouver réincarnée en fourmi. Et devant elle va apparaître Bouddha qui lui apparaît dans l'enveloppe d'une fourmi. Etant donné que tout au long de sa vie elle a accumulé du mauvais karma, elle sera au bas de l’échelle de la réincarnation.
Elle va vivre d’éprouvantes situations en étant fourmi, et se rendre compte qu’être fourmi n’est pas franchement rigolo puisqu’en fait elles travaillent tous le temps. Bien sûr, elle va continuer de penser et parler humain. Mais personne d’autres parmi les fourmis n’est comme elle réincarnée… Si, sauf une personne qu’elle va rencontrer ! Il s’agit d’un personnage très connu, puisque ce n’est autre que le fameux Casanova ! Ils vont bientôt comprendre que pour sortir de la peau de fourmi il faut parcourir un long chemin pour gagner du bon karma et pouvoir de réincarnation en réincarnation peut-être changer d’apparence.
Lorsqu’elle est devenue fourmi, Kim n’a eu qu’une seule idée en tête. Retrouver sa famille, car très vite elle se rend compte qu’elle ne va plus vivre auprès de sa fille, qu’elle va rater de grands moments de sa vie, ne pas être auprès d’elle lorsqu’elle va grandir. Et puis qu’elle ne vivra plus non plus aux côtés de son mari. Elle va trouver le chemin pour être près de sa famille tout en étant réincarnée en fourmi puis dans d’autres enveloppes corporelles. Elle va bientôt voir une autre femme tentée de prendre sa place auprès de son mari et de sa fille. Et se rendre compte que cette femme va faire du bien à sa famille.
Alors pour Kim, toujours aidée de Casanova, va tout faire pour gagner du bon karma et pourquoi pas un jour renaître sous une autre apparence et pouvoir ainsi regagner son foyer et l’affection de sa fille et de son mari.
Pour Kim, commence alors le long chemin de la rédemption.
Et chutt, je ne peux vous en dire plus car il se passe dans ce livre un tas de choses.  

Voici le 1er roman de David Safier, qui est donc à la fois rocambolesque, truffé d’humour et pourtant portant sur un thème triste. Il aborde donc le thème de la réincarnation et toute son échelle sous différentes formes humaines. Outre le côté très drôle de ce livre, car il y a des petites pépites à l’intérieur de ce livre, on y trouve une morale dans cette histoire. Puisque bien évidemment, Kim se rend compte des erreurs qu’elle a faites dans sa vie et que désormais sa fille va vivre triste sans maman. On se prend au début de ce livre, à détester Kim qui est égoïste et qui ne pense qu’à elle et à sa carrière et qui n’hésite pas à laisser sa famille au jour de l’anniversaire de sa fille. Puis petit à petit on s’attache à elle, elle va changer d’attitude et aider son prochain. Toujours affublée de Casanova, on trouve dans ce livre, les pensées de Casanova, qui lorsqu’il est fourmi n’espère qu’une chose c’est d’au moins se réincarné en mammifère. Lui qui a toujours su charmer, séduire, il n’en peut plus d’être fourmi et de ne servir que la Reine des fourmis. Bref, c’est vraiment hilarant et émouvant à la fois. C’est un roman léger, qui se lit facilement. Et qui vous fera passer un moment super agréable. Et je vous prie de me croire, après cette lecture, vous ne regarderez plus les fourmis du même œil (surtout celles qui transportent des oursons gélifiés colorés dans jusqu'à une fourmilière, lol) et vous regarderez où vous mettez les pieds de peur d’écraser « un humain réincarné » ;-))))))) N'hésitez pas à lire ce livre drôle et émouvant !


Extrait lorsqu’elle se réveille réincarnée en fourmi
et que lui apparaît Bouddha dans l’enveloppe, lui aussi, de fourmi :


- Bouddha n’est pas une fourmi.
- J’apparais aux hommes sous la forme dans laquelle leur âme s’est réincarnée. Tu es réincarnée en fourmi, je t’apparais donc comme une fourmi.
- Réincarnée ? bégayai-je.
- Réincarnée, répéta Bouddha.
- D’accord, d’accord, d’accord, m’empressai-je d’acquiescer avant que mon cerveau n’éclate. Supposons que je croie à tout ça, ce qui bien sûr n’est pas le cas, parce que c’est tellement absurde qu’il est impossible d’y croire et que par conséquent, je ne peux pas le croire, même si…
- Où veux-tu en venir ? m’interrompit Bouddha.
J’essayai de raccrocher les wagons :
- Si... si tu es Bouddha, et si je suis réincarnée… alors, pourquoi en fourmi ?
- Parce que tu n’as pas mérité autre chose.
- Qu’est ce que ça veut dire ? Que je n’étais pas quelqu’un de bien ? dis-je avec colère.
Je n’avais jamais pu supporter les humiliations.
Bouddha se contenta de me regarder, sans cesser de sourire.
- Les dictateurs ne sont pas des gens bien ! protestai-je. Les politiciens non plus, ni, à mon avis, les programmateurs de télévision, mais sûrement pas moi !
- C’est pourquoi les  dictateurs se réincarnent en autre chose, répliqua Bouddha.
- En quoi ?
- En bactéries intestinales.
Tandis que j’essayais de m’imaginer Hitler et Staline s’ébattant à l’intérieur d’un côlon, Bouddha plongea son regard dans mes trois petits yeux frontaux.
-  Mais les êtres humains qui n’ont pas été bons pour les autres reviennent sous forme d’insectes.
- Qui n’ont pas été bons ?
- Qui n’ont pas été bons.
- Je n’ai pas été bonne pour les autres ?
- Exactement.
- D’accord, d’accord, je n’ai peut-être pas toujours été parfaite. Mais qui l’est ? demandai-je avec aigreur.

[…] "

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 12:58
grandmerejadeDe Frédérique Deghelt  Coupdecoeur

Format : Broché
Editeur : Actes Sud
Collection : Un endroit où aller
Pages : 391
Parution : janvier 2009


J’ai beaucoup lu, depuis très longtemps. Je suis une lectrice assidue, une amoureuse des livres. On pourrait le dire ainsi. Les livres furent mes amants et avec eux j’ai trompé ton grand-père qui n’en n’a jamais rien su pendant toute notre vie commune. Jade eut l’impression que Mamoune lui assénait cette révélation comme si elle avait fait le trottoir, transformant la lecture en une activité inavouable.

Enorme coup de cœur pour moi. J'ai fais cette lecture et préparé ce billet au cours du dernier trimestre 2009 mais je n'avais toujours pas fait paraître mon billet, donc pour moi c'est un gros coup de coeur 2009.
Ce roman est d’une rare délicatesse.

Jeanne, 80 ans, surnommée Mamoune, vit seule dans ses alpages depuis le décès de son époux. Mamoune a 3 filles et un fils qui vit à l’autre bout du monde. C’est le père de Jade, jeune femme de 30 ans, journaliste.
Mamoune s’évanouie et tombe, et ne sait pas pourquoi elle est tombée. Ses filles décident qu’il est dangereux qu’elle reste seule désormais et veulent donc la placer en maison.
Jade ne souhaite pas que sa grand-mère soit placée en maison médicale et prend la décision, sur un coup de tête, de la kidnapper avant que ses tantes ne placent Mamoune.
Mamoune emménage donc dans l’appartement parisien de Jade, qui vient de se séparer de son compagnon.

De là, commence un récit sur leur cohabitation. Extraordinaire !
Ce récit est à deux voix. Les impressions de Jade, sa vie. Et les impressions de Mamoune, et sa nouvelle vie parisienne.
Jade va découvrir une autre facette de sa grand-mère. Sa Mamoune qui sent si bon la rose et la violette, a bien caché son jeu pendant de nombreuses années. En effet, la catégorie sociale de Mamoune ne lui permettait pas de s’instruire et encore moins de lire. Mais l’amour des livres, a fait, qu’elle a toujours lu en cachette. Jamais personne n’avait découvert ses amants, ses livres.
Jade qui pensait être à l’ opposer de Mamoune va découvrir des liens très forts entre elles. Et Jade qui a écrit un livre refusé dans les maisons d’éditions se voit proposer de l’aide par Mamoune. Mamoune va essayer de corriger quelques erreurs et ensuite faire quelques demandes dans des maisons d’éditions.
Mamoune va découvrir la vie parisienne, internet. Jade va la guider, et Mamoune va s’ouvrir au monde. Elle qui était toujours restée dans ses alpages.
Je vais m’arrêter là sur la description de l’histoire, car en effet l’histoire est vraiment très belle car Jade, cette jeune femme, prend grand soin de sa grand-mère, chose qui est très rare. Et elle le fait avec beaucoup de délicatesse sans vouloir offenser sa grand-mère. Mais en plus de cette histoire, le texte est lui aussi splendide. En effet, en tournant les pages du livre, l’auteure nous fait part de superbes réflexions sur la vie, la vieillesse, sur les livres, sur les lecteurs, …. J’ai pris plaisir à relire certains passages pour bien m’en imprégner tellement ils étaient beaux. Et d’ailleurs j’ai même beaucoup de mal à faire ce billet. Ce livre est tellement riche…. et les phrases tellement belles et tellement vraies !

Un livre déroutant. 

J’ai relevé quelques extraits vous comprendrez mieux :

 

Réflexion de Mamoune

"Quand il m’arrive de relire un livre quelques mois ou quelques années plus tard, ce n’est jamais la même phrase qui attire mon attention… Comme si la lectrice d’autrefois était venue ce jour-là avec d’autres désirs, d’autres intentions."

Réflexion de Jade

"Ce soir là, Jade refusa de dîner avec elles en leur expliquant très vite, mais ce fut plus long qu’elle ne l’aurait voulu, qu’elle devait rejoindre sa grand-mère nouvellement installée chez elle. Curiosité, consternation, effarement, incompréhension… Et surtout derrière les mines sceptiques qui s’affichaient, elle lut de la peur. Qu’elle ait vingt-cinq ou quarante-cinq ans, chacune d’entre elles s’imagina un instant vivre avec sa propre grand-mère… Les commentaires ne tardèrent pas." 

Réflexion de Mamoune

"Quand je lis, je n’ai plus d’âge, je suis à temps dans la vie des personnages, j’épouse, me sépare, je trahis aussi, ou je me trompe. Jeune, quand il m’arrivait de lire une épopée, je vieillissais avec les héros en traversant avec eux les turpitudes de la vie. Aujourd’hui je remonte le temps avec eux, je rajeunis, mais, nourrie de mon expérience, je perçois des écueils, je sais les pièges dans lesquels ils se précipitent."

Je trouve ces extraits tellement vrais et tellement beaux ! 

Vous l’aurez compris, pour moi c’est un énorme coup de cœur. Et difficile d’en faire un beau billet en comparaison avec les jolis mots dont l’auteure nous a comblé. C’est un livre à découvrir pour ceux qui ne l’ont pas encore fait. C’est un livre tellement poignant sur les relations inter-générations. Les thèmes abordés nous laissent en pleine réflexion. Un livre qui m’a profondément touché. Ce livre ne vous quittera pas même une fois lâcher. Voilà je pourrais faire d’autres éloges, mais je vais finir sur  : C’est un superbe hommage ! Aux êtres humains, aux mots, aux livres, aux lecteurs…

Merci Frédérique Deghelt.

Nombreux avis, voir les liens sur BOB

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 12:35
41qE7sWGunL__SS500_.jpgDe Michel De GrèceCoupdecoeur

Format : Broché
Editeur : JC Lattès
Pages : 353
Parution : novembre 2008



Voici l’extraordinaire aventure du plus grand cambriolage de l’Histoire de France.

 Paris, septembre 1792. Alors que la France entière craint la guillotine, le garde-meuble de la place de la Concorde abrite les joyaux de la couronne. Plus de dix mille pierres précieuses et diamants, dont le célèbre Régent, le plus gros diamant du monde, sont là, à portée de main… Une bande de brigands, avec à leur tête un gentleman escroc et une espionne anglaise, va tenter le casse du millénaire. Les corruptions au plus haut sommet de l’Etat leur réserveront bien des surprises…
En puisant aux sources d’archives méconnues, Michel de Grèce nous conte la plus rocambolesque des enquêtes policières, tout à la fois roman d’amour, roman d’espionnage et fresque palpitante du Paris révolutionnaire, où s’affrontent sans merci une femme, son amant, un commissaire et un homme politique. Mais les diamants, objets de toutes les convoitises, aux pouvoirs sans limites, restent le personnage principal. 

J’ai grandement apprécié cette épopée révolutionnaire. Bon, ça va être difficile de résumer ce roman tellement il est dense et vous imaginer bien qu’au moment de la révolution il s’en est passé…

L’histoire débute au printemps 1789, la France est à feu et à sang, en faillite, et le Roi convoque les Etats Généraux (c'est-à-dire clergé, noblesse et tiers état) pour débattre des problèmes du pays et donc de sa faillite. L’ouverture de ces Etats Généraux commence par une procession dans les rues, souverains fardés de leurs plus belles parures.
Tout le monde se précipite dans les rues pour voir cette procession. Parmi la foule se trouve Anne-Louise Roth, joaillière à Paris, mais surtout espionne pour le compte des Anglais. Elle est accompagnée de Lord Carrington tout autant espion et ancien compagnon d’Anne-Louise avec qui elle a eu un fils qui est désormais placé en pensionnat non loin de Paris afin de poursuivre leurs actions d’espionnage. Anne-Louise est plutôt intéressée par les nombreux diamants et autres pierreries qu’arborent les souverains que par la procession elle-même. 
Les années passent, l’année 1791 s’écoule, le couple Anne-Louise et Lord Carrington poursuit leurs investigations afin d'être à l'affut des plans instaurés par la France pour se relever de la faillite et du coup en faire part à l’Angleterre. Anne-Louise devient l’amante d’ Yvon Rébus, qui sera nommé secrétaire du futur Ministre révolutionnaire de l’Intérieur Roland en 1792.  
La France craint la guillotine.

Année 1792 justement, les joyaux de la couronne soit plus de 9000 diamants, 500 perles, 200 rubis, 150 émeraude, 135 saphirs et j’en passe mais surtout le Diamant bleu de la Couronne, le Côte de Bretagne, le Sancy et le Régent (diamant d’environ 140 carats) sont entreposés au garde-meuble de la royauté, place de la Concorde.

La France et l’Angleterre ont chacun leurs espions, le Roi de France entre en contact avec ses espions placés en Angleterre grâce à des phrases codées et il a dans un coffre la liste de noms des espions Français en Angleterre. Mais avant que la fureur gagne Paris, le Roi veut s'enfuir et demande à ce que la liste soit placée en sécurité parmi les joyaux et ainsi il l’a récupérerait plus tard. La fureur est toujours installée sur Paris après et à cause aussi de la fuite du Roi et de la Reine. Le Roi et la Reine sont emprisonnés et les révolutionnaires mettent à feu et à sang Paris et il y plane une haine meurtrière, ce sont les massacres de septembre 1792.

Anne-Louise et Lord Carrington on apprit que la fameuse liste a été cachée parmi les joyaux. Pendant cette période de massacre, l’enfant d’Anne-Louise et de Carrington qui était donc en garde non loin de Paris se retrouve mystérieusement kidnappé. Anne-Louise est totalement démoralisée, voit de moins en moins son amant Yvon Rébus.
Lord Carrington soulage Anne-Louise en lui faisant promettre de retrouver son fils, en contrepartie elle doit récupérer la fameuse liste d’espions pour l’Angleterre.

Anne-Louise rencontre un certain Paul Miette dans sa boutique de joaillerie. Paul Miette était en quelques sortes un Arsène Lupin de l’époque. Il lui demande de l’aider à faire le casse du siècle, voler les bijoux de la couronne. Anne-Louise est espionne mais pas voleuse, mais une chose l’intéresse dans cette affaire, la liste. Elle espère donc pouvoir retrouver son fils. Elle et Paul Miette vont s’entourer des plus grands escrocs et autres petits voleurs pour se lancer dans une aventure stupéfiante, le plus grand casse de l’Histoire. Le casse aura lieu sur 4 nuits à compter du 11 septembre 1792. L'équipe s’est entichée de plusieurs petits voleurs afin d’amener sur une mauvaise piste les probables enquêteurs. Sauf qu’au fur et à mesure de ces soirées les langues se délient et les petits voleurs en appellent d’autres et le 4ème soir ce sera de la folie. Ils seront en nombre incroyable, plus personne ne fait attention, ils feront du bruit…  Sur place Anne-Louise reconnaît quelqu’un parmi les voleurs, elle en est très surprise et choquée. Il s’agit de son fils. A ce 4ème soir, Anne-Louise, Paul Miette et d’autres compères vont alors partir du garde-meuble car le vol commence à devenir un fiasco et ils ont déjà bien amassé des trésors. Anne-Louise à subrepticement récupérer la liste qui l’intéressait. Mais des petits voleurs, éméchés, restés sur place au garde-meuble alors qu’ils auront amenés boisson et nourriture pour festoyer ce vol seront surpris et arrêtés. Le tri et la distribution pour chaque voleur avait été fait avant par Paul Miette qui a bien évidemment garder le meilleur pour lui et Anne-Louise, et à l’inverse de ce que l’on pourrait penser il ne garde ni le Régent, ni les autres grosses pierres. Bien évidemment il sait ce qu’il fait, ces pierres là sont tellement reconnaissables que personnes ne peut les vendre.

Et de là, avec l’arrestation de quelques voleurs, les langues vont se délier et petit à petit bon nombre de voleurs vont être arrêté. "Le vol sera connu de tous, la révolution s’était laissée prendre le Trésor accumulé par les rois de France".

La liste nominatives des espions Anglais, Anne-Louise ne vas pas la donner comme convenu à Lord Carrington. Elle s’est aperçu en voyant son fils parmi les voleurs que Carrington l’avait mené en bateau en soit disant rechercher partout en France son fils. Bien évidemment vous vous doutez que Lord Carrington ne va pas être content du tout.

Bref, qui va être accusé, ça je ne vous le dirais pas pour garder du suspense. Que va-t-il se passer pour Anne-Louise, pour Paul Miette, pour le fils d’Anne-Louise et pour chaque voleur…. Certains vont être jugé et pour le plus grand étonnement du peuple, la sentence ne sera pas celle habituelle à un vol mais ce sera une sentence lourde pour complot tendant à troubler l’Etat et donc pas d’emprisonnement pour ce crime mais la guillotine.

Je m’arrêterais là.  

Quelle épopée fabuleuse. Avec ce livre entre les mains, nous remontons le temps et nous sommes en pleine révolution française. L’auteur est bien documenté, c’est un livre historique mais aussi roman d’amour et d’espionnage. Mon résumé est long et j’en suis désolée mais avec des livres aussi bien fournis, il est très difficile d’en faire un résumé court. Et encore j’ai sauté pas mal de passages fort intéressants. J’ai aimé ces personnages. On y apprend aussi beaucoup de choses sur ce vol, sur le déroulement des procès où il y a eu bon nombre de corruptions ça je peux vous le dire…. Et hélas bien souvent de petits voleurs auront été guillotinés et ça, ça entrait dans le cadre de la corruption pour éviter l’échafaud à certains.

Vraiment ce livre est à découvrir.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 20:01
De Sophie Bassignac

Format : Broché
Editions : Denoël
Collection : Romans français
Pages : 228
Parution : mars 2008


Fenêtres sur cour dans un immeuble parisien…
Excentrique et rêveuse, Claire, observe, derrière ces « aquariums lumineux » où évoluent ses voisins, les coulisses de leurs tragédies muettes. Jusqu’au jour où, bouleversée par sa rencontre avec M. Ishida – énigmatique et séduisant japonais -, sa vie contemplative change brutalement d’étage. Dès lors, de soupçons en secrets révélés, Claire va devoir affronter la réalité. Une toute autre aventure… 

Claire Brincourt, trentenaire qui vit dans son petit monde comme dans un rêve, est correctrice dans une maison d’édition, elle guette les coquilles. Elle a une vie quasi tranquille, entre son travail et ses médecins, ses phobies et ses angoisses. Ah oui, depuis qu’elle est toute petite elle souffre de la peur d’être malade. Elle est aussi terrorisée par le bruit. On pourrait penser que c’est une fille névrosée lorsque certains collectionnent les porte-clés ou bien les capsules de bouteilles, Claire, elle, collecte les tics et habitudes des humains qui l’entourent. Claire réside à Paris, dans un immeuble où chaque appartement à une vue sur une cour intérieure. Et tel le film « Fenêtre sur cour », Claire observe et vit au rythme de ses voisins. Les gens l’intéressent. Et à dire vrai, chacun dans l’immeuble observe l’autre et s’écoute…

Elle assiste donc aux disputes à répétition de ses voisins du dessous, Antoine et Louise, toutes fenêtres ouvertes. Des disputes auxquelles leur petite fille Lucie assiste. Lucie que Claire garde parfois. Claire observe aussi les habitudes de M. Ishida,  séduisant japonais travaillant à l’ambassade du Japon qui occupe l’appartement face aux fenêtres de l’appartement de Claire. Elle a d’ailleurs beaucoup sympathisé avec lui, et apprécie passer des soirées en sa compagnie, autour d’un thé et souvent dans le silence. Donc Claire prend plaisir à suivre le cours de la vie de ses voisins jusqu’au soir où, prenant le thé chez son ami M. Ishida, elle aperçoit de la lumière dans l’appartement au-dessus de chez elle, un appartement qui était jusque là inoccupé. Claire est tout de suite terrifiée par le fait que ces nouveaux voisins là pourraient changer l’existence de Claire en lui faisant subir des tas de nouveaux bruits…
Depuis elle guette afin de découvrir s’ils sont plusieurs. Elle va découvrir que c’est un homme seul, elle va bientôt faire sa rencontre près de la loge de l’immeuble. Et à vrai dire, au fur et à mesure du temps elle le trouve plutôt encombrant. Elle qui n’aime pas recevoir chez elle, lui va réussir à s’y incruster. Elle est totalement surprise par elle-même, elle qui d’habitude ne laisse entrer personne, elle accepte que lui rentre dans son espace…. Claire s’interroge au sujet de ce nouveau voisin car il pose énormément de questions sur la vie personnelle des habitants de l’immeuble et surtout sur M. Ishida. Pourquoi s’intéresse t-il autant à M. Ishida ??

Et depuis l’arrivée de ce nouveau voisin tout dérape dans la vie de Claire, elle se sent traquée et suivie dès qu’elle sort de l’immeuble… Je ne peux vous en dire plus. 

Claire vit au rythme de ses voisins, observe leurs comportements et ça lui plaît… peut-être pour oublier son existence à elle, un peu fade à son goût. Elle est entourée de livres, d’ailleurs il y a quelques références littéraires. Un premier roman plaisant à lire, sans rien d’exceptionnel pourtant mais où on s’attache à Claire, jeune femme qui vit dans son petit monde.  Au début on se demande ce qu’il y a dans sa tête mais au fur et à mesure on la comprend mieux et on se prend d’attache à cette Claire qui court médecins, musées, qui observe le comportement des humains pour oublier sa solitude. Je ne dirais pas que c’est un roman marquant, mais une lecture agréable qui m’a fait passer un bon moment et on est pris dans l’histoire avec l’envie d’en connaître son déroulement car dès l’arrivée de ce nouveau voisin, Rossetti, tout change et tourne en semi thriller psychologique… mais chut… ;-)

 

Extrait :

Lors de ces premières rencontres avec son nouveau voisin du dessus

[…]

-Je corrige des manuscrits pour un éditeur.
-Je comprends mieux. Vous travaillez chez vous, le nez dans les bouquins toute la journée…
-Oui et alors ?
- Oh ! Rien, Je me demandais comment vous viviez. Je vous aperçois dans l’escalier avec votre petit cartable. Dans la cour, avec votre sac-poubelle. Vous vivez dans une sorte de camp retranché dans cet immeuble, avec vos bouquins, comme… »
Il allait dire comme les vieux mais il n’osa pas. Pourquoi cette agressivité entre eux ? Son but était de la mettre en confiance et ils ‘apercevait qu’il faisait l’inverse. Le regard de Claire s’était éteint comme la lumière qu’on coupe dans une pièce qu’on quitte. Elle se leva pour lui signifier que l’entretien était terminé. Elle se sentait lessivée. Ces réflexions sur les livres, toujours les mêmes depuis des années qu’elle les entendait, c’était déprimant. « Je ne voulais pas vous blesser, di Rossetti en se levant.
- Je suis habituée. Les gens qui n’ouvrent jamais un livre ont toujours les mêmes réflexions sur les gens qui lisent. C’est un peu lassant, c’est tout.
- Que leur répondez-vous ? » dit-il pour l’encourager, pour que cette rencontre ne soit pas un fiasco total et pour en préparer une autre, possible.
Claire prit deux livres sur une étagère, un dans chaque main.
« Il y a autant de différence entre celui-ci et celui-là qu’entre vous et moi. Avec les livres, un jour vous êtes à Prague en 1912 avec de jeunes intellectuels juifs, le lendemain à Tokyo en 1823 et vous devisez dans une maison de thé avec des geishas, à Paris en 1930 dans les beaux quartiers ou à New York en 1896 dans la tête d’un jeune roturier ambitieux…
Quel être humain pourrait me proposer de tels voyages, quelle vie me permettrait de faire autant de rencontres ? »
Claire se tut. Son cœur battait la chamade. C’était un sujet qu’elle abordait le moins possible tant il la rendait fébrile. […]

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 14:18
De Kate MortonCoupdecoeur

Format : Broché
Editeur : France Loisirs avec l'autorisation des Presses de la Cité
Collection : Roman
Pages : 738
Parution : 2008

Une enfant abandonnée… Sur un bateau en partance pour l’Australie, une petite fille de 4 ans se cache, terrorisée. Elle ne doit pas parler, pas bouger. Elle attend la conteuse, une femme mystérieuse qui lui a assuré qu’elle reviendrait. Mais le navire lève l’ancre et la conteuse n’est pas revenue…

Un terrible secret… La nuit de son vingt-et-unième anniversaire, une bouleversante révélation change la vie de Nell à jamais. Des années plus tard, elle part en Angleterre, à  la recherche de ses origines.

Un étrange héritage… A la mort de Nell, sa grand-mère, Cassandra hérite d’un mystérieux cottage en Cornouaille dont le jardin secret pourrait bien apporter les réponses au mystère d’une petite fille abandonnée…
 

C’est bien par hasard que j’ai acheté ce livre car ne connaissant pas du tout l’auteure….. Mais la 4ème de couverture me plaisait assez donc pourquoi pas.
Et j’ai eu bien raison de sélectionner celui-ci car il ne m’a pas du tout déçu bien au contraire !
Je l’ai savouré ce livre. J’ai vraiment adoré cette histoire et la présentation également car dans les pages de ce roman de plus de 700 pages (disons-le) s’est glissé des contes.  Et je ne vous dirais rien concernant ces contes, mieux vaut le découvrir par vous-même. Roman très dense donc difficile à résumer... 

1913, c’est l’histoire de Nell, une enfant abandonnée par une femme, sur un bateau en partance pour l’Australie avec pour seul bagage une petite valise blanche. Elle a à peine 4 ans. Elle sera, à son arrivée,  recueillie par un couple. Lui,Hugh, a vu ce petit bout de 4 ans, seule, sur le port. Il l’a ramené au domicile conjugal. Grandissant, elle n’aura aucuns souvenirs de cette « adoption ».

1930, l’anniversaire de Nell, elle a 21 ans. Sa mère adoptive est décédée depuis peu, son père adoptif, Hugh, décide qu’il est temps de lui dire ce secret qu’ils ont gardé pendant 17 ans et il lui remet la petite valise blanche avec tout les souvenirs qu’elle contient dont un livre de contes. Peu à peu en découvrant le contenu elle se souvient, d’une conteuse et du bateau… Mais pourquoi cette conteuse l’a-t-elle abandonnée en lui disant de se cacher, qu’elle allait revenir ? Et qui était cette femme ?

1975, Nell cherchera ses vraies origines. Elle partira en Angleterre quelques semaines. Nous allons suivre ses démarches.

2005, c’est l’histoire de Cassandra, la quarantaine, petite fille de Nell, qui depuis des jours et des jours ne quitte pas l’hôpital où sa grand-mère Nell, 95 ans, est alitée. Elle est pleine d’amour pour sa grand-mère car c’est elle qui l’a élevé depuis ces 10 ans (en1976,  sa mère l’avait déposé pour une quinzaine de jours de vacances avec Nell, et Cassandra  n’avait quasiment jamais vu Nell ; sa mère n’est jamais revenue la chercher, elle a préféré refaire sa vie avec un autre homme). Nell fermera les yeux sur son lit d’hôpital.

Cassandra va alors hériter d’un cottage en Cornouailles dont le jardin secret pourrait bien lui révéler des réponses aux mystères qui entourent ses aïeuls et plus particulièrement ses aïeules. Nell avait ce cottage, elle n’en avait jamais fait part à Cassandra, et à priori elle n’avait même jamais quitté l’Australie depuis qu’elle avait Cassandra avec elle ……Cassandra cherche à comprendre.

1900, c’est l’histoire de………

 Je ne peux pas tout résumer car il faut découvrir cette histoire superbement construite page après page. Et pas évident non plus a résumer car l’on passe d’une époque à une autre.

C’est un livre passionnant qui vous fera voyager à travers le temps et traverser les différentes époques de ces enfants devenues femmes à la recherche de leur passé et ancêtres.

On va découvrir l’histoire des ancêtres de Nell, famille bourgeoise des années victoriennes en Angleterre. Histoire d’une famille avec ses secrets inavouables au sein d’une telle classe sociale, ses tragédies et ses rancœurs aussi. On est captivé par cette histoire et on plonge avec délice dans les vies et les sentiments de chaque personnage de ce livre.

 

Bref, vous l’aurez compris, ce livre est pour moi un gros coup de cœur, enthousiasmée dès les premières pages même si le fait de passer d’une époque à une autre était un peu déstabilisant aux premièrs instants de ce roman. Il nous tient en haleine jusqu’à la dernière page et on regrette de l’avoir terminé tellement on s’attache aux personnages. Très bien écrit, facile à lire, ce livre est passionnant.

Par contre, j'ai acheté ce livre aux Editions France Loisirs. C'était une avant-première, le livre devrait paraître aux Presses de la Cité en octobre prochain. Autrement vous pouvez déjà le trouver facilement en anglais "The Forgotten Garden".

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 13:36
De Brad Watson

Format : poche
Editeur : Le Livre de Poche
Collection : Littérature et documents
Pages : 448
Parution : mars 2007

Finus Bates est tombé amoureux de l’élégante Birdie Wells, un jour de 1917 où il l’a vue faire la roue, toute nue au milieu des arbres, aux environs de Mercury, petite ville endormie du Mississipi. Il a continué de l’aimer quatre-vingts ans durant : pendant leurs mariages respectifs, au moment de la mort mystérieuse et prématurée de Earl, le mari volage de Birdie. Somptueuse peinture de l’amitié de toute une vie, d’une passion toujours vive, d’affrontements conjugaux et de compromis, de l’âge qui vient, Le Paradis perdu de Mercury dépeint brillamment les bonheurs de l’existence.

Un monde superbe, merveilleusement décrit [...]. Un livre qui fascine par sa puissance, sa maîtrise et son propos.
François Busnel, Lire

A l'instar des grans romans de Faulkner, de Giono ou de Garcia Marquez, Le Paradis perdu de Mercury nous parle d'un lieu minuscule qui, par la grâce de l'écriture, l'envoûtement du récit, est aussi vaste que le monde, aussi familier que nos propres vies. Michèle Gazier, Télérama

Je remercie Blog o Book et Le livre de Poche de m'avoir permis de découvrir cet auteur. 1er roman de Brad Watson, qui a été finaliste au National Book Award. Et pas évident de résumé ce roman tellement il est dense !

L’auteur décortique la vie locale de Mercury, petite ville du Mississipi. Lui-même est né dans une ville du Mississipi et il s’en serait inspiré.

Deux personnages guident la trame du livre, Finus Bates, journaliste d’un journal local et notamment des rubriques nécrologiques ; et Birdie Wells, femme au foyer. A travers l’amour que Finus porte envers Birdie depuis ce jour de 1917 où adolescent il l’a vu faire une roue en tenue d’Eve en plein cœur d’une clairière, nous découvrons la vie de la ville de Mercury sur quasiment un siècle.

En fait, nous découvrons la vie de tous ceux qui entoure Finus et Birdie. Chaque chapitre, pas particulièrement référencés dans l’ordre chronologique, nous conte une scène de vie d'un de leurs proches ou habitants de la ville de Mercury, qu’ils soient bons ou mauvais, qu’ils soient noirs ou blancs. Et au cours du siècle, la vie n’a pas été la même pour les blancs et les noirs, les noirs n’ont pas eu les privilèges des blancs… C’est des tranches de vie de : Finus tombé amoureux de Birdie et qui le sera toute sa vie durant malgré qu’il soit marié à une autre femme. Birdie, qui s’est mariée jeune à Earl, qu’elle sait être un mari volage, mais elle s’en accommodera. Earl, marchand de chaussures et mari volage de Birdie, entouré d’une famille haineuse et qui mourra jeune d’une façon plutôt mystérieuse ce qui sera aussi un fait du roman. Avis, la femme de Finus, qui lui aura plutôt mis le grappin dessus sans que celui-ci en soit amoureux. Creasie, la domestique de Birdie et Earl ; une femme noire qui restera toute sa vie durant la domestique de la famille et qui tant bien que mal résistera aux méandres de la vie d’une femme noire américaine en ce « milieu » de 20ème siècle. Le vieux Junius, père de Earl, qui abusera de Creasie. Parnell Grimes, l’embaumeur de cette petite ville qui a bien d’étranges secrets à nous révéler. Et encore bien d’autres histoires liées à ces personnages. Des tranches de vies qui ne seront pas spécialement heureuses. L’auteur aborde différentes facettes de la vie, l’amour, l’amitié, le bonheur, l’envie, la jalousie, le vieillissement, la haine, la mort…


Tous les chapitres sont liés ensemble ce qui forme ce beau roman.  Malgré quelques lenteurs dans certains chapitres, ce livre vous prend et vous transporte dans cette ville poussiéreuse perdue dans le Mississipi. Le réalisme de la vie des blancs et des noirs y est fort bien conté, le labeur des noirs, le privilège des blancs.
On s’attache à ces nombreux personnages, à ces bribes de vie d’hommes et de femmes d’un état ségrégationniste du sud de l’Amérique. On s’attache à Finus, cet homme qui par son travail de journaliste nécrologique vivra continuellement avec la mort. Et qui sera amoureux de la superbe Birdie pendant près de 80 années mais cet amour ne pourra se concrétiser. La mort de Earl viendra ajouter une enquête au roman. Voilà un beau roman où se mêlent aux habitants de Mercury les fantômes de ceux qui y ont vécus……

L'avis de
Flo - Au fil des pages

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 11:26
De Jean Teulé

Format : Broché
Editeur : Julliard
Pages : 352
Parution : mars 2008


Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C’était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan.
Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu’il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l’homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, aux emprisonnements, à la ruine, aux tentatives d’assassinat, il poursuivit de sa haine l’homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme.

Il fallait le talent et la verve de Jean Teulé pour rendre hommage à cet oublié de l’histoire – personnage hors du commun – qui, l’un des tout premiers, osa affronter à visage découvert le pouvoir absolu de son époque.

Je suis plutôt mitigée sur ce livre même si j’ai quand même bien apprécié sa lecture. Premier livre de Jean Teulé que je lis, une lecture amusante.

Ce livre nous permet donc de découvrir le mari de La Montespan, un mari cocu qui n’a pas beaucoup intéressé les auteurs auparavant.

Louis-Henri de Pardaillan rencontre Françoise-Athénaïs de Rochechouart de Mortemart,  celle qui deviendra La Montespan. Ils vont se marier rapidement après leur rencontre, s’aimer à la folie et consommer leur union . Ils ont un premier enfant. Montespan va devoir s’absenter à la guerre car autrement la ruine va les accabler dû à leurs dettes de jeux. Il revient plus ruiner qu’avant. Le couple aura un 2ème enfant. Puis Montespan repartira pour une autre guerre, espérant là, gagner de l’argent. A son retour il découvre sa femme de nouveau enceinte mais comprend bien que ce n’est pas lui le père. Pris de fureur, il découvre que celle-ci n’est autre que la favorite, la maitresse du Roi. Et oui, Françoise-Athénaïs devenue donc La Montespan, était attirée par le luxe et la gloire et s’est retrouvée dans les draps du Roi, séduite par les cadeaux qu’il pouvait lui faire. La marquise de Montespan va désormais séjourner dans les appartements du Roi et va se soumettre à tous les désirs charnels du Roi.
Mais en homme fier et toujours épris de sa femme, notre mari cocu Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan, ne va pas laisser sa femme dans les bras de Louis XIV . Il va refuser tous les cadeaux qui lui sont faits en contre partie de sa femme. Il va refuser toute la fortune qui lui sera proposée par le Roi, par amour pour sa femme. Pourtant d'autres courtisants rêveraient que leurs épouses soit la favorite du Roi... Il va orner son carrosse de cornes et mener front contre l’homme qui a le plus de pouvoir en France. Il va faire scandale partout où il passe. Il va être la risée de tous. Bientôt notre marquis de Montespan sera emprisonné, puis exilé sur ses terres.

Mais bon difficile de résumer tout ce qui se passe, et je ne peux pas non plus tout vous révéler.

 Bref, un avis partagé car certes j’ai apprécié cette lecture facile, rapide. J’ai aimé tout ce côté cocasse avec ce mari cocu qui essaye de récupérer sa femme par tous les moyens. On s’attache à ce personnage du Montespan qui toute sa vie durant va être amoureux de sa femme et espérera qu’elle lui revienne. Cet homme qui va essayer de s’occuper tant bien que mal de ses enfants. Et qui sera lâchement abandonné par sa femme qui pense plus à son luxe qu’à sa famille. On sourit beaucoup tout au long du livre, beaucoup d’anecdotes.
En fait ce qui m’a un peu déplu c’est beaucoup de détails sur les mœurs très légères de l’époque et les dessous de jupons…. On a quasi que ça dans la première partie du livre………….. On aurait très bien compris sans autant de détails, et d'ailleurs je ne suis pas certaine que certains mots soient déjà utilisés à l'époque ;-) Mais une fois passé tout ce côté scabreux, on prend plaisir à la lecture et à la découverte de la vie de cet homme qui a tenu tête au Roi Louis XIV et qui a aimé, éperdument, sa femme.
D'autres avis : 
Liliba, Yspaddaden, Ankya, Craklou, Restling

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 11:33
De Katherine Pancol

Format : Broché
Editeur : Albin Michel
Collection : Littérature générale
Pages : 688
Parution : février 2008


Ce livre est une bourrasque de vie...

Un baiser brûlant du seul qu'on ne doit pas embrasser. Deux bras qui enlacent ou qui tuent. Un homme inquiétant, mais si charmant. Une femme qui tremble et espère ardemment... Un homme qui ment si savamment. Une femme qui croit mener la danse, mais passe son tour. Des adolescents plus avertis que les grands... Un homme qui joue les revenants. Un père, là-haut dans les étoiles, qui murmure à l'oreille de sa fille... Un chien si laid qu'on s'écarte sur son passage. Des personnages qui avancent obstinément comme des petites tortues entêtées qui apprendraient à danser lentement, lentement dans un monde trop rapide, trop violent...

On retrouve avec plaisir nos héros du livre Les Yeux jaunes des crocodiles pour ce 2ème volet, avec Joséphine, Iris, Zoé, Hortense, Marcel, Josiane, la Cure-dent...
Ils ont tous avancé dans la vie ou presque, la Cure-dent en est toujours à ses coups de vengeance .

Notre Joséphine a donc gagné beaucoup d'argent avec la sortie de son livre et s'est installée sur Paris avec Zoé, sa fille, qui a comme qui dirait attrapé le zazazou (je vous laisse découvrir ce que cela signifie dans le livre). 
Une partie des personnages déménage à Londres, Hortense, Gary, Shirley. Joséphine continue sa thèse et côté amour elle ne sait que faire... Iris est soignée pour cause de dépression et en veut beaucoup à sa sœur de lui avoir volé sa vedette et d'autres choses... Marcel et Josiane filent le parfait amour en compagnie de leur petit garçon Junior qui aurait visiblement des pouvoirs assez hallucinants. Henriette, la Cure-dent, cherche par tous les moyens de se venger du bonheur de Marcel et Josiane.
Bref une nouvelle vie commence pour chacun des personnages.
Tout roule, sauf que pour Joséphine ça va commencer à se compliquer le jour où elle se fait agresser mais je ne peux pas tout vous révéler... Chacun des personnages va grandir un petit peu plus.

 

La suite des Yeux jaunes des crocodiles, où on retrouve avec plaisir nos personnages. Mais j'ai trouvé un début de livre un peu long... Puis passé les pages pour se remettre dans le bain, j'ai bien apprécié. Il y a un brin de « policier » dans ce 2ème volet dû à l'agression de Joséphine et des meurtres de personnes tuées selon le même mode d'agression de Joséphine. Et donc tout s'enchaîne.
En gros un peu plus lent, mais j'ai de nouveau apprécié cette lecture. On s'attache à ces personnages et lorsqu'on les avait quitté dans Les Yeux jaunes des crocodiles ont avait envie que tout s'arrange pour eux, donc de connaître la suite. 

D'autres avis, FlorinettePraline, Mot à Mots, Leiloona

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 18:34
De Maxence Fermine

Format : Broché
Editeur : Albin Michel
Pages : 174
Parution : février 2002


« Le goût du thé s'acquiert au fil du temps. Le poison de l'opium, lui, ne s'oublie jamais. »

 

C'est une route aux mille parfums, aux mille périls aussi : celle qui, partant de Londres, suit la voie des Indes pour se perdre irrémédiablement dans l'Empire de la Chine. Un périple que l'on nomme la route du thé.

Pour la première fois, en 1838, un homme va s'y aventurer, décidé à percer le secret des thés vert, bleu et blanc, inconnus en Angleterre.

Au fil de son voyage, il va rencontrer Pearle, un riche négociant irlandais, Wang, le gardien de la vallée sacrée, Lu Chen, l'invisible empereur du thé et Loan, une chinoise aux yeux verts qui porte, tatouée sur son épaule, une fleur de pavot.

Au terme de sa quête, l'opium.

Un amour que l'on ne choisit pas.


On s'embarque  sur la route du Camellia Sinensis

 Voici un livre pour tous les amoureux du thé.


Tout est décrit avec la 4ème de couverture.

La maison Stowe était réputée dans l'Empire Britannique et Charles est l'héritier de cette maison. Son père lui a laissé le goût de l'aventure, du commerce et la passion du thé. Il lui apprend tout au sujet du thé, les origines et les propriétés.

La maison Stowe père et fils achetait tout ce qu'elle  pouvait auprès des navigateurs pour avoir toutes sortes de thés, si bien que la boutique portait l'enseigne : les mille parfums du thé.

Au début du XIX e siècle, la Chine produisait le meilleur thé et possédait le monopole du commerce et on parlait des mystères de la route du thé. A l'époque, les Anglais ne connaissaient que le thé noir mais Charles savait de part son père qu'il existait d'autres couleurs de thé. Son père, alors âgé, lui dit un jour qu'il n'a jamais pu découvrir les secrets du thé et cette route du thé. Charles lui répondit alors qu'il découvrirait ces secrets pour lui et qu'il reviendrait avec. Il voulu alors être le 1er homme à parcourir la route du thé et faire découvrir aux britanniques toutes les saveurs de cette boisson. Il s'embarque peu de temps après sur un navire de commerce depuis les quais de la Tamise pour, dans un premier temps, Ceylan.

De là on emprunte au côté de cet aventurier, les chemins aux doux parfums exotiques.


Alors je vous entends déjà me demandez pourquoi ce titre OPIUM. Et bien parce que sur cette route du thé, là où on découvre 1001 thés différents on découvre aussi l'opium et ses nuits remplies d'amour et d'exotisme, tentation pour beaucoup d'hommes sur cette route du thé... et je m'arrêterais là (ma petite phrase fétiche pour clore mes avis, comme vous avez pu le constater   ^^  )

 

J'ai découvert cet auteur et ce livre grâce à la bibliothèque de mon village où il est organisé chaque trimestre un après-midi « coups de cœur » à laquelle je participe. Toute personne peut venir passer un moment pour discuter autour de livres qui nous ont touchés, nos coups coeur. Et étant amatrice de thé, ce livre qui a été présenté parmi d'autres, m'a interpellé. Ce livre, écrit avec la jolie plume de cet auteur, retrace les rêves d'un homme à la façon d'un conte je dirais.
Une bonne lecture, agréable, mais sans être non plus un énorme coup de cœur pour moi. Peut être parce que je l'ai trouvé court aussi. Il va plaire à tous les amateurs de thé. Alors si vous n'êtes pas fana, je ne sais pas si cela va vous intéresser. Et sachez aussi que si vous n'appréciez pas les chapitres courts ce n'est pas non plus pour vous ;-) car ils sont à peu près d'une « longueur » de 2 voir 3 pages à chaque fois.

Un avis mitigé pour moi, il m'a manqué un petit quelque chose.
Une lecture agréable tout de même, à partager avec une bonne tasse de thé.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 15:22

De Philippe DelermCoupdecoeur

Format : Broché
Editeur : Gallimard
Collection : L'Arpenteur
Pages : 91
Parution : février 1997


Aider à écosser des petits pois
"C'est facile, d'écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s'ouvre, docile, offerte. Quelques-unes, moins mûres, sont plus réticentes - une incision de l'ongle de l'index permet alors de déchirer le vert, et de sentir la mouillure et la chair dense, juste sous la peau faussement parcheminée. Après, on fait glisser les boules d'un seul doigt. La dernière est si minuscule. Parfois, on a envie de la croquer. Ce n'est pas bon, un peu amer, mais frais comme la cuisine de onze heures, cuisine de l'eau froide, des légumes épluchés - tout près, contre l'évier, quelques carottes nues brillent sur un torchon, finissent de sécher.
Alors on parle à petits coups, et là aussi la musique des mots semble venir de l'intérieur, paisible, familière. De temps en temps, on relève la tête pour regarder  l'autre, à la fin d'une phrase ; mais l'autre doit garder la tête penchée - c'est dans le code. On parle de travail, de projets, de fatigue - pas de psychologie.[...]"



Gros coup de  pour ce livre !!!
Je l'ai pris à la bibliothèque sans trop savoir ce que c'était, un peu au hasard car en plus avec le résumé... qui en fait se trouve être le début d'une nouvelle je ne savais pas trop à quoi m'attendre... Et en le lisant je suis tombée sous le charme de ces petits plaisirs de la vie... et je vais même aller l'acheter en librairie pour pouvoir à tout moment m'y replonger.

Chacun de nous connais au moins un de ces petits plaisirs minuscules. Rien d'extraordinaire pourtant dans ces petites situations de la vie et pourtant...
Ce sont des scènes de vie habituelles et pourtant lorsqu'on tourne les pages de ce livre on s'aperçoit, qu'en effet, on a une chance folle de pouvoir réaliser ces petits gestes courants qui sans nous en rendre compte nous procurent du bonheur.
On se surprend à sourire en lisant ces nouvelles, car c'est bien des petites nouvelles de 2 ou 3 pages, extrêmement bien écrites, qui nous retracent nos petites banalités de la vie. Il nous revient plein de souvenirs en mémoire au cours de cette lecture, mais oui ce qui est écrit c'est tout à fait ça.....
On se retrouve forcément dans l'une ou l'autre de ces nouvelles. Si je vous dis "Le paquet de gâteaux du dimanche matin" ou encore "On pourrait presque manger dehors", "La première gorgée de bière", "Lire sur la plage", "Un roman d'Agatha Christie".... ça ne nous évoque pas des petits plaisirs de la vie courante à vous ? Et vous ne vous êtes pas retrouvez dans une de ces situations rien qu'à la lecture de ces titres ?

Ce livre est lui-même un vrai plaisir de la vie !!

Une écriture fabuleuse en plus, car l’auteur s’est manié parfaitement la plume en utilisant le « on » qui nous fait donc tous, vous et moi, délicieusement plonger dans ces petits plaisirs.

J’ai trouvé sur internet quelqu’un qui a dit de lui que c’était « un peintre des petits bonheurs du quotidien ». Et bien c’est tout à fait ça !!!!  Un livre tout à fait délicieux, à lire et à relire pour ne jamais oublier que ces petits plaisirs minuscules sont des petits bonheurs de notre vie quotidienne !!

Je vais même vous avouez que le petit plaisir que j'ai préféré (malgré un choix difficile) a été "Le paquet de gâteaux du dimanche matin", rhhooo que j'ai souri....
A savourer pleinement et sans modération !!!!

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article

  • : 1er Chapitre
  • 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs