Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 20:49

De Didier Daeninckx

Format : Poche
Editeur : Gallimard
Collection : Folio Policier
Pages : 189
Parution : 1999


Mai 1944 : le jeune Jean Ricouart entre dan la Résistance. A la suite d'une opération à laquelle il participe, il est arrêté, torturé, déporté en Allemagne. Il ne rentre au pays qu'en février 1946, où il épouse Marie. Il est aussitôt accusé de meurtre par un juge qui officiait déjà du temps de Pétain, et condamné à sept ans de prison.
1963 : Lucien, le fils de Jean, se fait traiter de fils d'assassin. Il se sauve du lycée et meurt pendant sa fugue.
Vingt-cinq ans plus tard, un ami de Lucien, journaliste, enquête sur la vie de Jean Ricouart et l'interroge, comme pour confirmer cette ultime phrase écrite par Lucien : "Mon père n'est pas un assassin".


Ce livre est classé en collection folio policier mais ce n’est pas du tout un policier c’est pour cela que je le classe en Romans.

   

Nous sommes en mars 1963, Lucien Ricouart, adolescent dans un internat pour jeunes garçons se fait lyncher par ses camarades de classe en se faisant traiter de Fils d’assassin. Dans l’attroupement d’une bagarre, il prend la fuite sous les jets de pierres de ses camarades sans qu’aucuns d’eux n’en fassent part aux professeurs. C’est seulement le soir même que les professeurs, ne le voyant pas au dîner, s’inquiètent. Ils vont tous partir à sa recherche, professeurs et élèves, en pleine nuit. Il sera découvert mort dans un bassin par un professeurs et 2 élèves. Le professeur en dirigeant sa lampe électrique voit un message écrit dans la terre « Mon père n’est pas un assassin ». Il va l’effacer sous l’œil d’un élève qui a tout remarqué.

 

25 ans plus tard, un ami de Lucien, historien, fait des recherches sur la Résistance dans le Pas-de-Calais.  Il enquête sur la vie du père de Lucien, Jean Ricouart.

Il va donc pendant plusieurs jours recueillir le récit des souvenirs de Jean.

Commence alors l’interview, magnétophone posé sur la table, et l’on est happé par les mémoires de Jean Ricouart.

 

L’histoire bascule, en bribes de souvenirs, en mai 1944 dans la jeunesse de Jean. Adolescent ouvrier qui va s’introduire dans la Résistance. Il participe à quelques opérations qui pour certaines tournent mal. Plus question de rentrer chez lui, il devra se cacher dans des caves chez d’autres Résistants. Il tombera amoureux de la fille d’un des Résistants, Marie. Deux mois après son entrée, il doit à nouveau participer à une opération qui va mal commencer. Qui ne commencera pas d’ailleurs pour lui car il est arrêté par 2 miliciens en pleine rue – un jeune de son âge devient louche lorsqu’il se « ballade » en pleine après-midi alors qu’il doit être à l’usine. Il sera arrêté, torturé puis déporté dans un camp en Allemagne. Malgré les souffrances et les tortures qu’on lui imposent, une seule chose le tient en vie, la mémoire de ces nuits passées avec Marie et son amour pour elle.

Jean se souvient de tout et il évoque ses mémoires auprès de ce jeune homme historien.

On apprend qu'il sera libéré en 1946, puis arrêté par la police pour des meurtres auxquels il a assisté au cours des opérations qu’il a pu mener avec la Résistance. Il sera alors condamné, par un juge qui officiait déjà sous Pétain, à 7 ans de prison.

 

Une histoire très poignante, un bouleversant destin pour ce jeune Jean Ricouart qui n’aura en fait été Résistant que 2 mois dans sa vie. Et également un bouleversant destin pour son fils Lucien, traité de fils d’assassin pour qui la vie sera détruite à cause de dires….

C’est un véritable témoignage sur la Résistance et sur la vie des personnes, de ces héros, qui y sont entrées.
Je vais reprendre une phrase vue sur internet au sujet de ce livre « C’est un témoignage qui donne à réfléchir ! ». Cette phrase est tellement bien dite que je n’en trouve pas d’autres et c’est pour cela que je l’ai reprise.
En plus du témoignage sur cette période de l’histoire, le livre fait part également de toutes les manigances, de tous les dires qu’il pouvait y avoir à cette époque et le mal que cela a pu faire.

Certes ce n’est pas un livre réjouissant mais il doit être lu, il est formidable. 
Et encore une fois, je suis émue par le courage de ces personnes.


Didier Daeninckx le confirme, cette histoire est en partie tirée de faits réels : "Elle a existé ! En partie, en fait. Et cela se passait à Saint-Omer. Le suicide de Lucien est inventé. Mais le Résistant déporté qui va être jugé et condamné à mort a existé. Cette injustice m'a révolté, c'est pourquoi j'ai voulu écrire ce livre. Son vrai nom est Moreau. J'ai tenté de rencontrer certains protagonistes de cette histoire. Beaucoup ont refusé de me parler. Un seul a accepté." (propos de l’auteur)

 

Ce livre est étudié au collège.

 

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 14:09

De Katherine PancolCoupdecoeur

Format : Broché
Editeur : Albin Michel
Collection : Litt. Générale
Pages : 651
Parution : mars 2006


Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l'histoire d'un mensonge. Mais aussi une histoire d'amours, d'amitiés, de trahisons, d'argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c'est la vie.

Deux soeurs, Joséphine et Iris, que tout oppose. Iris mariée à un homme de grande classe sociale vit dans un monde bourgeois entourée de ses amies mais elle aimerait que l'on parle un peu plus d'elle, qu'on lui donne de l'importance.
Sa soeur, Joséphine, au caractère bien différent d'Iris, vit avec ses 2 filles et son mari en banlieue parisienne. Travaillant au CNRS et plus particulièrement elle consacre sa vie pour l'époque du moyen-âge, elle n'a d'yeux que pour son travail. Ses 2 filles, elles, ne voient que par leur père et ragent que leur mère ne prenne pas plus soin d'elle en s'habillant mieux, en se maquillant, en prenant plus confiance en elle et qu'elle lâche se caractère de perdante. C'est surtout sa plus grande fille, adolescente qui ne voit que par sa tante Iris, et qui n'arrête pas de sermonner sa mère et de lui envoyer des pics sur son comportement et son apparence. Son mari se retrouve au chômage et s'éprend d'une coiffeuse du quartier. Joséphine trouve, pour une fois, assez de caractère pour le mettre à la porte. Il part en Afrique, avec sa nouvelle compagne, pour élevé des crocodiles. Joséphine va bientôt se retrouver seule avec ses filles dans une galère financière.
Iris qui aime que l'on parle d'elle, se retrouve bientôt dans une situation dérangeante, puisqu'elle fait croire à tout le monde et notamment à un ami éditeur qu'elle est en train d'écrire un roman ayant pour thème le moyen-âge. Tout le monde lui pose des questions sur ce roman et l'éditeur souhaite bientôt voir ses premières pages. Elle est désormais obligée de faire face à cette situation et de là elle va proposer, avec son autorité magistrale, un arrangement à sa soeur. Elle persuade donc Joséphine d'écrire ce roman à sa place, d'en récupérer les bénéfices financiers tout en gardant le secret à jamais. Et elle, sera l'image du livre, l'écrivain qui en fera la publicité et récupérera la notoriété. Joséphine étant submergée de dettes, et sa plus grande fille lui réclamant sans cesse vêtements, téléphone portable ou autre et l'accablant de mille remarques ; ne tergiverse pas bien longtemps et accepte la proposition de sa soeur, mais avec désolation que ce ne soit pas elle pour une fois qui soit mise en valeur et ait de l'importance aux yeux des autres.
Mais ce livre devient vite un best-seller prêt à être adapté au cinéma..... et je vous laisserai sur ce passage bien évidemment pour ne pas vous révéler la suite.

Un remarquable roman, on s'attache aux personnages et ils sont nombreux, parents, enfants, amis.... Chacun a son histoire, ses failles ou ses forces.  En refermant ce livre on a qu'une hâte c'est de les retouver. Un style d'écriture très agréable à lire. Et chaque passage du livre pourrait être réel car on y retrace des problèmes de la vie actuelle. J'ai vraiment adoré ce livre !!
Avis de
Florinette et de Karine.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 13:05

De Claudie Gallay ADD So Pretty Elements (72)

Format Broché
Editeur : Editions du Rouergue
Collection : La Brune
Pages : 524
Parution : février 2008

 

La Hague… Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu’il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d’hommes. C’est là que la narratrice est venue se réfugier depuis l’automne. Employée par le centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu’elle voit Lambert, c’est un jour de grande tempête. Sur la plage dévastée, la veille Nana, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d’un certain Michel. D’autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l’ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent.

L’histoire de Lambert intrigue la narratrice et l’homme l’attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes ? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.


Sublime ce livre.
Une narratrice, ornithologue, qui vient se réfugier à La Hague après avoir perdu un être cher. Se couper de sa vie passé, fuir les autres, comme si les rafales de vent pouvaient tout emporter. Mais elle reste cloîtré dans ses souvenirs.
On parcourt la lande avec elle, à compter les oiseaux. On longe les falaises, on sent le vent nous frapper, on entend les oiseaux qui volent au dessus de nos têtes...
On ressent toutes ces émotions tellement s'est bien écrit, tellement s'est bien décrit.
Le moindre détail est conté. Les oiseaux qui se jettent, la nuit, sur les vitres du phare, attirés par les lumières qui guident les marins.
Ou encore une phrase dans le livre qui m'a marqué dans ce fait de description totale ; lorsque la narratrice entre dans un poulailler, pour nous décrire la scène l'auteur nous conte : "ça sent les plumes......".
C'est vraiment extraordinaire l'ambiance que l'on peut ressentir.
L'arrivée de Lambert va provoquer des bouleversements pour la narratrice et la poignée d'hommes qui vit sur ce bout de terre. Des secrets de famille, des rumeurs. Chacun tait le passé et ses tourments ; ça va se déchaîner comme les vagues qui prennent et parfois rendent, des hommes, des maris, des parents.
Petit à petit on se sent imprégné de ce coin de terre, on est entré dans le quotidien de ces personnages écorchés de la vie, et on découvre au fur et à mesure ce que chacun laisse dévoiler. Amitiés, rancoeurs...

 

Une force dans ce livre. Force des mots, des émotions, des hommes. On a tout dans ce livre !
On voit des images couchées sur les pages.

Un vrai bonheur que l’on a pas envie de terminer et de refermer tout de suite.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Romans
commenter cet article

  • : 1er Chapitre
  • 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs