Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 13:30

 

 

 

LES FILLES AU CHOCO T1

 

Auteur : Cathy CASSIDY

Traducteur : Anne GUITTON

 

Titre anglais : The chocolate box girls - Cherry Crush 

Editeur : Nathan

Collection : Littérature adolescents

Série Les Filles au chocolat - Vie quotidienne - Famille recomposée - Soeurs - Amitié - Amour - Conflit - Chocolat - 

Pages : 300

Parution : Mai 2011

 

 

 

 

 

 

Je m'appelle : Cherry Costello

Mon âge : 13 ans

Je suis : secrète, débordante d'imagination

Mon style : jeans skinny, tee-shirts à motifs japonais

J'aime : les fleurs de cerisier, les roulottes de gitans

Je rêve : d'être acceptée par mes quatre nouvelles demi-soeurs

 

Mon problème : je suis amoureuse du petit copain de ma demi-soeur...

coup de coeur1

ICONE1 

Cherry Costello, 13 ans, vit seule en Ecosse avec son père Paddy depuis la mort de sa mère lorsqu’elle n’était qu’enfant. Cherry est une ado pleine d’imagination et le problème avec elle c’est que les histoires jaillissent toutes seules dans son cerveau et du coup, elle s’invente plein d’histoires toutes plus rocambolesques les unes que les autres. Si bien qu’au Collège plus personne ne la croit mais en plus on se moque de ses histoires imaginées et de cette vie qu’elle s’invente. Elle est disons le un peu mythomane. Pas beaucoup d’amis donc autour d’elle, disons même aucun…


Son père Paddy travaille à l’usine McBean’s où il fabrique des Tasty Bars (barres de chocolats) et trie celles qui sont ratées.

 

Cherry et son père Paddy sont sur le point de quitter l’Ecosse pour partir vivre en Angleterre, dans le Somerset, avec Charlotte Tanberry. Paddy a repris contact avec Charlotte, divorcée, grâce à un site internet où l’on peut retrouver ses amis perdus de vue. Ils se trouvaient à l’école d’art ensemble étant jeunes. Très vite, Paddy et Charlotte ont passé des heures sur internet puis le flirt est arrivé et enfin l’amour. Paddy et Charlotte ont décidé de vivre ensemble dans le Somerset où Charlotte tient un Bed and Breakfast.

 

Charlotte avait l’air très sympa et joyeuse, de quoi faire une très bonne maman. Une maman, c’est ce que Cherry voulait le plus au monde. Mais elle n’avait jamais pensé qu’elle pourrait être accompagnée…

 

Charlotte Tanberry a en effet quatre filles : Skye, Summer, Coco et Honey.


Avant de quitter l’Ecosse, Cherry avait reçu des lettres envoyées par trois des filles de Charlotte : Skye, Summer et Coco. Skye et Summer  sont jumelles et ont 12 ans, Coco en a 11 et Honey a 14 ans.

 

En plus de gagner une maman, elle va donc avoir des sœurs. Pour Cherry c’est comme si elle allait avoir une nouvelle famille, enfin… Elle qui était toujours seule avec Paddy.


L’arrivée à Kitnor, le Bed and Breakfast où vit la famille de Charlotte, se fait dans la joie.

 

Summer, Skye et Coco sont toutes ravies d’accueillir Cherry et Paddy dans leur famille et sont ravies que leur mère est retrouvée l’amour après le divorce d’avec leur père.

 

Par contre, Honey est la seule à ne pas voir d’un bon œil cette intrusion. L’arrivée du beau-père et de la demi-sœur la rend très hostile envers eux mais aussi envers sa mère et ses sœurs. Plus personne ne la comprend, elle prend en grippe Cherry et Paddy.

 

Tout de suite, Paddy et Charlotte ont dans l’idée de créer une entreprise familiale : une fabrique artisanale de chocolats de différents parfums. Tous participent à la création de cette entreprise familiale sauf Honey. La cohabitation sera de plus en plus difficile…

 

Et cela ne va rien arranger du tout, le fait que Cherry s’éprend du petit copain d’Honey, Shay Fletcher. Cherry se retrouve partagée entre les sentiments qu’elle a au fond d’elle envers ce garçon, et le fait que celui-ci soit le petit ami d’Honey. Elle ne veut pas rajouter de l’huile sur le feu, déjà qu’Honey les a pris en grippe elle et son père…

 

Cherry se sent bien dans cette famille et veut plaire à tous, si bien qu’elle va continuer à s’inventer quelques morceaux d’histoires tout droit sortis de son imagination, tout ça pour que la famille pense qu’elle est quelqu’un de bien. Elle leur raconte alors des petits mensonges sur sa vie d'avant pensant ainsi les impressionner et leur plaire, mais elle va en fait se rendre compte qu’elle n’a pas besoin de s’inventer une autre vie pour qu’ils l’apprécient. Ce sont Summer, Skye et Coco qui vont lui faire comprendre qu’elle n’a pas besoin de raconter des mensonges et qu’ils l’aiment telle qu’elle est. Ils aiment  la vraie Cherry…

 

Honey s’en prend toujours à Cherry, et elle ne mâche pas ses mots envers elle. Elle soupçonne qu’elle en pince pour Shay. Elle les trouve trop proches, ce qui envenime le tout. Cherry sent bien aussi qu’elle se rapproche de Shay, elle ne veut pourtant rien briser dans la famille car cette nouvelle famille lui plaît.

 

Elle se retrouve coincée et partagée dans ses sentiments… Un nouveau monde s’est offert à Cherry, coincée entre des défis, des problèmes et des possibilités…et ça lui fiche la trouille.

ICONE1 

 

 

Tome 1 d’une série jeunesse savoureuse.

Coup de coeur pour ce 1er tome.

 

 

 

Très attirée déjà par ce que j’ai pu voir des différents avis sur la blogosphère, ensuite attirée par les couvertures de ces 5 tomes toutes à croquer, j’avais donc vraiment envie de découvrir  cette série.

 

Un 1er tome qui met en appétit, et que franchement j’ai lu en un rien de temps tellement j’ai été prise dans cette histoire. On se sent très à l’aise au sein de cette famille recomposée même s’il y a des hauts et des bas parmi eux.

 

L’ambiance est très sympa, très girly. C’est frais.

 

Chaque tome mettra en scène un personnage en avant, avec ses pensées : Cherry pour le tome 1, Skye pour le tome 2, Summer pour le tome 3, Shay pour le 3 ½ tome, Coco pour le 4 et Honey pour le 5ème.

 

On s’attache fortement aux personnages, à tous les personnages même ceux qui sont emplis de colère.

J’ai beaucoup aimé ce premier personnage, Cherry. Je l’ai trouvé très intéressante, mature pour son âge. Avec beaucoup de questionnement sur sa nouvelle vie et ses nouveaux sentiments, elle qui n’a jamais eu ni d’ami ni de petit ami. Ses mensonges, sa vie inventée, cachent bien entendu un mal être, une souffrance. Le fait qu’elle enjolive sa vie auprès de sa nouvelle famille est émouvant. On sent qu’elle cherche sa place et ce n’est pas facile du tout. Et pour compliquer le tout, c’est la première fois pour elle, elle tombe amoureuse d’un garçon qui se trouve être le petit copain de la plus âgée des sœurs Tanberry, Honey, celle qui l’a prise en grippe dès le départ.


Honey et toute la haine qu’elle a envers Paddy et Cherry est intéressante aussi car ceci cache également un mal être. On en apprend un peu plus au cours de la lecture de ce 1er tome mais tout sera dévoiler en détail lorsque le tome la concernant arrivera (je vous laisse le soin de découvrir ce que cela cache déjà dans ce 1er tome).

 

C’est bien écrit. Beaucoup de sentiments divers abordés dans ce 1er tome, sur la recomposition d’une famille notamment.

 

Je trouve original aussi de faire une série avec un tome par personnage tout en continuant l’histoire d’un tome à un autre au fur et à mesure du temps.

 

 

Détente au rendez-vous avec cette lecture. C’est parfait pour les vacances.

Une histoire fraîche, familiale, avec tous les problèmes qu’elle peut contenir entre parents/enfants, sœurs, mais aussi problèmes d’amitié et d’amour.

Pour tout vous dire, j’ai déjà avalé le tome 2 ;-)

Et j’en suis au tome 3.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LOGO1

 

 

Repost 0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 17:20
comment-bien-rater-ses-vacances.jpg
 
Auteur : Anne PERCIN
 
Editeur : France Loisirs avec l'autorisation
des Editions du Rouergue 
Collection : Jeunesse
Roman Ado 14 ans et +
Pages : 272
Parution : Novembre 2010 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maxime se l’était promis l’été dernier : à 17 ans, finies les vacances avec les parents. Pour échapper à un mois de randonnée en Corse, il accepte de rester au Kremlin-Bicêtre, chez sa Mamie. Crêpes à la confiture maison et ordinateur, voilà tout ce qu’il lui faut pour des vacances réussies…mais rien ne se passera comme prévu et Maxime va vivre des journées délirantes !     
 
ICONE1
 
Chaque année, pour la famille Mainard (mère, père, fille, et fils) c’est le même rituel question vacances : les randonnées pédestres. Destination la Corse pour les prochaines vacances. Mais cette année, c’est la première fois que les parents Mainard demandent à Maxime s’il veut venir avec eux. Comme dit Maxime « J’ai un âge où, apparemment, mon avis compte. » Chose qui n’était pas d’actualité auparavant. Et puisqu’on lui demandait son avis, Maxime n’allait pas se priver pour le donner et que la rando en Corse…cette année... il faudrait lui passer sur le corps.
 
A peine avait-il commencé à parler que sa petite sœur Alice (9 ½ ans) a rétorqué elle-aussi qu’elle ne voulait pas partir en Corse pour faire de la randonnée. Et mine de rien, Alice a bien manigancé son coup puisqu’elle propose à ses parents qu’elle parte en colonie de vacances avec sa meilleure amie en Bretagne.
 
Maxime, lui, n’a rien prévu. Pas de plan avec des amis… mais il propose à ses parents la première idée qui lui passe par la tête : passer ses vacances chez sa grand-mère au Kremlin-Bicêtre.
   
Une surprise pour les parents !!
   
Mais les parents Mainard acceptent la colonie pour Alice et également l’idée de Maxime de passer ses vacances au Kremlin-Bicêtre.
   
Maxime est tout content car il a déjà l’idée de comment vont se passer ses vacances : les bons p’tits plats de sa grand-mère, l’ordinateur pour lui tout seul et chatter avec ses potes sur Spacebook (geek à fond). Maxime s’entend très très bien avec sa grand-mère et est bien content de la retrouver pour ses vacances.
 
Son bonheur sera de très courte durée hélas…
 
Oui, les vacances commencent tout juste, lui au Kremlin, sa sœur en Bretagne et ses parents dans les chemins difficiles de Corse, que la grand-mère fait un infarctus et se retrouve hospitalisée.
Et pour Maxime va débuter une série de quiproquo et de galères en tout genre !!!!
Panique à bord pour ce jeune ado. Entre l’hôpital, une arrestation avecdétour par le commissariat, des parents injoignables perdus dans les hauteurs de Corse...il y a de quoi en effet paniquer quant on est ado. D’autant plus que Maxime s’inquiète encore plus de ne pouvoir joindre ses parents, et espère qu’ils n’aient pas eu eux aussi un accident…  
Maxime est totalement livré à lui-même et devra faire face à tous ces aléas de la vie.
Il fera également une rencontre sur internet, une fille.
 
Les aventures de Maxime et tout ce qui va lui tomber sur le coin du nez, les visites à l’hôpital, vont le faire grandir et il devra se débrouiller tout seul face aux situations parfois compliquées pour un ado mais très cocasses pour nous lecteur.
ICONE1 
 
 
 
Jubilatoire ce roman d’initiation !!

Un réel plaisir à lire. 
 
On apprécie tout de suite cet ado de 17 ans pas comme les autres qui n’a pas les mêmes intérêts que les ados de son âge. Il est assez solitaire (n’a que 2 amis), pas de petite amie, n'est pas ultra célèbre au lycée, n'est pas le grand frère ultra apprécié par la petite sœur, et il est expert en informatique, joue de la guitare, a beaucoup d’humour cynique à souhait. D’ailleurs, il dit de lui-même que sa vie sociale est un vrai désastre et sa vie affective un désert…  
Et certes, il n’est pas vraiment mature pour son âge. Mais on découvre au décours de ses péripéties et aventures, les unes comme les autres très cocasses, que cet ado est bourré d’intelligence et cultivé. On s’attache réellement à lui.
 
Et c’est donc Maxime lui-même qui nous raconte ses vacances puisque c’est écrit à la 1ère personne. Une sorte de journal de bord.
Et c’est drôle… mais drôle !!!!!
Du début à la fin, si bien qu’on ne fait qu’une bouchée de cette lecture !!!
C’est cocasse car il lui arrive plein de trucs mais en fait tout ceci pourrait réellement arriver au réel. On assiste donc à un ado qui prend conscience de la vie, il va en prendre de la graine puisqu’il sera confronté à lui-même et va grandir, livré à lui-même face aux situations diverses.
 
Le style est fluide. C’est bourré de références culturelles diverses avec des nota-bene. On y retrouve beaucoup de musique. Tous les quiproquos si cocasses pour le lecteur ne le sont pourtant pas pour le personnage et pourtant l’auteur va, grâce à l’humour, dédramatiser les situations assez bouleversantes pour cet ado qui se retrouve seul (l’infarctus de la grand-mère, son hospitalisation, des comptes à rendre au commissariat parce qu’il y a de l’arrestation dans l’air, etc). C’est un livre intelligent, humoristique, sensible, initiatique, et culturel.
 
 
On émerge de cette lecture avec le sourire et on a très envie
de découvrir les autres romans avec le même personnage.
A découvrir absolument, en tout cas j'ai hâte de poursuirvre
avec les romans d'Anne Percin ! 
 
 
 
 
 
 
 
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 1
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 17:35

 

 

 

cathy's book2 Collage 

 

 

 

 

 

Si vous trouvez ce carnet, merci d'écrire à Cathyvickersbook@gmail.com 

 

   

 

 

 

cathy's book

 

Auteur : Sean STEWART / Jordan WEISMAN

Illustrateur : Cathy BRIGG

Traducteur : Pascale Jusforgues

 

Editeur : Bayard Jeunesse

Littérature Jeunesse /ado + 12 ans - Journal intime - Suspense - Roman interactif - fantastique -

Pages : 192

Parution : 10 Octobre 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Si tu n'es pas Emma, REPOSE immédiatement ce carnet ! Emma, je sais que cette histoire paraît dingue. Maman et toi, vous devez vous demander où je suis passée et quand je reviendrai. Voilà pourquoi je te laisse ce carnet au cas où il m'arriverait quelque chose et qu'on ne me revoie plus jamais. Regarde bien tout ce qu'il y a dedans. Appelle les numéros de téléphone. Va sur les sites internet. Mais surtout pas un mot à PERSONNE, sauf si tu as envie de finir impliquée jusqu’au cou, comme moi. Ne t'en fais pas, je m'en sortirai (enfin j'espère). Après tout, c'est peut-être le début d'une nouvelle vie pour moi. Ce qui est sûr, c'est que plus rien se sera comme avant. Appelle-moi. Bisous, Cathy. »

 

 

  

 

 

 

 

 

San Francisco

 

 

J’ai tout en mains : le carnet écrit par Cathy destiné à Emma, sa meilleure amie, et les indices collectés par Cathy.

 

Le quotidien de Cathy, bientôt 18 ans, dessinatrice à ses heures perdues, est un peu bousculé en ce moment. Elle vit seule avec sa mère depuis le décès brutal de son père. Sa mère se laisse aller, est complètement perdue de la perte de son époux, et se plonge parfois dans l’alcool lorsqu’elle rentre après son travail, un travail de nuit dans un hôpital.

 

Pour Cathy ça ne va pas fort donc, et elle va de moins en moins souvent au lycée. Heureusement qu’elle peut compter sur sa meilleure amie Emma qui, elle, est désappointée du fait que Cathy décroche peu à peu du lycée. Elles deux, doivent pourtant faire un devoir de biologie qui comptera beaucoup pour une note finale, Emma compte beaucoup dessus. Elle espère que Cathy va réagir et laisser tomber ce pourquoi elle ne vient plus en cours.

 

Cathy vient de se faire plaquer par Victor, Chinois d’environ une vingtaine d’années (donc un peu plus vieux qu’elle). Cathy veut en savoir un peu plus sur le fait qu’il la largue si bien qu’elle entreprend sa petite « enquête ». Il va s’avérer que certains mystères entourent ce fameux Victor.

 

Des mystères qui enveniment encore plus l’envie pour Cathy d’en découvrir plus qu’il ne faut sur la vie de Victor. Ce qui la pousse aussi à découvrir ce qui se trame autour de Victor est, qu’au lendemain de sa rupture avec lui, Cathy découvre sur son bras au creux de son coude, une sorte de piqûre.

Elle veut savoir si lors de cette dernière soirée avec Victor, celui-ci lui aurait fait quelque chose. Cathy se monte la tête et pense à plein de choses, l’aurait-il droguée ? Tout compte fait, avant de sortir avec Victor, Cathy ne le connaissait pas vraiment et elle ne le connaît toujours pas plus que ça...

 

Elle dit elle-même que c’est complètement dingue et qu'elle ferait mieux de filer, surtout qu’elle a promis à Emma de ne plus s’immiscer dans la vie de Victor et les mystères qui l’entourent.

 

Ce qui était au début pour Cathy, un petit délire, de fouiner dans la vie de Victor, va prendre une plus grande ampleur car elle va aller de découverte en découverte. Sa vie va en être encore plus troublée.

 

Ce carnet destiné à Emma, je vais donc le lire du début à la fin pour comprendre ce qu’a entrepris Cathy, et puis j’ai plein d’indices sous la main pour m’aider. Une adresse mail aussi… peut-être pour entrer en contact avec Cathy ?

 

 

 

J’ai voulu faire ma curieuse car ce carnet ne m’était pas destiné

puisqu’il était destiné à Emma, la meilleure amie de Cathy…

 

 

Quel originalité cette série. Ici le 1er opus.

 

Un concept étonnant, atypique et qui pour le coup, prend de l’ampleur et nous fait entrer facilement dans cette histoire et ce concept.

 

Concept pourquoi ? Parce que ce n’est pas seulement un livre que l’on a entre les mains, ce carnet nous apporte des renseignements donnés par Cathy, écrit comme un journal intime/journal de bord ou plutôt devrais-je dire tapé comme.. puisqu'en fait Cathy le tapait sur son ordinateur, et à l’intérieur de la jaquette désormais souple (il s’agit ici d’une réédition de ce mois d’octobre 2013, car auparavant la jaquette était dure) se trouve des indices sous forme de papiers divers ayant un lien avec le récit. Il y a également une adresse mail qui n’est absolument pas fictive.

Et puis l’intérieur du carnet de Cathy regorge de croquis dessinés par elle-même (l'illustratrice porte le même prénom qu'elle, il s'agit de Cathy Brigg) ainsi que des nota bene que Cathy a rajouté à la main.

 

Du coup, on entre dans une sorte de lecture interactive, c’est très plaisant et ça nous emporte encore plus rapidement dans l’histoire. Et tout est bien cohérent entre les indices papiers, le carnet, l’interactivité mail et l’histoire elle-même.

 

L’histoire est pleine de rebondissements, on ne s’attend pas à cela donc c’est original et surtout bien mené. Le journal est tapé par Cathy au fur et à mesure de ses avancées donc on a la sensation d’être au présent des aventures de Cathy, comme si l’action venait juste de se dérouler. En dehors d’une « enquête », l’histoire aborde des thèmes comme l’alcoolisme, le deuil, la solitude, la violence, etc.

Un carnet rempli d’action, l’intrigue est haletante et je dois bien avouer qu’il a été difficile d’en sortir sans en avoir terminé le récit ;-)

 

Côté livre-objet, vous connaissez mon amour pour « le livre-objet » car un livre n’est pas seulement un récit écrit, c’est un tout, et celui-ci entre dans ce concept original global de la série :

 

Une jaquette souple, noire, des plus sobres, qui renferment bien des trésors puisqu’elle contient tous les indices. Des indices d’un bel effet puisque très ressemblants à des indices que l'on pourrait trouver en vrai. En dessous de cette jaquette, une couverture souple également, avec de magnifiques croquis, superbes couleurs aussi.

Et puis, au fil des pages, ça regorge de croquis signé de la main de Cathy qui a donc pour passon le dessin (tout comme son père, décédé, était artiste peintre). Magnifiques dessins qui s’incrustent à l’écriture, débordant parfois dessus/dessous. Des croquis qui apportent un plus pour mieux s’immerger dans le récit.

 

Il est fourni également une adresse internet, celle de la série. Pour y entrer il faut avoir commencé à lire le livre car une question est posée à l’accueil du site et pour pouvoir poursuivre il faut y répondre. La réponse on la trouve grâce à une situation qui se passe dans le récit…

 

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce 1er opus

et son concept original en plus d’une histoire haletante et bien menée.

Me reste à découvrir la suite.

 

 

 

 

 

 

 

  cathy'sbook Collage

 

@ Photo non libre de droit - Lilibook 1er Chapitre

 

 

 

 

 

 

cathy's book1 Collage

 

@ Photo non libre de droit - Lilibook 1er Chapitre

 

 

 

 

 

Editions Bayard Jeunesse

  bayard jeunesse

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

 

Repost 0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 13:38

 

struck

 

 

Auteur : Chris COLFER

Traducteur : Yan Brailowsky

 

Editeur : Michel Lafon

Lecture Young Adult - Vie lycéenne -

Pages : 302

Parution : 16 mai 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MissVivi ElectricBoy Element23

   

Carson Phillips est prêt à tout pour entrer dans la fac de ses rêves… et par la même occasion, laisser derrière lui une mère dépressive et une ville misérable. Même s’il lui faut, pour appuyer sa candidature, lancer seul un magasine littéraire. Malheureusement pour lui, les étudiants ne semblent guère capables d’écrire autre chose que des textos. Qu’à cela ne tienne, l’adolescent est aux aguets, et surtout il n’a plus rien à perdre. Après tout, qu’arriverait-il si le beau gosse du lycée apprenait que sa petite copine pom-pom girl couche avec le coach dans son dos ? Ou que la première de la classe n’hésite pas à envoyer des photos d’elle nue à n’importe qui sur Internet ? Pour parvenir à ses fins, Carson a une nouvelle stratégie toute trouvée : il se transforme en maître chanteur. Mais à force de jouer les corbeaux, ne risque-t-il pas de se brûler les ailes ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Clover, le 30 septembre 2012.

 

 

Carson Phillips entame à cette date son journal intime.

Première phrase : « Cher Journal, Plus qu’une année à tirer avec ces connards et je serai libre. »

Carson n’a qu’une chose en tête : quitter cette ville, Clover, qui pour lui est au fin fond du trou du cul du monde et où il n'y a que des "nullos". Son souhait le plus cher est d’intégrer l’Université de Northwestern afin de devenir un brillant journaliste au NY Times.

 

De parents divorcés, Carson vit avec sa mère totalement dépressive et ne travaillant plus, qui regarde la télé du matin jusqu’au soir en compagnie de ses bouteilles d’alcool. Tous les soirs, il rend visite à sa grand-mère (la personne qu’il aime le plus) atteinte de la maladie d’Alzheimer. Il ne voit plus son père qui a déménagé loin de la famille.

Et au lycée, ce n’est pas top non plus. Pas d’ami et souvent critiqué, élève brillant et ambitieux, Carson est le rédacteur d’un journal au lycée, le Clover High Chronicle, journal que personne n'achète si ce n’est pour une utilisation autre que celle d’en faire la lecture. Au sein de Clover High School, Carson est en somme le mouton noir…

 

Si bien qu’avec cette vie, Carson en est devenu un peu amer et a développé un humour très sarcastique. Ce qui l’a aidé à traverser cette solitude qui le suit depuis un petit moment, c’est l’écriture. L’écriture le libère.

 

Carson ne s’en fait pas trop pour qu’il soit accepté par l’Université de Northwestern, il a une carrière scolaire des plus exemplaires, a réussi à maintenir en vie un atelier d’écriture et dirige quasi à lui seul le Clover High Chronicle.  

Mais pour qu’il ait toutes ses chances d’avoir une réponse favorable et plus rapide aussi, sa conseillère d’éducation lui apprend qu’il doit faire parvenir à l’Université de Northwestern un recueil de poèmes ou bien un roman ou encore un magazine littéraire. Carson n’étant ni poète ni écrivain, il va donc monter un magazine littéraire. Mais il ne doit pas en être le seul rédacteur, il doit persuader d’autres lycéens de l’accompagner dans cette aventure qu’est de monter un magazine littéraire, et de ce fait cela montrerait qu'il sait gérer une équipe.

 

Le problème pour Carson est que sa côte de popularité est au plus bas… Comment faire alors pour persuader ceux qui ne l’aiment pas, à venir s’intégrer à son projet… Déjà que personne ne souhaite venir dans son atelier d’écriture…

 

Un évènement particulier entre 2 élèves ainsi que sa seule amie, Malerie, viendront alors lui donner l’idée de faire chanter les élèves les plus populaires du lycée. Oui, menacer l’entraîneur de foot, la leader des pom-pom girls, etc, sur des petits secrets les concernant et que Carson a découvert. Il doit alors se dépêcher pour persuader ses cibles et leur demander ensuite d’écrire un texte pour son magazine littéraire. La date limite pour les candidatures anticipées à Northwestern étant le 15 novembre.

 

Très peu de temps pour Carson, mais à force de jouer au méchant et surtout menacer ses camarades, tout ceci pourrait bien se retourner contre lui. Carson n’imagine pas que de vouloir aller trop loin pourrait bien lui faire perdre ses chances de réussite et surtout lui brûler les ailes.

 

 

 

 

Voici un roman young adult qui m’a beaucoup séduite.

 

 

N’ayant pas beaucoup entendu parler de ce roman avant sa sortie en France, j’ai tout d’abord été intriguée par ce roman écrit par un jeune auteur et qui plus est, comédien. Je connaissais le comédien, Chris Colfer, qui incarne Kurt dans la série Glee que j’ai pu suivre assez souvent d’ailleurs. Intriguée donc sur le fait qu’il soit aussi écrivain et curieuse de voir ce que cela valait je l’avoue.

Et bien, je ne suis pas mécontente d’avoir pu découvrir ce roman car je l’ai très apprécié.

 

Un thème simple : comment survivre au lycée quand on a peu d’amis et que l’on est plutôt pris pour le mouton noir de l’établissement, mais aussi lorsque l’on a une vie peu attrayante. Le personnage du livre est en effet doté d’une vie peu trépidante… Parents divorcés, mère dépressive et alcoolique, grand-mère atteinte de la maladie d’Alzheimer et placée dans un établissement, et peu d’amis à qui se confier.

 

Un thème qui va forcément parler aux ados lycéens.

 

N’étant plus lycéenne depuis un bail, j’ai pourtant dévoré ce roman. On est vite pris par l’ambiance et difficile de se défaire de cette lecture avant d’en avoir fini avec la dernière page. Il se lit donc facilement, est bien écrit, l’histoire est bien menée et puis on se prend d’attache pour les personnages. Il y a aussi une fin à laquelle on ne s’attend pas du tout, très surprenante, sacré rebondissement donc l'auteur sait y faire du côté des surprises.

 

On se prend d’amitié pour le personnage de Carson Phillips, sa vie un peu « misérable » on doit bien le dire et j’ai aimé l’ambition de cet ado (17 ans) pour son souhait le plus cher qui est de devenir un journaliste mais pas n’importe lequel, journaliste au NY Times. Donc beaucoup d’ambition oui, et très brillant. Et pour cela, il est donc prêt à tout, même à faire du chantage auprès de ses camarades pour qu’ils écrivent dans son magazine littéraire qu’il doit créer pour obtenir son entrée à l’Université de Northwestern. Outre son ambition, j’ai aimé également son caractère. Ado devenu un peu aigri par la vie qui l’entoure et qui du coup en est devenu cynique et surtout doté d’un humour sarcastique bien tranchant. Bon, je comprendrai également qu’on puisse du coup le détester aussi (rires).

 

Qui dit personnage à l’humour sarcastique dit beaucoup d’humour dans l’écriture. Chris Colfer nous donne donc un personnage qui n’a pas sa langue dans sa poche que ce soit auprès des profs ou camarades, il dit ce qu’il pense et ce que tous les autres lycéens pensent eux tout bas sans oser lever la voix. On rit beaucoup à lire ce texte grinçant, percutant, remplis de sarcasme et d’immoralité.

 

Les autres personnages sont tout aussi intéressants par le fait que l’auteur Chris Colfer en a fait des personnages assez clichés des Etats-Unis : l’entraîneur de foot, la leader des pom-pom girls, la gothique, la reine du bal, le fils à papa, le sportif écervelé, etc.

 

Le livre en tant qu’objet est très sympa. Il est présenté sous forme de journal intime et le roman débute par « Cher journal ». Chaque chapitre est découpé par date (présente en haut de chaque chapitre). La pagination en bas de page est suivie d’un éclair que l’on retrouve également sur la couv avec ce crayon de bois cassé, ainsi que dans le titre du roman. Et puis, à l’intérieur du roman, plutôt vers la fin, on peut voir des pages noires qui représentent la partie « Magazine littéraire ». Ces pages regroupent le magazine littéraire une fois créé.

 

 

A noter également que ce roman est adapté en film. Il sortira le 19 Juin prochain avec dans le rôle de Carson Philips, l’auteur lui-même, Chris Colfer qui est donc le scénariste du film.

 

Beaucoup de choses à dire sur ce roman.

 

Très belle découverte, je ne pensais pas autant m’amuser

avec cette lecture pleine d’humour mais aussi de douleur

au fond du personnage principal. Mais je pense que cette lecture,

soit on l’appréciera beaucoup si on aime cet humour sarcastique,

soit si l’on n’aime pas cette humour caustique et malicieux

on appréciera moins le personnage...

 

J’ai hâte désormais de me rendre compte du film,

comédie sur la vie sociale de ces ados.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sortie du film le 19 Juin 2013.

 

Avant première les 12 et 13 Juin 2013.

 

facebook.com/STRUCKlefilm

 

Chris Colfer en dédicace le 15 Juin 2013

à la FNAC des Ternes à Paris

 

 

LETTRE-AUX-FANS61-721x1024

 

 

 

 

 

LIRE-EN-SERIE.COM

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 12:55

le jour où j'ai largué mon ex

 

Auteur : Emma McLaughlin et Nicola Kraus

Traducteur : Cyril Laumonier 

Editeur : Michel Lafon

Ados - Pour les filles - Amour - Amitié -

Pages : 246

Parution : 14 mars 2013 

 

 

 

Vous vous êtes fait larguer ? Vous êtes inconsolable ? Vous n'arrivez pas à vous le sortir de la tête ? Maxine Scott a la solution pour vous. Grâce à Ex & Cie, apprenez à surmonter vos chagrins d'amour en un clin d'oeil. Et n'oubliez jamais : celui qui vous a quittée finira par le payer !
Avec ce programme quasi magique, Max devient la coqueluche du Tout-New York. Jusqu'au jour où Hugo, le Seul, l'Inégalable, ressurgit dans sa vie. Mais comment oublier l'unique garçon qu'elle a jamais aimé ? D'autant qu'avec tous les efforts qu'elle fait pour l'éviter, elle n'a plus le temps de s'occuper de qui que ce soit ! Son plus gros défi est peut-être bien celui-ci : reprendre enfin son coeur à celui qui l'a volé.

 

 

 

New-York.

Maxine a une solution pour vous si vous vous êtes fait larguer et que vous êtes inconsolable, sans pouvoir vous enlever de la tête le tant aimé.

 

Cette ado a monté une boîte Ex & Cie, qu'elle gère d'une main de maître avec des associés qui viennent l'épauler. Associés du même âge que Max bien sûr.

 

C’est le bouche à oreille qui a fait connaître Ex & Cie. Max a monté tout un programme pour venir en aide aux adolescentes qui ont été larguées, programme pour totalement oublier l'ex petit copain et le lui faire payer.  Une méthode qui a déjà fait nombre de fois ses preuves.

Alors pourquoi Maxine en est arrivée là ?

 

Elle-même s’est faite larguer par celui qu’elle aimait tant lorsqu’elle vivait en Angleterre. Hugo était le bien aimé. Un vide total dans sa vie comme si une brèche s’ouvrait sous ses pieds, si bien qu’elle a souhaité changer de vie et quitter l’Angleterre et l’internat où elle était, et où il se trouvait aussi. Pour ne pas plonger dans l’overdose de crème glacée et guetter les faits et gestes de celui-ci, elle a donc quitté l’Angleterre pour aller s’installer chez sa mère à NY. Une mère peu présente pour Max, et qui vient de s'installer chez son compagnon après avoir tant de fois bougé un peu partout. La famille va s'agrandir puisque la mère de Max attend un enfant.

 

Max a réussi à convaincre ses parents de lui laisser une année sabbatique avant de reprendre des études. Elle n'a d'ailleurs en vue qu'une seule Université dans laquelle elle aimerait poursuivre ses études...

Durant cette année sabbatique, elle a donc décidé de venir en aide à celles qui, comme elle, se sont faites larguer.

 

Tandis que Max est en plein boum pour faire oublier à l’une de ses clientes le garçon qui l’a mise dans cet état, elle rencontre Ben qui vient livrer à domicile des meubles pour bébé. Elle sympathise avec lui rapidement. Il est amusant, sensible.

Après quelques rencontres avec lui, elle en vient à se demander si cela pourrait être plus que de l’amitié qu'elle ressent pour lui car tout compte fait elle pense souvent à lui. Ceci paraît bizarre à Max car elle pense aussi toujours à Hugo. De son côté, Ben, se surprend également à penser à Max qu'il vient en somme de rencontrer...

 

Mais voilà, que lors d’une soirée elle croise son ex, le fameux Hugo. Ici, à New-York, alors qu'elle ne pensait jamais le revoir... Très surprenant pour Max de le voir dans cette ville, car la vie d’Hugo se passait en Angleterre.

 

Et voilà que le petit quotidien de Max s’effondre… comment va-t-elle surmonter cela. Saura-t-elle faire face à cette situation ? Et va-t-elle pouvoir appliquer pour elle-même, ce qu’elle fait pour ses clientes... Mais ses amis et associés n’ont jamais rien su de sa vie d’avant, et sans ces connaissances aucun d’eux ne pourra apporter de l’aide à Max. Il faudrait que celle-ci s’ouvre enfin, mais ça n'est pas dans les habitudes de Max...

 

 

 

Voilà un roman pour lequel je suis assez mitigée…

 

 

Une histoire sympathique, amusante, à l’instar de la couverture. Le thème des cœurs brisés est pourtant souvent emprunté mais l'histoire est sympathiquement tournée et on ressent les émotions des personnages. Mais j'y ai ressenti quelques brèches qui, du coup, me laisse un sentiment mitigé de cette lecture.

 

C’est donc un roman pour ados, et on retombe facilement à cette époque oui. Le personnage principal, Maxine, s’acharne à son « travail » et cette boîte qu’elle a montée avec des associés qui sont devenus ses meilleurs amis, rencontrés au fur et à mesure de ses aides auprès des âmes larguées. Elle ne pense donc qu’à aider les ados qui comme elle se sont fait larguer et surtout les aider à en faire baver au fameux « ex ». Elle a au fur et à mesure monté tout un programme d'aide pour surmonter le chagrin, celui-ci est un peu spécial je trouve....

Si bien que Maxine, très attachée à son entreprise, ne pense pas trop à elle.

C'est une battante, qui a du caractère. Elle est livrée à elle-même, vivant chez sa mère mais dans une sorte d'appartement au sous-sol. Une mère peu présente depuis la naissance de Max, qui a rencontré quelqu'un, qui s'est installé avec lui et qui bientôt vont devenir parents. Pour Max c'est un peu le coup dur car sa mère n'a jamais pris soin d'elle alors pourquoi vouloir de nouveau un enfant...

Une ado un peu trop laissée de côté je trouve.....

 

C'est donc vous l'aurez compris, avec ce thème des coeurs brisés, une histoire d’amour ou plutôt histoires d'amours devrais-je dire, mais aussi grande histoire d’amitié. L’humour est présent, et les rebondissements aussi. On suit donc plusieurs intrigues en même temps.  

Par contre, ce que j’ai moins aimé dans ce thème des coeurs brisés, c’est "le cliché de la rupture" bien trop présent dans le livre.

 

Les personnages sont attachants, mais quelque fois Maxine m’a un peu énervée. Pensant toujours avoir les bonnes clés en mains sans s’occuper du mal qu’elle pourrait faire….

Chacun des personnages sont attachants et intéressants. J'ai même préféré les personnages secondaires au personnage principal.

 

Le gros point faible que j'ai mal perçu dans ce roman est : le style. J'ai eu au début beaucoup de mal à entrer dans l'histoire, non pas parce que celle-ci me déplaisait mais plutôt à cause des tournures de phrases mais aussi ce méli-mélo que l'on trouve au sein de chaque chapitre... Des tournures de phrases m’ont dérangées. J’ai même partagé ce livre avec des personnes de mon entourage pour savoir si c’était juste une mauvaise perception de ma part ou pas.  Et bien non, les personnes avec qui j’ai partagé le livre ont bien perçu la même chose que moi et ces fameuses tournures de phrases très, très, biscornues. 

J’ai trouvé le style très étrange, les chapitres mêlaient les différentes histoires si bien qu’on avait un début puis on passait à autre chose et puis on avait la suite de la première histoire…. Si bien qu’avec tant de changements à tout bout de champ, j’ai eu beaucoup de mal à m’accrocher à la lecture.

 

Finissons sur un point fort, la couverture. J’ai beaucoup aimé cette couverture ainsi que l’illustration de la 4èmede couv, les polices d'écritures également sur cette couv et la 4ème de couv. Les petites illustrations au début et fin de chapitre sont très agréables aussi.

 

Malgré des points faibles, l'histoire en elle-même est sympa et je dois dire que je verrais bien cette histoire en fiction filmée pour ados, série ou film....

 

Un petit rappel : Emma McLaughlin et Nicola Kraus sont les auteurs du succès "Nanny, le journal d'une baby sitter".

 

 

C'est pour moi, une lecture mitigée avec quelques points faibles

 mais un bon scénario.Ce n’est par contre, que mon avis,

je sais que ce livre a été très apprécié par d’autres lecteurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel Lafon

 

 

Michellafon

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 20:52

 

 

la fille qui voulait être Jane austen

 

Auteur : Polly SHULMAN

Traducteur : Cécile MORAN

 

Editeur : Albin Michel

Collection : WIZ

Broché - Dès 13 ans - Fiction Ado - Amour - Amitié

Pages : 275

Parution : Septembre 2010

 

 

 

 

 

 Qui a dit que Jane Austen n’était pas rock’n’roll ?

 

 

 

 

 

 

 

Dans la petite ville de Byzance, vit Julia (notre narratrice) et sa meilleure amie de longue date et voisine, Ashleigh.

 

Julia, ado, est une jeune femme tout ce qu’il y a de plus respectable et raisonnable. Mais, elle doit subir continuellement les frénésies de son amie Ashleigh toujours très enthousiaste, d’ailleurs Julia la surnomme « L’Enthousiaste ». Oui, Ashleigh est toujours enthousiaste pour de nouvelles choses et se donne à fond dans ses obsessions toujours très changeantes.

Alors Julia en bonne amie qu’elle est, ne souhaite pas faire d’impair envers sa meilleure amie du coup elle suit bien souvent les différentes frasques et différentes périodes changeantes d’Ashleigh.

 

La reprise des cours a débuté pour les deux amies et à l’été dernier, Ashleigh avait pour obsession le groupe musical « Les Pulls mouillés » si bien qu’il fallait attendre des jours entiers devant le point de vente des billets de concert pour absolument s'en procurer. Ashleigh a eu également sa période « La petite maison dans la prairie » où là, Julia a tenté tant bien que mal d’empêcher son amie d’aller faire du shopping en chemise de nuit à fleurs au centre commercial...

Bref, des tas d’exemples seraient à donner car les frasques d'Ashleigh ne durent jamais bien longtemps et Julia ne sait plus jusqu’où son amie va s’arrêter mais en tout cas elle espère qu'elle va se calmer...

 

Mais voilà qu’Ashleigh abandonne le groupe « Les Pulls mouillés » pour se consacrer à Jane Austen et surtout au roman Orgueil et Préjugés.

Si bien qu’en plus de parler le même langage qu’au 19ème siècle, celle-ci tient absolument à s’approprier des vêtements adéquats où il ne faut pas montrer ses mollets.

Mais Julia s’en prend qu’à elle-même car si Ashleigh se consacre désormais à sa nouvelle passion d’Orgueil et Préjugés de Jane Austen s’est un peu à cause d'elle. Oui, Julia est une inconditionnelle de Jane Austen et avait à plusieurs reprises montré son exemplaire du roman à son amie sans que celle-ci pour autant si intéresse.

Qu’allait-il rester à Julia si Ashleigh s’appropriait ses livres préférés ?

 

Ashleigh se met en tête de trouver le Mr Darcy de ses rêves… et pense bien trouver pour Julia un Mr. Bingley… Pour cela, elle est bien décidée à participer à un bal réputé d’une grande école privée réservée aux garçons de Byzance mais elles n'ont pas de billets d’entrée. Ce n’est pas cela qui va arrêter notre chère Ashleigh. Et Julia est bien obligée de suivre les délires de son amie, et celle-ci lui fait d'ailleurs apprendre les danses pour ce bal, tel le quadrille comme l’aurait fait Elisabeth Bennet.

Avec la détermination d’Ashleigh, elles vont réussir à entrer dans cette grande école privée le soir du bal organisé et en ce qui concerne l'entrée, deux charmants garçons de leur âge vont les aider. Des garçons qu’elles ne connaissaient pas auparavant. Enfin… si. Julia avait déjà rencontré le grand et beau jeune homme qui se trouvait à présent en face d’elle à lui parler… elle n’avait jamais osé lui parler lorsqu’elle l’avait croisé plusieurs fois en ville mais il faisait partie de ses rêves.

 

Ashleigh, depuis cette fabuleuse soirée n’a de cesse de parler de ce beau jeune homme qu’elle compare à M. Darcy et a la ferme intention de le séduire.

Si bien que Julia, ne souhaitant pas froisser son amie qui est bien décidée à conquérir le cœur de ce jeune homme et à en faire son M. Darcy, se plonge dans un renoncement total d’aimer elle-aussi ce jeune homme. Elle ne tient pas à la blesser, veut garder cette bonne relation de meilleures amies de longues dates, du coup Julia renferme ses sentiments et laisse ce très beau M. Darcy à Ashleigh.

 

Bien d’autres choses viendront frapper le cœur de Julia entre des problèmes familiaux, une pièce de théâtre à apprendre en compagnie d’Ashleigh et du beau jeune homme, mais aussi des premiers questionnements sur l’amour et les premiers pas quant à un premier baiser…

 

Je vous laisserai découvrir la suite de l’histoire…

 

 

 

Voilà un roman d’ado, un roman très fleur bleue mais je dois bien avouer que je l’ai littéralement avalé en quasi une traite et il m’a beaucoup plu.

 

 

On entre très facilement dans cette histoire, on est vite pris dans l’ambiance, il n’y a pas de temps mort et on a donc du mal à lâcher la lecture car on souhaite en savoir toujours un peu plus au fur et à mesure de l’avancement de celle-ci.

C’est pourtant une histoire banale de deux meilleures amies, avec en gros point fort l’amour pour un même garçon mais je dois dire que l’auteur a su y intégrer certaines subtilités, certaines doses d’humour qui sont là pour nous régaler.

 

Oui, les situations sont vraiment cocasses et bien souvent dû au personnage d’Ashleigh (L’Enthousiaste) et du coup cela fait souvent sourire. Bien entendu c’est un roman de filles, parlant d’amour, mais il n’est pas pour autant niais. Il y a des doutes profonds d’une jeune ado, des questionnements, une vie de famille pas forcément évidente avec une séparation, un remariage et un souhait de donner un frère ou une sœur à Julia. Donc beaucoup de choses à la fois à accepter pour cette jeune femme. Elle est d’autant plus en questionnement sur l’amour, les premiers baisers. On sent également qu’elle tient beaucoup à son amie Ashleigh car elle renonce totalement à l’amour qu’elle porte pour ce jeune homme qu’Ashleigh aime aussi. Bien sûr, Julia continuera d’y penser, et on aura l’honneur d’en avoir les pensées justement et on sent que Julia a le cœur brisée. Elle ne dévoile rien à son amie, tenant juste à ce que celle-ci soit heureuse. On se rend compte du coup que Julia s’efface beaucoup par rapport à son amie.

 

Comme je vous le disais, on entre très facilement dans cette lecture, même si l’auteur utilise un style assez élaboré je dirais car le style d’écriture est recherché pour un roman d’ados.

 

Le titre du roman n’est pas forcément adéquat par contre. Certes, il y a un gros thème concernant Jane Austen dans le sens où la lubie actuelle d’Ashleigh abordée dans notre lecture est : Jane Austen et le roman Orgueil et Préjugés et donc les personnages du roman. Mais il n’y est pas du tout question de : Fille qui voulait être Jane Austen…… c'est plutôt en rapport avec les personnages du roman de Jane Austen dans le sens où Ashleigh prend sa vie comme si c'était celle du roman de Jane Austen au 19e siècle. 

Le titre anglais est : ENTHUSIASM et un titre se rapprochant de celui-ci aurait donc mieux convenu je pense car Ashleigh, dans ce roman, est surnommée « L’Enthousiaste » par Julia aux vues que celle-ci aborde toujours des périodes de lubies et que Julia donne toujours des surnoms à ces proches.

(autre exemple : elle surnomme son père « L’Amiral ».

Mais bon, c'est juste un point de vue...

 

 

 

J’ai donc, vous l’aurez compris, adoré ce roman.

C’est frais, c’est jeune, c’est drôle, c’est bien écrit,

ça parle d’amour et d’amitié.

On passe vraiment un excellent moment lecture !!!!

 

 

 

 

 

 Challenge Bookineurs en couleurs

 

1ère session : Le Rose

 

 

Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Repost 0
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 13:51

 premieres aventures sherlock holmes 

 

Auteur : Andrew LANE

Traducteur : Marie HERMET

 

Edition : Flammarion

Collection : Grands Formats

Broché - Fiction Jeunesse - Enquête -

Pages : 348

Parution : Février 2011

 

 

 

 

A Londres, en 1868, Sherlock Holmes a 14 ans. Il a passé un an en pensionnat et espère passer ses vacances en famille. Son frère Mycroft vient le chercher et lui apprend qu'il ira cet été chez un vieil oncle dans le Hampshire. Il y découvre son premier meurtre et son premier enlèvement. Avec ses amis Virginia et Matty, il s'apprête à déjouer son premier complot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dès 12 ans

 

Quand Sherlock Holmes s’est retrouvé embarqué dans l’enquête, il ne pensait pas frôler la mort d’aussi près. Une course poursuite haletante s’engage alors…

 

1868, le jeune Sherlock, adolescent de 14 ans, quitte son pensionnat pour les grandes vacances d’été. Dans un sens il a hâte de quitter cet établissement car il n’a aucun ami ici et ce pensionnat est des plus sinitres. Son frère aîné Mycroft vient le rejoindre au pensionnat mais il lui apprend que leur père, militaire, a dû partir pour les Indes et que leur mère va mal. Mycroft ne peut pas le prendre avec lui comme le pensa alors le jeune Sherlock. Non, Mycroft ne pourra le prendre avec lui cet été là car un travail titanesque l’attend à Londres. Il lui apprend qu’il passera son été chez leur oncle, oncle que Sherlock ne connaît pas. Lieu de résidence : un domaine familial dans le Hampshire. Sherlock est déçu et aux premiers jours de ses congés, il pense que cet été sera tranquille, trop tranquille pour lui...

 

Sherlock se trompe. L’été qu’il va passer ne va pas être de tout repos pour lui.

 

Après quelques jours d’ennui, Sherlock fait rapidement la connaissance de Matty. Matty est un jeune orphelin qui arrive tant bien que mal à vivre seul, par ses propres moyens, sans qu’on lui fasse de crasse. Il vit sur une péniche tirée par un cheval de trait. Sherlock et Matty se lient rapidement d’amitié et passent leurs journées ensemble, ce qui n’est pas au goût de l’oncle de Sherlock.

 

Pour ne pas que Sherlock passe trop de temps à rien faire pendant ses vacances et qu’il ne passe pas trop de temps avec ce jeune garçon orphelin, il est donc décidé de lui administrer un precepteur. La seule chance pour Sherlock est que ce precepteur a été choisi et envoyé par son frère aîné Mycroft, un precepteur qu’il connaît de longue date. Precepteur qui se nomme Amyus Crowe

 

L’oncle est très arrêté sur des principes, il ordonne à Amyus Crowe de faire apprendre au jeune Sherlock le latin, le grec, etc. Mais Amyus Crowe n’est pas du tout un homme à rester dans des anciens principes. Non, cet homme  a un certain concept de l’apprentissage tout autre que le vieil oncle de Sherlock. Un apprentissage plutôt novateur, une pédagogie d’observation de la vie. Il va inculquer à Sherlock les lois de la nature. L’emmène dans de longues promenades pour lui apprendre à observer tout ce qui se trouve autour de lui, tout ce qui peut lui servir. Il va lui apprendre également l’art d’être invisible auprès des autres, passer inaperçu pour mieux observer. Sherlock est en quelque sorte conquis par l’expérience de cet homme, et bientôt ne juge que par lui et approuve totalement tout ce qu’il lui apprend et met en œuvre tout ce qu’il lui apprend, très rapidement.

Et bientôt, tout ce que lui a déjà appris Amyus Crowe sur la nature qui l’entoure et l’art de l’observation va servir à Sherlock.

 

Un premier mort retrouvé dans le village, puis un deuxième non loin du domaine familial vont bientôt être découverts. Et l’un de ces cadavres va d’ailleurs être découvert par Sherlock et son precepteur Amyus Crowe. Des cadavres très étranges. Les seuls témoins peuvent affirmer qu’ils ont vu au moment de la mort, un nuage s’envoler. Un nuage noir. Chacun vient à imaginer toute sorte de choses, jusqu’à des âmes de fantômes revenant tuer les humains.

C’est ainsi que Sherlock va mener sa toute première enquête sur ces deux cadavres retrouvés. Il va être aidé bien sûr de Matty, son nouvel ami. Ce jeune garçon va d’ailleurs bien l’aider car orphelin et vivant seul, il est très débrouillard et va apprendre quelques rudiments à Sherlock. Amyus Crowe sera lui aussi un bienveillant aidant pour Sherlock.

Sherlock va rapidement faire la connaissance également de la très jolie fille d’Amyus Crowe. Le jeune Sherlock est sous le charme de cette jeune femme qui monte à cheval sans selle et comme un garçon. Virginia n’est pas comme les autres jeunes femmes de son âge, elle est en avance sur son époque. Elle sera également de la partie pour aider dans l’enquête.

Tout ce petit monde n’a pas encore idée de ce qui les attend, car cette enquête va les confronter à de dangereuses personnes, notamment un baron qui va tenter de les kidnapper. Chose qu'il réussit d'ailleurs et il va également les droguer (première fois que Sherlock va prendre de la drogue, et d’ailleurs celle-ci va lui laisser de délicieuses sensations). Ils vont réussir à s’échapper mais ce baron n’en a pas fini avec eux car Sherlock, Matty, Virgina et Amyus Crowe sont bien décidés à trouver ce qui est arrivé aux deux hommes retrouvés mort.

Ils vont découvrir des choses très étranges qui peuvent provoquer la mort. Mais comment mettre tout ce qu’ils découvrent bout à bout pour tout comprendre…

 

 

 

 

Eh bien j’ai trouvé cette lecture jeunesse très distractive.

 

 

L’auteur nous présente donc sa façon de voir la jeunesse de notre grand détective Sherlock Holmes. Il a imaginé ce qu’il aurait pu faire étant adolescent. Une adolescence rarement évoqué par Sir Arthur Conan Doyle d’ailleurs, voir jamais abordée. On connaît Sherlock Holmes âgé d’une soixantaine d’années mais qu’elle était cet homme avant ? Qu’a-t-il fait ?  Alors d’après l’homme qu’était Sherlock Holmes dans les romans de Conan Doyle, et bien l’auteur ici même en a donc tiré ce qu’il pouvait pour remonter le temps et imaginé ce qui pouvait amener le personnage à être l’homme qu’il était adulte. A quoi ressemblait cet homme étant jeune ? Où a-t-il étudié ? Où a-t-il appris à boxer ? Etc. Tant de questions sur ce Sherlock Holmes.

 

On découvre donc un jeune homme qui quitte un pensionnat. On fait la connaissance du frère de Sherlock Holmes. Sherlock est envoyé en vacances dans un manoir familial. Il est rapidement pris sous l’aile du tuteur qui lui est attribué. C’est cet homme qui va donc inculquer à ce jeune Sherlock tout le tact de l’observation, le don de la réflexion et de la déduction. Et tout ceci va lui permettre de résoudre sa toute première enquête !!

 

L’auteur a donc très bien imaginé la jeunesse de Sherlock comme si elle était réelle. Il a repris chacun des points de caractères du personnage adulte et la transposée au jeune homme adolescent qu’il aurait pu être. C’est totalement en adéquation avec le personnage que l’on connaît je trouve. Il répond donc à certaines questions (dont j’abordais ci-dessus) sur ce qu’était Sherlock Holmes avant que l’on ne le connaisse à la soixantaine.

 

Chaque personnage est vraiment intéressant. On apprécie le tuteur, cet homme qui aurait donc appris à Sherlock tout ce qu’il savait adulte dans les romans de Conan Doyle. L’auteur Andrew Lane est un passionné de Sherlock Holmes et ça se sent, il n’a franchement rien oublié dans ce roman jeunesse.

 

L’intrigue est menée tambour battant, pas de temps mort. Elle est bien ficelée. Les lieux sont bien décrits et intéressants.

 

Le style est agréable et bien adapté pour les jeunes lecteurs. Les adultes apprécieront cette façon d’imaginer l’adolescence de Sherlock Holmes et où il a pu apprendre tous les rudiments qu’il exerce fabuleusement.

 

 

J’ai donc très envie de découvrir la suite des aventures de ce jeune Sherlock.

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 13:30

 

l ete où ma vie a change

 

Auteur : Alyson NOEL

Traducteur : Florance MANTRAN

 

Editeur : Michel Lafon

Collection :

Broché - Littérature Jeunesse - Amour - Amitié - Divorce

Pages : 510

Parution : Juillet 2012

 

 

 

Deux histoires en un livre

 

 

 

 

 

Rendez-vous manqué

 

A quinze ans, Dorothy se prépare pour le plus bel été de sa vie : au programme, des journées entières avec ses amis et, pourquoi pas, une histoire d’amour avec le plus beau garçon du lycée ! mais le rêve tourne au cauchemar quand ses parents décident de l’envoyer chez sa tante à Tinos, une île grecques perdue au fin fond des Cyclades. Adieu les plages californiennes, bonjour l’ennui… A moins qu’une rencontre inattendue lui rendre le sourire ?

 

 

 

Une fille qui fait des vagues

   

A New-York, Anne n’a pas pu prévoir des vacances de folies. Et pour cause, elle déménage sur la côte Ouest, direction la Californie ! Malgré la villa immense et la plage privée, la jeune fille ne se sent pas dans son élément. Et, pour ne rien arranger, elle entre rapidement en compétition avec Ellie qui lui reproche d’avoir les faveurs de Chris, l’irrésistible surfeur. Le conflit se réglera sur le sable…et sur les vagues !

 

 

 

lisademars1178286584

 

 

Rendez-vous manqué

 

 

Dorothy ne pensait même pas ouvrir ce journal lorsque sa mère lui en a fait cadeau. Pourtant, désormais, elle écrit dans celui-ci toutes ses pensées.

A 15 ans, elle pensait vraiment passer le plus bel été de sa vie maintenant qu’elle avait une certaine renommée au lycée. Renommée qu’elle a réussi à se faire en devenant l’amie d’Amanda, la plus fashion et la plus en vue des filles du lycée. Alors, elle pense bien s’amuser cet été et espère fortement entamer une relation amoureuse avec le plus beau des garçons du lycée, Levi.

Oui mais voilà, ses parents ne s’entendent plus et divorcent. Ils décident que pour l’été, Dorothy le passera chez sa tante à Tinos, une île grecque des Cyclades. Dorothy fustige contre ses parents. Elle leur en veut aussi de divorcer et de ne pas penser à elle et à son super été qu’elle aurait pu passer.

Arrivé chez sa tante, Dorothy est encore plus en colère lorsqu’elle apprend qu’il n’y a pas de réseau internet…comment va-t-elle faire pour communiquer avec Levi, avec qui elle est sortie juste avant de partir, et avec comment communiquer avec Amanda.

Mais l’île, aussi petite qu’elle soit, va peut-être laisser quelques surprises à Dorothy comme un cybercafé tenu par Petros, ou encore la rencontre d’un garçon du même âge qu’elle…

Au cybercafé, pour s’occuper, elle ouvrira un blog « Cruel Summer » pour mieux communiquer avec ceux qu’elle a laissé en Californie.

Et le jeune homme qu’elle croise souvent sur la petite île, est assez mignon à ses yeux mais bon… il traîne souvent avec d’autres filles et puis elle sait qu’elle a Levi…

 

 

  lisademars1178286584

 

 

 

 

Une fille qui fait des vagues

 

 

Anne pensait elle aussi passer un super été. Mais, elle déménage pour la Californie soit l’autre bout du pays puisqu’elle habitait à New-York. Elle vient vivre chez son père dans une très belle villa située dans un quartier qui possède sa propre plage privée. Un père absent à son arrivée et les jours suivants, trop occupé par son travail dans le show-business. Au lycée, elle est accueillie assez froidement par certains ou plutôt dirais-je par certaines car Anne est une jolie jeune femme et on pense déjà qu’elle pourrait être une rivale… Surtout que le beau Chris, beau gosse du lycée et surfeur de passion, a tout de suite admis Anne dans leur groupe. Ce qui déplaît fortement à Ellie qui en pince pour Chris et qui voit en Anne sa toute proche rivale.

Dans le groupe, il y a également Jade et Lola qui vont tout de suite bien aimé Anne également. Il n’y a donc qu’Ellie qui ne peut s’empêcher de faire des reflexions à Anne et qui ne s’associe plus au groupe dès qu’elle y est. Et son comportement va empirer le jour où Chris propose à Anne de lui donner des cours de surf.

Ellie se consacre donc toute seule au surf avec, en vue, la compétition Surf Fest qui va bientôt avoir lieu. Ellie a un caractère de battante, de compétitrice et compte bien gagné cette année cette compétition.

Anne prend pour passion le surf, s’entraîne énormément sous les conseils de Chris. Entre eux deux, d’ailleurs, naîtra un début d’histoire d’amour. Voilà une chose de plus qui donne de la hargne à Ellie pour la compétition. Et Ellie n’est pas au bout de ses surprises car quelques jours avant la compétition Anne décide d’y participer pourtant elle n’est pas sûre d’elle, et quelque chose la tracasse avec Chris...

Ellie, elle, pense bien qu’entre elle et sa rivale, Anne, tout va se jouer sur les vagues.

 

lisademars1176302278

 

 

 

 

 

 

Deux histoires en un livre.
Voilà quelque chose qui, je trouve, est très sympa.

Oui mais…

 

 

 

Commençons par la première histoire.

 

Rendez-vous manqué… Pour moi aussi.


Je ne vous cache pas que je me suis ennuyée du début à la fin dans ce court roman.

 

Pourtant l’originalité de la présentation de l’histoire était très sympa : l’histoire est en fait raconter sous forme de lettres écrites à ses parents, sous forme de mails écrits à ses amis, sous forme de blog qu’elle tient au cybercafé et sous forme de journal intime qu’elle écrit tout au long de son séjour.

Je crois que cette présentation, ce style, est bien la seule chose que j’ai apprécié. Dommage, par contre, que l'auteur ne nous fasse part que des écrits de Dorothy (lettres, mails, etc) mais jamais des réponses à ceux-là...

 

Côté histoire, bon ça reste agréable pour l’été. Le lieu, une île des Cyclades, a l’air totalement dépaysant et l’auteur aurait pu peut-être transformer le roman différemment mais ici, l’île est petite, assez déserte donc oui, Dorothy la décrit dans ses différentes façons (blog, lettres, etc) mais vu qu’il n’y a pas grand-chose à en dire... C’est dommage.

L’histoire touche certainement les jeunes filles, avec Dorothy amoureuse éperdue du plus beau mec du lycée. Un garçon avec qui elle est sortie une seule soirée avant son départ pour l’île des Cyclades et dont elle espère beaucoup pour la suite.

 

Mais ce qui m’a déplu le plus je crois, c’est le personnage de Dorothy. Une fille égoïste qui ne pense qu’à elle. Peu importe que ses parents rencontrent des problèmes dans leur couple, le principal pour Dorothy s’est qu’ils ne se séparent pas, qu’ils ne la fassent pas déménager à l’autre bout des Etats-Unis, qu’elle ne change pas de lycée et qu’elle reste dans son quartier. Le reste….

C’est une fille assez superficielle, qui a su lâcher ses copines de toujours pour devenir l’amie d’Amanda la fille la plus en vue du lycée. Tout ça juste pour ne plus être une fille banale.

Au cours de l’histoire, elle se rend bien compte de son comportement et va tout faire pour s’améliorer. C’est la seule bonne chose de son caractère, qu’elle puisse s’en rendre compte.

 

Je n’ai donc pas accroché ni au personnage ni à l’histoire.
Trop de longueurs, une histoire assez plate. Un personnage futile.
Un lieu trop désert où il n’y a pas grand-chose à en dire…

 

Mais, je suis certaine que Rendez-vous manqué
plaira toutefois à de jeunes lectrices.

 

 

  lisademars1178286584

 

 

 Passons à la 2ème histoire : Une fille qui fait des vagues 

 

 

Une histoire d’amour, une histoire d’amitié, une histoire de surfeurs et de sportifs compétiteurs.

Là, j’avoue avoir bien mieux aimé cette histoire par rapport à la précédente.

 

 

J’ai tout d’abord apprécié l’ambiance californienne. On aurait même pu penser à une sorte de remake du feuilleton Beverly Hills. Un groupe de copains qui se connaissent depuis un bon bout de temps. Une fille qui arrive, qui ne connaît personne, et qui se joint au groupe. Des sentiments au sein du groupe jamais avoués. Des duos qui se forment avec des histoires d’amour. De la jalousie.

Tout ceci est ciblé jeunesse également et plaira beaucoup aux jeunes lectrices, mais j’avoue que j’ai trouvé l’histoire agréable. Là, je peux dire que pour une lecture d’été cela a été très sympa.

 

J’ai aimé les personnages. Tous autant qu’ils soient. Pas de second rôle. Le caractère d’Ellie est intéressant car c’est une fille qui n’a jamais avoué ses sentiments, qui a un père qui veut qu’elle réussisse en tout et elle, Ellie, ne veut pas le décevoir. C’est une battante, une compétitrice. Le personnage d’Anne est sympa également. Une jeune fille qui déménage dans un état qu’elle ne connaît pas, un lycée où elle ne connaît personne, et un père absent et submerger de travail. Une jeune fille seule en somme.

 

Le seul reproche que je puisse en faire est qu’ici, également, l’histoire est trop courte pour en développer et en ressortir un bon roman. L’auteur a fait une fin très courte je trouve et du coup un peu lancée comme ça à la va-vite. Je pense que pour cette histoire et la 1ère également, en étoffant un peu plus on aurait eu quelque chose de beaucoup plus plaisant. C’est dommage.

 

 

 

Je pense que chacune de ses histoires auraient pu d’avantage être développées et on aurait obtenu je pense quelque chose de plus fini et plus prenant.

Certes deux livres en un, c’est sympa mais ne faudrait-il
pas que tout soit mieux abouti et étoffé ?

 

 

Avis partagé donc sur L’été où ma vie a changé mais bon on passe tout de même un bon moment lecture d’été. Par contre, je pense que cette lecture est beaucoup plus adaptée à de jeunes lectrices, et je pense qu’elles l’apprécieront beaucoup.

 

 

 

 

Merci aux Editions Michel Lafon pour cette lecture.

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 18:36

 

TOBIE LOLNESS

 

Auteur : Timothée de Fombelle   ADD So Pretty Elements (72)

 

Format : Broché

Editeur : Gallimard Jeunesse

Collection : Hors Série Littérature

Pages : 311

Parution : Avril 2006

 

 

 

Se cachant au creux des écorces, courant parmi les branches, épuisé, les pieds en sang, Tobie fuit, traqué par les siens… Tobie Lolness ne mesure pas plus d’un millimètre et demi. Il appartient au peuple qui habite le grand chêne depuis la nuit des temps. Parce que son père a refusé de livrer le secret d’une invention révolutionnaire, sa famille a été exilée, emprisonnée, condamnée à mort. Seul Tobie a pu s’échapper. Mais pour combien de temps ?

Au cœur d’un inoubliable monde miniature, un grand roman d’aventure, d’amitié et d’amour. Ce premier tome sera suivi par Les Yeux d’Elisha.

 

 

  A partir de 12 ans

 

 

Nous sommes en compagnie de Tobie Lolness, et nous allons découvrir son histoire et pourquoi il est en fuite. Tobie fait parti d’un peuple microscopique, pour son âge (ado) il ne mesure qu’un millimètre et demi, et lui-même et son peuple vivent dans un arbre, le Grand Arbre. Ce peuple se partage cet arbre, et n’imagine même pas qu’en dehors de cet arbre il existe quelque chose d’autre. Pour eux, l’Arbre s’est une planète.

Tobie vivait sur parmi les hautes branches, dans un bon quartier, avec son père et sa mère. Sa mère est fille d’une riche femme aigre et sans amour qui a renié la mère de Tobie le jour où elle s’est marié avec Sim Lolness, le père de Tobie. Oui, il ne faisait pas partie de la haute société. Sim est un bricolo à béret et lunettes, un trouve-tout, un inventeur. A chaque fois, il propose ses inventions au Grand Conseil (qui dirige l’arbre), qui accepte ou non ses inventions pour l’évolution des habitants de l’arbre.

Sauf que le père de Tobie, fait une découverte très avancée. En bon et honnête citoyen de l’arbre, il en parle au Grand Conseil, mais signale de suite qu’il se refuse de dévoiler cette invention révolutionnaire car il est certain que celle-ci détruirait l’arbre. Et donc leur peuple. En effet, Sim Lolness a découvert que la sève de l’arbre pourrait bien, une fois transformée, servir d’énergie motrice. Mais parmi les habitants de l’arbre, certains vont en faire mauvais usage, à mauvais escient, notamment le redoutable Jo Mitch, éleveur de charançons et propriétaire de parcelles de l’arbre et à la tête d’une immense entreprise qui creuse dans les branches et l’écorce de l’arbre, des routes et des tunnels à l’aide de ses charançons. Comprenons de suite, l’ennemi numéro un de l’arbre, puisque l’on voit de suite, que pour arriver à ses fins et au pouvoir il détruit ni plus ni moins l’arbre.

Jo Mitch, parmi la séance tenue du Grand Conseil, apprenant cette découverte, roules des billes immenses et se dit que cette découverte d’énergie motrice pourrait lui faire gagner beaucoup d’argent et creuser encore plus de routes…

Mais Sim Lolness se tait sur sa découverte, et le Grand Conseil, prend ça comme une trahison. Oui le Grand Conseil en lui-même, ne voit pas les mauvaises choses, c’est plutôt Jo Mitch qui a de mauvaises intentions. Et Jo Mitch, manipulateur comme il est, a su se mettre le Grand Conseil dans la poche et le Grand Conseil décide de condamner la famille Lolness à l’exil dans les territoires Basses-Branches. Territoires les plus hostiles de l’arbre, branches tortueuses, humides, sombres ; les hivers y sont rudes et longs et les récoltes pour se nourrir sont rares. Ces terres hostiles les Basses-Branches se trouvent non loin de la frontière des Pelés. Tobie en a souvent entendu parler. Une frontière a ne pas dépasser, celui qui la traverse meure, et il a donc souvent entendu parler des Pelés, un autre peuple qui soi-disant existerait. Mais Tobie n’a jamais vu aucun Pelé…

La famille Lolness arrive dans les Basses-Branches, et réussit tant bien que mal à se construire un nouveau logis et à ne pas mourir de froid. Tobie est pourtant très heureux, pour lui ces branches sont un vrai terrain de jeu, tortueuses, un vrai labyrinthe. Le jour où il découvre un lac dans le creux d’une branche, il est encore plus enchanté. Il le sera encore plus lorsqu’il y trouvera Elisha, une jeune fille de son âge, au visage un peu arrondi et aux grands yeux étirés. Elle sera très vite son amie, elle et sa mère.

Mais Jo Mitch entend bien récupérer l’invention de Sim Lolness, et arrive à refaire juger la famille, et les faire emprisonner et condamner à mort. Seul Tobie, arrive à s’échapper de cette condamnation, de par sa petite taille il arrive à se glisser dans le moindre creux d’une écorce et c’est comme cela qu’il arrive à échapper à ses tortionnaires.

Désormais il est en fuite, seul contre tous. Car tout un tas de chasseurs est à ses trousses puisque Jo Mitch offre une récompense à celui qui le trouvera. Tobie est donc traqué par les siens.

 

 

 

Que j’ai aimé cette histoire !!!!!!!!!!!!!!!!!
Que c’est original et palpitant !!



Dès les premières pages, Tobie, 13 ans, est en fuite, poursuivi par une bande de chasseurs violents. Course poursuite haletante, Tobie est fatigué mais parvient à se maintenir pour retrouver ses parents. Puis à travers cette course effrénée, nous, lecteur, faisons des bonds en arrière afin de comprendre ce qui s’est passé auparavant et pourquoi Tobie est en fuite. On retrouve donc là, une qualité d’écriture extraordinaire, où l’auteur crée sans cesse des bonds en arrière afin que le lecteur comprenne pourquoi Tobie est en fuite, seul, contre une horde humaine. Pourquoi un peuple s’en prend à un enfant de 13 ans. On ouvre donc le livre en pleine fuite de Tobie, sans comprendre dès l’instant, pourquoi il est en fuite. Et pas à pas, grâce aux pensées, aux souvenirs de Tobie, l’auteur introduit  l'histoire de Tobie d’avant sa fuite. Et l’auteur nous tient en haleine, puisqu’il ne nous livre pas tout d’un coup, il égrène au fur et à mesure. C’est royal.

L’auteur est d’autant plus doué, que cette histoire se déroulant sur un arbre, est à l’image de notre monde. Il nous offre là, une fable écologique, une sorte de métaphore de notre univers. Le peuple de Tobie vit sur l’arbre, sans savoir qu’ailleurs il pourrait exister autre chose, et vivent donc au profit de l’arbre, grâce aux ressources qu’il offre. Mais on imagine bien que les ressources s’épuisent (métaphore de notre Terre…). Le message écologique à travers ce livre est très fort, fait prendre conscience que notre planète et ses ressources sont elles aussi réduites par nous-mêmes. On y comprend aussi que la science est importante, que ses avancées sont nécessaires pour le peuple mais que la science peut faire du tort à la nature.

 

Puis l’auteur, montre également à travers cette histoire, un certain côté politique, et les échelles de la société. Une inégalité entre les cimes de l’arbre où vivent les riches, et les Basses-Branches, les terres les plus hostiles, où vivent les reclus de la société. Le personnage de Jo Mitch, propriétaire de nombreuses sociétés, est très bien caricaturé comme le dirigeant. Un être doté de mauvaises intentions qui veut faire main-basse sur l’arbre, et qui réussit très bien à diriger le peuple envers lui. Il instaure aussi ses propres lois jusqu’à martyrisé les faibles personnes. 

 

Bref, l’auteur a reproduit avec cet arbre et son peuple, notre Terre et nous, humains. C’est incroyable, l’imagination qu’il a eu, pour reproduire métaphoriquement des situations, des actes de la vie quotidienne. Et pour le coup, la notre d’imagination, travaille aussi, et c’est très agréable.

 

Dans ce livre, on retrouve également tout un tas de sentiments forts comme l’amitié, l’amour maternel ou paternel, la tendresse, l’amour (car on comprend vite que l’amitié que Tobie a à sa rencontre avec Elisha, se transforme pour Tobie en émotions plus tendre envers cette jeune fille qui ne ressemble pas à son peuple) ; on retrouve aussi l’agressivité, la férocité des hommes qui au cours de la course poursuite se transforment en guerriers. Des guerriers avides de combats envers un garçon de 13 ans.

 

 

Bref, ce livre regorge de messages pour le lecteur,
qu’il soit jeune lecteur ou adulte (cette histoire n’est pas que pour la jeunesse).
On y retrouve une aventure haletante, enrichissante, mais aussi touchante.
Timothée de Fombelle est un auteur de talent.  Coup de cœur assuré !!

J'ai hâte de découvrir la suite.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 13:32

fashion victim

 

De Irène Cohen-Janca

 

Format : Broché

Editeur : Editions du Rouergue

Collection : DoAdo

Pages : 152

Parution : janvier 2005

 

 

 

Dans la famille de Vincent, l'excentrique, c'est la tante Pauline : travaille dans la mode, pas d'enfant, toujours perchée sur ses talons, la bouche rouge et pulpeuse. Sophistiquée et provocante, elle fait plutôt tache dans la famille. Quand elle débarque une fois par an, c'est la fête : un feu d'artifice de rires et de parfums. Vincent adore ça. D'autant que cette fois-ci, l'attrapant par le menton, elle l'examine et lui révèle qu'il pourrait bien devenir tout à fait séduisant. Un beau gosse, vraiment, avec ses yeux bleus et ses lèvres bien dessinées. Mais qu'il laisse tomber ses fringues maussades et grises... Habillé branché, Vincent découvre une autre image de lui. Miracle ! Le miroir ne lui renvoie plus de signal de détresse. Quelques regards de filles glissent même sur lui. Fashion victim, pourquoi pas ?

 

 

 

Vincent est un ado de 17 ans, ni beau, ni laid, il est surtout mal dans sa peau ne sachant quoi faire de son corps justement. Vincent est comme cela, mal dans sa peau, surtout à cause de ses « bubons » (boutons d’acné) qui lui défigurent le visage. Ça perturbe beaucoup son adolescence et le rend peu sûr de lui, et il ne tente pas du coup d’arranger son corps. Vincent pense qu’il n’y a rien à faire.

Il aimerait être comme certain, il aimerait plaire aux filles, et avoir de l’assurance.

 

Les vacances d’été viennent de se terminer, des vacances en famille, épouvantables. Epouvantables, car Vincent aurait aimé faire partie de ces bandes de jeunes sur la plage, Vincent aurait aimé conquérir le cœur d’une jeune fille qu’il rencontrait chaque jour sur la plage.

C’est l’heure de la rentrée des classes, dans un sens heureusement se dit Vincent car il n’en pouvait plus des vacances sur la plage.

Il va rejoindre ses amis, Fred et Alexandre, qui avec Vincent forment le groupe des Invisibles. Personne ne les remarque au lycée. Alexandre est comme Vincent, ne se préoccupe pas de la mode, et est accro à la poésie. Fred, lui, identique à Vincent et Alexandre, est absorbé par ce père qui ne veut pas de lui.

La rentrée passe, puis les semaines, Vincent est toujours horrifié par les bubons qui bourgeonnent sur son visage. Mais une chose le console. Bientôt, la tante Pauline, excentrique sœur de sa mère, va arriver dans la famille comme elle le fait chaque année vers octobre novembre. La tante Pauline est tout l’inverse de la mère de Vincent. Elle travaille dans le milieu de la mode, c'est une femme sophistiquée, excentrique par ses tenues et son langage. La voilà qui arrive dans la famille plutôt rangée de Vincent. Et Vincent, son frère et son père sont heureux de voir Pauline arriver, avec ses nombreuses histoires rocambolesques à raconter. Il n’y a que la mère de Vincent qui ne soit pas heureuse de voir sa sœur.

Pauline voit son neveu grandir, et examinant Vincent en détail, elle voit un beau jeune homme qui pourrait bien être séduisant, si encore il voulait bien se mettre en valeur et abandonner ses vêtements de couleurs ternes et sans formes. C’est alors que tante Pauline décide d’emmener Vincent faire les magasins de vêtements. Elle veut lui faire prendre conscience qu’il peut être un jeune homme très séduisant si il prend soin de lui un minimum. D’essayages en essayages, Pauline va offrir à Vincent un superbe manteau « de luxe », qui bien évidemment va embrouiller les deux frangines ;-)

Ce manteau, Vincent va le porter, et grâce à lui, il va découvrir une autre facette de lui. Ce manteau le rend beau enfin à ses yeux. Vincent va même jusqu'à le porter pour dormir. D'un coup, il se sent bien, et il veut prendre soin de lui. Il prend la décision de traiter ses bubons sur son visage.

Il n’avait pas porté son manteau hyper fashion, encore, au lycée, mais le jour où il arrive avec, voilà qu’on le remarque, lui qui était si invisible. Alors il se sent bien. Il découvre une autre image de lui, une image qui lui plaît et qui plaît aux autres. Alors il va continuer à s’habiller brancher jusqu’à devenir une sorte de fashion victim.

Mais est-ce que ce nouveau rôle va convenir à Vincent dans sa vie d’ado ? Va-t-il réellement trouver ce qu’il cherchait ?

Vincent va découvrir aussi pendant cette période, un secret de famille bien caché. Un secret qui lie sa mère et sa tante Pauline.

 

 

 

 

Un livre jeunesse ado intéressant.

Et pour une fois, il ne met pas en scène une fille comme le titre pourrait

le faire penser, mais un jeune homme.

 

En effet, le personnage principal de ce roman est donc Vincent, 17 ans, qui est mal dans sa peau. Et c'est plutôt rare d'avoir dans les romans jeunesse, un point de vue masculin pour aborder ce thème.

 

Un thème qui aborde donc l'adolescence, la métamorphose du corps, la prise de conscience de soi, le mal être dans sa peau. Les angoisses de Vincent (son acné, son sentiment d'être invisible auprès des autres, des secrets de famille...), il va les gérer grâce à la mode et notamment grâce à un vêtement.

Tout ne viendra pas de lui-même, c'est sa tante qui sera l'instigatrice de sa prise de conscience que la mode peut l'aider. Elle est là, pour lui faire prendre conscience que prendre soin de lui l'aidera dans son mal être. Le plus gros problème de Vincent étant son acné, sa tante mais aussi un de ces amis vont le convaincre de soigner ses boutons. Jamais il ne se sortira de ce mal être perpétuel qu'il ressent, si lui-même ne se prend pas en mains, se laissant aller. De là, Vincent, en quête de lui-même, prendra conscience de tout ça, et prendra également la mode comme quelque chose qui peut l'aider à s'exprimer. Sa tante lui fait comprendre qu'il a du potentiel mais qu'il ne le met pas en valeur.

 

Le regard des autres peut être méchant et dur. Ce roman montre comment il peut atteindre autrui, et comment on peut être mal à l'aise face à ça.

Chacun de nous est passer par cette étape à l'adolescence.

Ce livre montre comment les vêtements, le changement de look peuvent parfois aider dans ce contexte.

 

Deuxième point du livre, un adolescent face à des problèmes familiaux, des secrets de famille. Ce qui viendra pertuber le héros du roman.

 

Le style est fluide, facile à lire. Irène Cohen-Janca a bien conscience de ce que peut ressentir un ado.

 

 

Un roman qui analyse de façon intéressante l'adolescence, les problèmes de mal être (un des gros problèmes des ados entre le monde enfants - adultes),  mais également une analyse sur ce que peut ressentir un ado face à des problèmes de relations familiales.

En lisant juste le titre, jamais je n'aurai penser découvrir tout ceci dans ce livre.

 

 

 

 

 

 

Lu dans le cadre du challenge Read me, I'm fashion

organisé par L'Irrégulière

 

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0

  • : 1er Chapitre
  • 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs