Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 15:55

 chroniques de spiderwick

 

TOME 1 : Le livre magique

 

Auteur : Holly Black

Illustré par : Tonny Di Terlizzi

Traducteur : Bertrand Ferrier

 

Editeur : Pocket Jeunesse

Collection : 9/12 ans

Dès 9 ans - Série fantasy - Aventure - Amitié - Courage

Pages : 144

Parution : Mars 2004

 

 

 

 

 

 

 

 

Tome 2 chroniques spide

 

Tome 2 : La lunette de pierre

 

Auteur : Holly Black

Illustré par : Tonny Di Terlizzi

Traducteur : Bertrand Ferrier

 

Editeur : Pocket Jeunesse

Collection : 9/12 ans

Dès 9 ans - Série fantasy - Aventure - Amitié - Courage

Pages : 133

Parution : Mars 2004

 

Tome4 chroniques spide

 

Tome 4 : L'abre de fer

 

 

Auteur : Holly Black

Illustré par : Tonny Di Terlizzi

Traducteur : Bertrand Ferrier

 

Editeur : Pocket Jeunesse

Collection : 9/12 ans

Dès 9 ans - Série fantasy - Aventure - Amitié - Courage

Pages : 144

Parution : Mars 2005

 

 Tome3 chroniques spide

 

Tome 3 : Le secret de Lucinda

 

Auteur : Holly Black

Illustré par : Tonny Di Terlizzi

Traducteur : Bertrand Ferrier

 

Editeur : Pocket Jeunesse

Collection : 9/12 ans

Dès 9 ans - Série fantasy - Aventure - Amitié - Courage

Pages : 144

Parution : Novembre 2004

 

Tome5 chroniques spide 

 

Tome 5 : La colère de Mulgarath

 

 

Auteur : Holly Black

Illustré par : Tonny Di Terlizzi

Traducteur : Bertrand Ferrier

 

Editeur : Pocket Jeunesse

Collection : 9/12 ans

Dès 9 ans - Série fantasy - Aventure - Amitié - Courage

Pages : 134

Parution : Juin 2005

 

 

 

 

 

 

  

Vous n'avez jamais cru aux fées, gobelins

et aux êtres fantastiques ?

  

Ecoutez bien ce qui se passe

dans l'antre de vos murs...

Dans le Monde qui nous entoure...

  

 

 

 

 

Jared et Simon Grace, jumeaux de 9 ans, et leur sœur Mallory, 13 ans, viennent d’emménager avec leur mère dans une ancienne bâtisse appartenant à leur vieille tante placée désormais dans un asile. Personne n’est très enthousiaste à l’idée de s’installer dans cette maison qui donne l’impression qu’elle va s’écrouler d’un moment à l’autre mais Helen Grace, la mère des enfants, vient de se séparer du père des enfants et se retrouve à la rue. Elle n'a donc plus que cette solution pour donner un toit à ses enfants.

 

Cette maison appartenait auparavant au Grand-oncle d’Helen Grace, un éminent chercheur, naturaliste, Arthur Spiderwick.

  

Petit aperçu sur les caractères des trois enfants : 

 

Simon, collectionneur d’animaux en tout genre, est donc un passionné d’ animaux, il se voit bien plus tard dompteur de lion ou encore vétérinaire.

  

Mallory, elle, est une adepte de l’épée, passionnée par l’escrime.

  

Quant à Jared, personne ne se souci trop de lui ou bien si, il porte souvent le chapeau lorsqu’une bêtise est faite. Mais Jared est le plus déluré des trois.

 

Chacun découvre la maison.

  

Mais très rapidement des bruits commencent à se faire entendre dans la maison, puis se sont des objets qui disparaissent. Les trois enfants prennent peur à l’idée que cette maison soit hantée. Mais Jared, notre plus dégourdi des trois enfants, ne tarde pas à mettre à jour une cachette. Il s’avère que cette cachette était le refuge d’un très espiègle farfadet… Jared en fait sa connaissance avec stupeur et émerveillement. Il se prénomme Chafouin.  Mais ce farfadet n’est pas très content qu’il y ait de nouveaux habitants dans cette maison…

 

Les ennuis commencent lorsque Jared découvre un passage secret qui mène au grenier. Ce grenier était en fait le repère d’Arthur Spiderwick et il y avait établi son bureau. Une pièce dissimulée qui n’a accès que par le passe plat ou bien à travers une vieille armoire.

Dans ce bureau, Jared y découvre un très vieux grimoire appartenant à Arthur Spiderwick, Le Guide d’Arthur Spiderwick du monde merveilleux qui vous entoure. Bravant les interdictions signalées par son ancêtre, Jared ouvre ce vieux grimoire orné de magnifiques illustrations. Il y découvre en effet, une multitude d’êtres féeriques. Ce grimoire retrace un univers merveilleux, retraçant les lignées de fées, de trolls, de farfadets, de gobelins, mais aussi celui d’un ogre maléfique, Mulgarath.

 

Mulgarath hante ce monde d’êtres féeriques et veut en devenir le maître invétéré. Pour pouvoir contrôler ce monde, Mulgarath doit s’emparer du Guide d’Arthur Spiderwick.

 

Bien évidemment, Mulgarath va tout faire pour le posséder et dominer le monde féerique.

 

Commence alors une rude existence pour Jared, Simon et Mallory qui vont devoir s’aventurer parmi les êtres du Monde Invisible et ils vont parfois devoir y faire  bataille contre des forces maléfiques, celles lancées par Mulgarath.

 

Quant à Arthur Spiderwick, le Grand-oncle de la famille Grace, il a mystérieusement disparu il y a de ça 80 ans…..

 

Au cours des 5 livres de ce 1er cycle, Jared, Simon et Mallory vont croiser les routes de différents êtres féeriques du Monde Invisible, du monde qui nous entoure…

 

 

 

 

Que d’aventures et de rencontres au cours de ces 5 tomes du 1er cycle.

Oui Les chroniques de Spiderwick se déclinent en 2 cycles

dont le 1er cycle est représenté avec 5 tomes.

 

Mais le cyle 2 "Au-delà du monde de Spiderwick"

n'en est visiblement pas une suite à prorprement parler.

 

 

Une littérature jeunesse que j’ai beaucoup appréciée. Où se mêle vie réelle et monde imaginaire.

Une vie réelle avec un divorce, un déménagement, des enfants tous les trois bien différents et une maman un peu débordée et qui bien souvent remet tout sur le dos de Jared sans attendre la moindre explication…

Et puis, un monde imaginaire où on retrouve à foison des rencontres avec des personnages féeriques.

Et des passages, tout au long de la lecture de ces 5 tomes, entre le monde réel et le monde imaginaire.

 

On a donc là un cocktail d’émotions diverses et des aventures féeriques.

 

L’humour est également au rendez-vous. Tout ça agrémente donc une lecture très agréable. Certains personnages féeriques sont vraiment très amusants, je pense notamment à ce facétieux farfadet, le nommé Chafouin qui, oui, est rempli de malice, d'espièglerie et vous me direz d'ailleurs que cela est tout à fait naturel pour un farfadet ;-)

 

L’écriture est de qualité et facile à lire. Les 5 tomes de ce 1er cycle se lisent très rapidement.

 

Et en plus de  ça on a là de beaux livres objets. Un papier de qualité, une découpe de pages irrégulière (tel un vieux grimoire peut être ?).

 

Et puis, au fil des pages de ces 5 tomes, on découvre de splendides illustrations des scènes. A chaque début de tome, on a également un plan des environs de la maison qu’occupent les enfants Grace et leur mère. Ces illustrations sont de vraies merveilles !!

 

Les tomes sont déclinés en différents chapitres qui porte chacun un titre bien adéquate et intéressant.

 

Alors si vous aussi vous voulez découvrir les mystères du Monde Invisible qui nous entoure, je n’ai qu’une chose à vous dire : n’hésitez pas, on passe un très bon moment en compagnie de tous les personnages

(en dehors de Mulgarath bien évidemment…).

Et j’ai bien évidemment, très envie de découvrir le cycle 2 même si visiblement ce n'est pas la suite avec les mêmes personnages.

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 19:06

  

 

Couverture-Tom-Sawyer

 

Auteur : Mark TWAIN

Traducteur : Sidonie Van Den Dries

Illustrateur : Olivier Desvaux

 

Editeur : Tourbillon

Collection :

Roman Jeunesse dès 10 ans - Aventures - Amérique - Mississippi

Pages : 208

Parution : Mai 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux abords du Mississippi,

à St Petersburg

 

 

Il arrive bien des aventures à Tom Sawyer. Elevé par Tante Polly, Tom Sawyer préfère vivre de passionnantes aventures plutôt que de rester assis sur les bancs de l’école.

 

Il ne pense qu’à faire l’école buissonnière pour aller retrouver son ami Huckleberry Finn ainsi que son copain de classe Joe Harper. Eux trois préfèrent s’identifier à des personnages d’aventures littéraires et du coup ils jouent aux pirates, ou bien ils s’en vont pêcher, nager, etc.

 

Tante Polly n’est pas dupe, et elle connaît par cœur Tom Sawyer quand celui-ci veut lui cacher quelque chose… Elle sait qu’il fait l’école buissonnière et Sid, le petit frère de Tom, est souvent là pour vendre la mèche. Si bien que Tom est souvent puni par Tante Polly qui tient à inculquer à Tom et Sid une éducation stricte. Pour Sid, aucun problème, c'est le parfait petit ange (ce qui agace Tom).

 

Mais Tom a plus d’une combine en tête et il lui arrive toujours un tas d’évènements rocambolesques comme la fois où lui et Huckleberry ont été témoins d’un meurtre. Ils se sont rendus, lors d’une nuit de pleine lune, au cimetière, pour enterrer un chat et ils y ont rencontrés trois hommes. Ces trois là étaient en train de déterrer un cadavre quand bientôt la scène tourne à la bagarre. Les trois hommes se battent, les deux amis cachés dans des buissons les reconnaissent. Il y a le docteur, Muff Potter et l’impressionnant Joe l’indien. L’un d’eux va être poignardé lors de cette bagarre et Tom et Huck ont tout vu.

La peur va les tenailler depuis cette nuit.

 

D’autres aventures, bien entendu, comme la fois où Tom, Huck et Joe Harper fuguent et que tout le village partent à leur recherche, puis abandonnent pensant qu'ils sont morts, alors qu’ils se sont fabriqués un radeau pour aller se réfugier sur une île au milieu du Mississippi pour vivre comme des aventuriers à la conquête d'un nouveau monde. Un lieu où personne ne viendrait dire à chacun ce qu'il faut faire ou ne pas faire...

 

Tom Sawyer n’aime pas l’école, sauf pour y voir la jolie Becky Thatcher, la fille du juge. L’ange aux nattes blondes, la bien-aimée à laquelle il pense souvent, et où même la guerre et la piraterie parfois ne l’intéressent plus. Du coup, Tom fait tout pour l’impressionner mais ce n’est pas toujours bien réfléchi… si bien qu’à un moment donné il se retrouve perdu dans une grotte avec Becky et ils sont bien près de mourir.

 

Bref, que d’aventures rocambolesques pour Tom Sawyer qui ne rêve que de partir au bout du monde pour explorer des contrées inconnues.

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me suis régalée avec les aventures de Tom Sawyer.

Que de souvenirs qui remontent à la mémoire.

 

En dehors de la lecture des aventures de Tom Sawyer, j’ai le souvenir bien sûr de la série animée de mon enfance, des années 80 : « Tom Sawyer, c’est l’Amérique ».

 

C’est un petit bonheur de lire Tom Sawyer de Mark Twain même si ici, c'est une version abrégée.

 

Les aventures sont vraiment cocasses. Tom est près à inventer mille et une bêtises pour impressionner les copains ou même mieux, Becky Thatcher. Mais bien souvent il se retrouve plongé dans de vraies aventures où le danger le guette souvent. Mais c’est immanquablement très drôle.

 

J’ai adoré les passages où souvent Tom échange avec les copains tout un tas d’objets divers qu’il échangera de nouveau pour avoir autre chose. Cela part d’une bille à un trognon de pomme, un rat mort, un tesson de verre bleu, une clef qui n’ouvre rien, un soldat de plomb, des têtards, un chat borgne, un bouton de porte, etc. Tous ces objets récoltés vont lui servir en échange d’autres choses ou de services. C’est vraiment très amusant !!

On remarque donc comment Tom Sawyer est très malin et comment il arrive à embobiner son petit monde, les copains tout autant que Tante Polly.

 

Un personnage qui incarne une certaine liberté, avec un appétit de vivre mais surtout de découverte. Tom est un aventurier et il a en lui l’amour de l’aventure. Il est piqué de curiosité. Il pense souvent à sa petite personne, mais tout à l’inverse c’est quelqu’un qui a le cœur sur la main. Il est près à se faire punir pour couvrir sa dulcinée, Becky. Et puis, même s’il ne prend pas de gant et fait voir la vie dure à sa tante Polly, au fond de lui il l’aime beaucoup.

Bien sûr, lui et son compère Huck vont nous faire vivre de nombreuses aventures.

 

L’histoire est vraiment plaisante à lire et je me rend compte qu’elle sait traverser le temps, et que l’on prend toujours autant de plaisir à la lire.

 

Mark Twain a en plus une écriture pleine d’humour.

 

Les illustrations sont très jolies. Deux types d’illustrations : des petites scénettes en début de chapitre faites en noir et blanc au crayon de bois. Elles sont fines, ont un lien avec le chapitre. Et puis, des illustrations réalisées à la peinture à l’huile si je ne dis pas de bêtise, une belle coloration, de jolis jeux de lumières. Ce qui m’a embêtée par contre, c’est le fait que l’illustration montrant Tom Sawyer en compagnie de Becky nous montre une Becky brune alors que Becky est une petite fille, comme souvent référencé dans le texte, aux nattes blondes…

 

Des aventures qui ne vieillissent pas, à lire et à relire,

les aventures de Tom Sawyer.

 

 

 

 

 

 

Illu-1-300x357

@ Tourbillon

 

 

 

 

 

siteon0-130x51

 

 

 

 

Sur ce blog, retrouvez Poil de Carotte illustré par Olivier Desvaux.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 19:27

 

 le vieux fou de dessin 

 

 

Auteur et Illustrateur : François PLACE

 

Editeur : Gallimard Jeunesse

Collection : Folio Junior

Japon - Hokusaï - Estampes - Art

Pages : 96

Parution : Novembre 1997 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

deco11

 

Il était une fois au Japon, au cœur du XIXe siècle, un petit vendeur des rues, nommé Tojiro. Le jeune garçon rencontre un curieux vieil homme qui dessine toute la journée des lions-dragons, des ponts suspendus, des saules qui pleurent… C'est Hokusai, le plus grand artiste japonais, le maître des estampes, l'inventeur des manga (ce qui veut dire : «dessins au fil de la pensée»). Tojiro devient son ami et son apprenti.
On le suit dans l'atelier du maître pour apprendre la magie de la gravure et de l'estampe japonaise.

 

 

 

 

 

 

 

1830 - Edo (actuellement Tokyo),

Capitale du Japon

 

 

Tojiro a 9 ans, il est vendeur ambulant et vend des gâteaux de riz dans les rues de la ville. Au cours d’une de ses tournées, il fait la connaissance d’un vieil homme assez mystérieux qui dessine toute la journée et cela intrigue beaucoup Tojiro.

 

Tojiro est un enfant débrouillard, curieux et il apprécie beaucoup ce que fait ce vieil homme.

 

Il passe le voir chaque jour.

 

Ce vieil homme est en fait Hokusaï, maître des estampes et inventeur des mangas.

 

A force de venir, chaque jour, le voir, Hokusai se rend compte que Tojiro est fasciné par le dessin. En effet, Tojiro est émerveillé devant les magnifiques estampes que réalise le vieil homme.

 

Va naître, alors, une réelle amitié entre le vieil homme et l’enfant de 9 ans.

 

Hokusaï  va en faire son apprenti. Il va tout lui apprendre pas à pas, la réalisation des estampes depuis la gravure jusqu’à la mise en couleur, le travail à l’encre, etc.

 

Bien entendu, cette rencontre va bouleverser la vie de Tojiro. Mais arrivera un beau jour où Hokusai aura tout appris à Tojiro…

 

 

 

 

Un livre jeunesse très intéressant.

 

Etant fascinée par les estampes d’Hokusaï, j’ai voulu lire ce petit roman jeunesse faisant découvrir la vie de cet artiste Japonais mais aussi la vie au XIXe siècle.

 

1830, on découvre la vie dans la capitale qui, alors, se nomme Edo (Tokyo actuel), les lieux, les us et coutumes. Et surtout comment on réalise des estampes à cette époque et ce qui fût le quotidien de l’artiste Hokusaï.

 

Beaucoup de descriptions sur la réalisation d’estampes à l’époque et toutes les longues étapes par lesquelles il fallait passer alors. Un travail long et méticuleux. C’est vraiment intéressant.

 

Une écriture adaptée bien entendu pour les jeunes lecteurs, et l’auteur appuie beaucoup son texte sur des illustrations insérées au texte. Ce qui est donc, en plus, très explicatif visuellement. Elles sont magnifiques, signées par l’auteur François Place.

 

On découvre une culture riche et intéressante, un art traditionnel fascinant et magnifique (à mon sens), on a envie d’en découvrir encore plus sur cet artiste et inventeur du manga…

 

Un roman jeunesse très intéressant en tous points :

histoire, us et coutumes Japonaises, culture, art,

sagesse et amitié entre générations.

A découvrir et à faire découvrir aux plus jeunes.

 

 

 

 

 Challenge Bookineurs en Couleurs

 

4ème Session : le Vert

 

 

Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 13:22

 

 

mary poppins 

Auteur : Pamela Lyndon Travers

Illustrateur : Brigitte Monzein et Jean-Gabriel Monnier

Traducteur : Vladimir Volkoff

 

Editeur : Hachette Jeunesse

Collection : Le Livre de Poche Classique

Roman fiction jeunesse - Dès 9 ans

Pages : 252

Parution : Novembre 2003

 

 

 

 

 

Mary Poppins monte l’escalier sur la rampe, verse de la même bouteille, successivement : du sirop de citron, de la glace à la fraise, et du punch au rhum ! Mais qui est donc vraiment Mary Poppins, la nouvelle gouvernante des enfants Banks ? Mystérieuse et imprévisible à souhait, elle est tantôt l’amie de Bébert, le marchand d’allumettes, tantôt la reine du Zoo. Elle est arrivée avec le vent d’est et repartira avec le vent d’ouest, accrochée à son parapluie…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Londres, allée des Cerisiers, Monsieur Banks est très occupée à ses affaires. Et Mme Banks n’en revient pas que Katie, la bonne des enfants, la lâche sans la prévenir au préalable. Voici qu’elle se retrouve sans gouvernante pour ses enfants : Jane, l’aînée, Michael le second, et John et Barbara les jumeaux.

Et en ce jour de grand froid et de grand vent qui arrive d’est, selon les observations de Monsieur Banks, il donne l’idée à son épouse de passer une annonce pour trouver une gouvernante. Alors une fois Monsieur Banks parti à la banque où il officie, Madame Banks s’affère à rédiger des courriers aux journaux pour demander de lui envoyer des bonnes d’enfants.

Mais, au soir même, les enfants Banks aperçoivent par la fenêtre une silhouette, comme venue jusque devant chez eux portée par le vent. Ballotée par le vent, portant un sac de voyage, la femme retenait son chapeau, mais on aurait cru voir que le vent la soulevait en l’air pour la reposer ensuite au sol.

Les enfants Banks ne tarderont pas à faire la connaissance de Mary Poppins.

 

Reçue par Mme Banks, celle-ci lui demande à peine des références que Mary Poppins l’interrompt lui signalant qu’elle n’en a aucune à proposer et que c’est démodé !!

Mme Banks lui fait visiter la maison, monte les escaliers, Mary Poppins la suit mais au lieu de monter les marches, elle grimpa sur la rampe et monta en glissant silencieusement.

Jane et Michael n’avait jamais vu quelqu’un faire quelque chose de semblable.

 

Et les enfants Banks sont loin d’avoir tout vu !!

 

Bientôt ils verront que le sac de Mary Poppins peut apporter bien des surprises et qu’il contient une multitude d’objets. Ce qui est très bizarre car à chaque fois qu’ils jettent un œil au sac…il est vide. Et d’une bouteille extraite de son sac, Mary Poppins surprendra de nouveau les enfants. Un sirop à administrer «Une cuillerée tous les soirs avant de se coucher » était inscrit sur l’étiquette mais aucun des enfants n’en voulait. Mary Poppins a bien fait d’insister car le goût était délicieux !! mais un coup il était au goût de glace aux fraises et la seconde d’après au sirop de citron !!!

 

Il se passait désormais dans la maison des Banks des choses bien étranges, extraordinaires et fascinantes. 

Même cette fois où Mary Poppins leur fit rencontrer Bébert, marchand d’allumettes de son état mais aussi peintre sur les trottoirs. Et les enfants Banks vont découvrir que grâce à Mary Poppins et Bébert on peut se balader dans les tableaux peints par Bébert.  

Mais aussi qu’une drôle de boussole peut les faire voyager sur tous les continents.

 

Cette drôle de nounou va changer le quotidien des enfants Banks. Et malgré le mauvais caractère de Mary Poppins et son autorité, les enfants Banks vont l’adorer et la remercier de leur donner cette vision du monde.

 

 

 

 

On ne présente plus Mary Poppins !!

 

Mais pour moi, c’était la 1ère fois que je lisais ce classique. Et oui, je connaissais Mary Poppins en version Disney mais pas du tout en version littéraire.

 

Que de changements !!

 

Le roman est en effet tout autre que la version Disney. Notamment dans le personnage de Mary Poppins où ici l’on a une gouvernante sévère, revêche, et bien peu courtoise sauf envers quelques personnes. Par contre, elle est toujours aussi coquette ! La Mary Poppins de Disney est, elle, beaucoup plus appréciable dans son caractère, femme charmante, courtoise, et plus pimpante et virevoltante que dans la version littéraire.

Et malgré son caractère assez détestable, les enfants Banks l’adore et n’ont qu’une peur… qu’elle s’en aille.

Intransigeante côté discipline, on sent qu’elle exerce ceci pour le bien des enfants Banks afin de leur montrer la vie et de leur inculquer quelques principes.

Elle exerce différents pouvoir, mais le plus fort qu’il en ressort est qu’elle comprend ce que les gens veulent sans que les autres en prennent conscience bien évidemment.

 

L’histoire est donc différente de la version Disney. On ne retrouve pas forcément les mêmes scènes. Les aventures sont courtes et se succèdent. Chaque chapitre renferme une aventure bien distincte par rapport aux autres.

Le vocabulaire nécessite parfois quelques explications en bas de page.

 

Pas de supercalifragilisticexpialidocious dans cette histoire…. pfffff

 

 

Au final, j’ai enfin découvert la version littéraire de Mary Poppins et j’ai été très étonnée de découvrir un personnage totalement différent de la version Disney.

On retrouve quand même du merveilleux, du fantastique.

Elle rendra les enfants Banks heureux mais aussi leurs parents.

Cette lecture fut très divertissante mais je dois avouer que je préfère tout de même la version Disney avec le très célèbre supercalifragilisticexpialidocious !!

 

 

 

 

 

 

013Bonus :

 

Allez je suis certaine que vous avez terriblement envie de fredonner cette très célèbre chanson :

(c'est en version Karakoé, allez-y ^^

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

 

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Repost 0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 20:29

couverture poil de carotte

  

Auteur : Jules RENARD

Illustrateur : Olivier Desvaux

  

Editeur : Tourbillon

Collection : Histoires Universelles

Broché - Roman Junior - Maltraitance - Famille

Pages : 208

Parution : Mai 2012

  

  

  

C’est l’histoire du petit dernier d’une famille de trois enfants. Il est surnommé Poil de Carotte par sa mère, Mme Lepic, qui n’aime pas, et qui ne cesse de l’humilier. Mais la vie à la campagne ne manque pas d’occupations : Poil de Carotte aime chasser avec son père et son grand frère Félix, pêcher avec son parrain, se laver dans la rivière, se marier avec la voisine, embêter le chat et… transgresser toutes les règles de la maison.

  

  

 

 

 

Dès 11 ans

 

 

 

Poil de Carotte, est surnommé ainsi par sa mère parce qu'il a des cheveux roux et des taches de rousseur. A force, personne ne se souvient désormais du prénom de cet enfant, qui pourtant se prénomme François Lepic. Ce jeune garçon est le dernier de la famille Lepic, après Grand frère Félix et Sœur Ernestine.

Poil de Carotte est un enfant mal aimé par sa famille et notamment sa mère qui en est devenue cruelle envers lui.  Elle lui montre bien qu’elle ne l’aime pas, l’humilie devant tout le monde, vient même à ameuter les voisins pour pouvoir encore mieux humilier Poil de Carotte.  Elle lui lance souvent des sobriquets, se moque de lui devant la famille et le voisinage. Son père, lui, a de l’amour pour son fils oui. Mais le problème est que c’est un père passif et totalement indifférent.

Madame LEPIC punit très souvent Poil de Carotte, et ce, injustement.  Elle lui confie les tâches les plus rudes, et en plus, celles que Grand frère Félix et Sœur Ernestine ne veulent pas faire. Sa mère lui fait mener un enfer. Les rapports entre eux ne sont que haine et incompréhension. Et puis Grand frère Félix et Sœur Ernestine ne font rien pour faciliter la vie de Poil de Carotte, ils sont hypocrites, cupides, et savent qu'ils sont les préférés.

 

Poil de Carotte s’habitue aux mauvais traitements qu’on lui inflige. Il est élevé en pension et rentre pour les vacances au sein de sa famille. Mais les vacances des deux mois d’été, il aimerait les passer loin de sa famille, loin de toutes les remontrances, les humiliations, les maltraitances physiques ou morales que lui fait subir sa mère.

La famille Lepic vit à la campagne, et Poil de Carotte trouve de nombreuses occupations lors de ses vacances pour se libérer des mauvais traitements infligés. Il aime aller chasser, même si bien souvent Grand frère Félix le laisse juste porter le fusil et ne le laisse jamais tirer sur les perdrix… Il joue à se marier avec la jeune voisine, un jeu pourtant interdit mais Poil de Carotte aime braver les interdits.  Et lorsque Grand frère Félix le dénonce auprès de sa mère, Poil de Carotte n’en a que faire de la remontrance qu’il va avoir. Poil de Carotte a, par contre, la chance d’avoir un parrain qui l’aime. Il lui apprend de nombreuses choses, il l’emmène à la pêche.

 

Poil de Carotte est également rusé pour défier les mauvais tours de sa mère et pour aussi, l’affronter.

 

Mais parfois, Poil de Carotte, lui-même, devient un bourreau tout comme sa mère l’est envers lui. Oui, Poil de Carotte, prend parfois plaisir à torturer des animaux voir les tuer.

 

Poil de Carotte ne cesse de répéter à son père les mauvais traitements que lui inflige sa mère. Son père l’écoute mais reste indifférent à ces propos. Il écoute la peine et la souffrance de cet enfant mal aimé. Une sorte de rapprochement...

 

 

 

 

 

Qu’a-t-il fait pour mériter ça ?

Qu’a-t-il fait pour que sa famille ne se souvienne
même plus de son prénom ?

 

 

Nous avons ici une très célèbre autobiographie.  Un récit qui traite de la maltraitance, qu’elle soit physique ou morale, du rejet d’une mère pour son fils.

 

Souffre-douleur de sa famille, rien ne lui est épargné. Entre un Grand frère Félix et une Sœur Ernestine qui sont les enfants préférés de la famille, un père qui reste indifférent à ce qui se passe dans la famille, et une mère bourreau envers son petit dernier, Poil de Carotte est mal aimé.

Ce récit est normalement une lecture jeunesse mais tout adulte se doit de le lire. Un enfant n’est pas un souffre-douleur.

Cette mère lui fait tout subir. Et à force d’être la risée de tous et le manque d’amour qui subsiste en lui, font que cet enfant devient lui-même un bourreau envers la nature. Lorsqu’il prend plaisir par exemple à tuer un chat. C’est le seul moyen qu’il trouve pour faire ressortir de lui toute l’incompréhension et toute la colère qui le ronge.

 

Les jeunes lecteurs verront en cette lecture un récit très dur en émotions. Des scènes à la fois cruelles, émouvantes, humiliantes, etc. Mais on y trouvera aussi des scènes très drôles avec un Poil de Carotte qui tente toujours de défier sa mère.  Tout au long de cette lecture, on est tout à la fois, révolté bien sûr, ému, troublé et dérangé par cette mère, etc.

 

Le récit est divisé en cours chapitres. Le style est riche. A souligner également qu'ici, le texte est intégral. J'aime, que dis-je... j'adore cette collection Histoires Universelles chez Tourbillon. Magnifique collection tant sur l'objet que sur le contenu.

 

J’ai adoré les illustrations d’Olivier Desvaux. Elles sont réalisées à la peinture à l’huile. Et je découvre à travers son blog que ce peintre, illustrateur, a fait pas mal d’albums et j’ai très envie de les découvrir. Je trouve son travail remarquable. On perçoit tout de suite les ambiances des scènes qu’il représente. Les lumières sont superbes, tout autant que la coloration.

 

 

Je ne peux que conseiller cette lecture,

pourtant jeunesse, à toute personne.

Une lecture sur le thème de l’enfance difficile et la maltraitance.

 

 

 

 

013Bonus :

 

 

Ci-dessous vous trouverez le lien vers le blog de

 l'illustrateur Olivier Desvaux pour y découvrir son travail.

Je trouve ses illustrations superbes, avec un

 très beau rendu sur la coloration et sur la lumière.

Olivier Desvaux est également peintre et ses toiles

sont tout autant superbes. J'aime beaucoup.

Et je trouve qu'il dégage bien les ambiances

des scènes qu'il représente sur ses oeuvres.

 

 

 

Cliquez sur l'image pour découvrir le blog d'Olivier Desvaux :

 

couverture poil de carotte

  © Tourbillon

 

 

 

 

 

 

 

Editions Tourbillon

 

siteon0-130x51

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 18:46

théo et le mystère de la météorite

 

Auteur : Didier LETERQ

 

Format : Broché

Editeur : Le Pommier

Collection : Romans et plus junior

Pages : 180

Parution : Mars 2012

 

 

 

 

Rocamadour, professeur retraité du Muséum national d'Histoire naturelle est un vieil ami de Grand-Pa. Il fait appel à lui au sujet d'une curieuse météorite tombée en Alsace en 1492 et dont les morceaux ont été dispersés un peu partout. Il n'en faut pas plus pour intriguer Grand-Pa qui emmène dans ses bagages Théo et Electre. En route pour Paris !
Rocamadour leur raconte l'histoire de cette météorite et comment elle a, au moyen âge, entraîné le jeune Thomas sur le bûcher. Cinq chapitres nous replongent directement au coeur de cette époque. Le vieux professeur se fait voler la relique qu'il possède de cette météorite. Et voilà Grand-Pa, son petit-fils Théo et son inséparable amie, Electre, sur la piste des voleurs. Une confrérie, un écusson, un tableau de Dürer, des gravures, un professeur de latin, l'inquisition, tant de liens à établir et à décrypter pour comprendre ce qu'est devenue la fameuse météorite et pourquoi elle suscite tant d'intérêt...

 

 

 

 

Dès 11 ans

 

 

Théo et Electre, que l’on connaissait déjà dans Théo et l’énigme des diamants, sont en vacances mais ils sont surtout en pleine révision de la très célèbre tirade des nez de Cyrano de Bergerac demandé par Mme Prose leur professeur de français.

Tout à coup, la porte s’ouvre à la volée, un bras passe et donne à Théo le téléphone qui pend de cette main. Au bout du fil c’est Grand-Pa, le Grand-père de Théo, qui lui propose de venir avec lui à Paris pendant les vacances. Grand-Pa parlant vite, Théo n’a pas pu saisir toute la conversation mais visiblement il s’agit d’aller à la rencontre d’un vieil ami de Grand-Pa, le Directeur du Muséum d’Histoire naturelle.

Après avoir eu l’accord de ses parents et de ceux d’Electre, voici les deux jeunes amis qui partent dans les bagages de Grand-Pa. Le voyage jusqu’à Paris est un peu tumultueux, vu qu’ils sont partis avec Marguerite, la bien fidèle 2CV de Grand-Pa.

 

Arrivé à Paris, ils rencontrent Rocamadour, l’ami de Grand-Pa et directeur du Muséum d’Histoire naturelle. Celui-ci explique qu’en 1492, en Alsace, une météorite est curieusement tombée en dispersant un peu partout des morceaux mais surtout elle a entraîné sur le bûcher un jeune garçon se prénommant Thomas. Oui, présent et proche du lieu où la météorite est tombée, à cette époque jamais personne n’avait vu pareille chose et tout le monde à accusé le jeune Thomas d’être un disciple de Satan et que ce jeune garçon avait fait surgir cette pierre maléfique des Enfers pour les anéantir.

 

On comprend mieux l’histoire de ce jeune Thomas grâce à 5 chapitres du livre qui se déroule en 1492.

 

Puis, revenons à notre époque actuelle, où Rocamadour explique que cette toute première météorite qui s’est écrasée sur Terre est très importante pour la recherche mais que malheureusement elle était très convoitée…

En tant que collectionneur de toutes ces trouvailles datant de naguère, Rocamadour leur montre son trésor, un morceau de cette météorite qu’il garde précautionneusement.

 

Sauf, que voilà, le lendemain de l’arrivée de Théo, Electre et Grand-Pa, ce morceau de météorite appartenant à Rocamadour est volé.

 

C’est ainsi que Grand-Pa, Théo, Electre et n’oublions pas Marguerite la 2CV partent à la poursuite des voleurs. Mais pour comprendre pourquoi cette météorite suscite autant d’intérêt mais aussi découvrir ce que cette météorite est devenue…. Nos héros vont devoir s’armer de patiente et devrons décrypter bien des énigmes grâce à des gravures, des phrases de latin (heureusement que Théo a pris latin en option). Pourra aussi les aider, un tableau de Dürer ou encore une confrérie. Mais nos jeunes acolytes sont de fervents amateurs de cryptologies mais aussi d’histoire. Alors ceci va bien les aider sur les routes d’Alsace jusqu’à la Provence pour décrypter énigmes et code secrets.

 

 

 

 

De nouveau conquise par ce 2ème roman jeunesse

 en compagnie de Théo, Electre et n’oublions pas Grand-Pa.

 

J’ai même préféré cette aventure à la précédente. Celle-ci m’a totalement embarqué. Et, l’ado lecteur de la famille a eu le même sentiment de préférence sans que l’on se soit concerté.

 

On entre tout de suite dans l’histoire, et l’intrigue est originale avec cette météorite tombée en 1492. On alterne deux époques au cours de cette lecture. L’époque actuelle où l’on retrouve Théo et Electre. Et l’époque, où en 1492 cette fameuse météorite est tombée en Alsace et où celle-ci a conduit le jeune Thomas sur le bûcher. Ce changement d’époque se fait très naturellement à chaque fois. Cinq chapitres regroupent l’époque du Moyen-Âge où l’on retrouve les aventures du jeune Thomas. Le style d’écriture change donc légèrement et se trouve en adéquation à l’époque.

Les péripéties sont nombreuses, on a donc un rythme soutenu et l’on ne s’ennuie pas du tout.

 

Atout majeur de cette série, l’auteur, Didier Leterq, associe toujours à ses histoires : de la culture, l’Histoire, de la science, du décryptage de codes sous différentes formes. C’est vraiment remarquable d’intégrer tout ça dans un roman. Tout est là pour divertir le jeune lecteur à travers un roman mais aussi à l’instruire sur différents domaines. Je dis BRAVO !

Au fil des pages, on ne laisse rien au hasard, on sait que chaque indice peut nous apporter la clé de telle ou telle énigme et ça rend le roman vraiment intéressant.

J’ai beaucoup aimé cette histoire de météorite tombée au Moyen-âge et la vision du peuple par rapport à ça, à cette époque.

 

On retrouve dans ce 2èmeroman, les mêmes personnages : Théo et Electre qui ont donc le même âge et qui se trouvent être en classe ensemble. Mais dites-moi n’y aurait-il pas un brin de romance entre ces deux là…  Et puis, ce que j’apprécie c’est ce lien qu’à Thé, et même Electre, avec Grand-Pa, le Grand-Père de Théo. Ils s’entendent à merveille. Et on retrouve donc ici, un lien assez rare intergénérationnel.

 

Petit parenthèse aussi pour l'illustratrice de la couverture. Il s'agit d'Anne Laval. C'est elle également qui avait fait la couverture des premières aventures de Théo. Elle a fait l'école des Arts décoratifs de Strasbourg. J'aime bien son coup de crayon.

 

Que des points positifs pour cette série. Avec une préférence pour ce second roman.

Un seul bémol, avec les noms attribués aux professeurs de Théo et Electre : Mme Prose (français), Mr Prétérit (anglais), etc.  Un peu trop simple, mais bon, c’est mini bémol.

 

 

Lecture à recommander !

Et elle a plu également à l’ado lecteur de la famille ^^

 

 

 

 

013Bonus :

 

Quel lieu magique pour deux aventuriers en herbe,

que le Museum national d'Histoire naturelle....

 

«

Le géologue se leva d'un bond, survolté à l'idée de présenter ses protégées à ses visiteurs. Il les guida à travers un dédale de salles regorgeant d'animaux empaillés et de bocaux où flottaient des formes incertaines.                                        »

 

 

 

 

 

 

Merci aux Editions LE POMMIER

 

logo le pommier

 

 

 

 

 

 

Retrouvez sur ce blog les premières aventures de Théo : Théo et l'énigme des diamants

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 19:29

bienvenue à griffstone

 

Auteur : Eva IBBOTSON

 

Format : Broché

Editeur : Albin Michel

Collection : Wiz
Pages : 254

Parution : Janvier 2007

 

 

 

Madlyn et son frère Rollo passent l'été au château de Griffstone. Dès leur arrivée, c'est un désastre ! Le château est humide, en triste état et surtout complètement déserté par les visiteurs. Pour sauver Griffstone, les enfants décident de frapper un grand coup. Ils vont recruter des fantômes. Mais de vrais fantômes. Avec la tête qui se détache. Des poignards plantés sans la poitrine. Et des hurlements à glacer le sang ! Bienvenue à Griffstone !

 

 

 

Dès 10 / 11 ans

 

 

Madlyn et Rollo Hamilton sont frères et sœurs. Ils résident avec leurs parents à Londres. Madlyn, 11 ans, est l’aînée, et est très protectrice envers son petit frère plus jeune de deux ans de moins qu’elle. Au début du dernier trimestre scolaire de l’année en cours, leur père reçoit une invitation venant tout droit d’une université américaine, lui proposant de venir passer deux mois à New York pour enseigner. L’université lui précise qu’une chambre lui sera mise à disposition pour lui et sa femme. Mais les enfants ne sont pas conviés.

Ils décident donc d’accepter cette offre extraordinaire vu qu’en retour une belle somme d’argent leur serait donnée mais le souci est : Madlyn et Rollo qui ne peuvent venir...

 M. et Mme Hamilton décident d’envoyer Madlyn et Rollo passer les deux mois d’été, à la campagne, près de l’Ecosse, à Griffstone. Griffstone est le domaine appartenant à l’oncle de Mme Hamilton.

Bon ça n’enchante guère Madlyn et Rollo de passer l’été dans cet endroit sinistre.

 

Sur place ils font connaissance avec l’oncle George, Melle Emily, la sœur de l’oncle George, et le cousin de l’oncle George, Howard, reste quant à lui encore secret pour les enfants. Il ne souhaite pas se montrer encore.

Les enfants découvrent le château, qui d’ailleurs, tombe un peu en ruine. Ils visitent les pièces, et apprennent que le château ouvre ses portes une fois par semaine pour des visites afin de récolter un peu d’argent.

Mais hélas, peu de monde vient visiter le château et le magasin de souvenirs ne met en vente que des objets fabriqués par Melle Emily, soit des sachets de lavandes tout percés, des pots-pourris pourris, etc.

De ce fait les gens vont plutôt visiter le château d’à côté, le château de Trembellow qui lui, a été remis à neuf, et propose une boutique de souvenirs bien achalandée avec des sets de table aux armoiries des Trembellow, des peluches de chez Harrods, des torchons brodés….

 

Madlyn et Rollo vont découvrir auprès de l’oncle George pourquoi ils tiennent tant à récolter de l’argent. Est-ce pour rénover le château ? Non.

En fait, sur les terres du château, existe un dernier troupeau de vaches mythiques, des vaches qui n'existent plus nul part en dehors de ce troupeau...

L'oncle Georges, Melle Emily et le cousin Howard ont donc besoin d’argent pour faire vivre les bêtes. Rollo, adorateur des animaux, est d’un coup pris d’envie d’aider l’oncle George.

Alors Rollo et sa soeur vont avoir l’idée de faire venir de vrais fantômes et ainsi faire venir des visiteurs qui jusque là évitaient Griffstone pour plutôt aller au château de Lord Trembellow.

Mais comment faire ?

C’est le secret cousin Howard, qui leur viendra en aide.

A vous de découvrir la suite des évènements. Est-ce que les enfants vont réussir à trouver de nouveaux habitants pour le château de Griffstone ? Des habitants convaincants qui offriraient aux visiteurs, une attraction du tonnerre... ?

 

 

 

 

 

 

Une lecture jeunesse distrayante.

 

Une histoire classique entre enfants et fantômes et originale en même temps car Eva Ibbotson instaure quelques grands thèmes intéressants au coeur de ce récit. Le style de l'auteur rend aussi très agréable cette lecture.


On retrouve des personnages attachants qu'ils soient enfants ou fantômes malgré, peut-être, un manque d'explications sur la personnalité de chacun ; des scènes rocambolesques en compagnie des fantômes. Il y a donc beaucoup d'humour. Le récit est bien rythmé, on ne s'ennuie pas une seconde.

  

Comme je le disais un peu plus haut, Eva Ibbotson a donc su instaurer au récit, quelques grands thèmes intéressants. Elle le fait avec style, c'est très bien mêlé à l'histoire. Quels sont ces grands thèmes ? Et bien, dans cette histoire, on retrouve des thèmes tels que l'écologie (qui prend une part importante au récit), le trafic d'animaux (qui lui aussi tient une place importante dans cette histoire), intrigue policière, etc.

Certes beaucoup de thèmes abordés, mais le style fait que l'on ne se perd pas pour autant parmi tout ça.

 

L'humour est donc aussi présent dans cette lutte entre deux châtelains, une lutte pour celui qui aura le plus beau château hanté Ecossais le plus visité. Mais en dessous, se cache bien des choses. Mais Madlyn et son frère Rollo ne manque pas d'imagination pour déjouer chaque piège du Châtelain Trembellow.



 

Humour, intrigue et aventure pour les jeunes lecteurs à partir de 10 / 11 ans.

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 20:32

  couverture-NDt-345x370

 

Victor Hugo

adapté par Thomas Leclère

illustré par Benjamin Carré

 

Format : relié sous jaquette

Editeur : Tourbillon

Collection : Histoires Universelles

Pages : 184

Parution : juin 2011

 

 

A partir de 9  -  10 ans

 

 

 

 

 

Paris au Moyen Âge. Le quartier de l’église Notre-Dame est en fête pour le jour des rois. Esméralda, accompagnée de sa chèvre, danse sur le parvis de la cathédrale. Mais la belle Égyptienne ne se doute pas encore du sort qui l’attend. Quasimodo, le sonneur de cloches, bossu et borgne, Phoebus, le capitaine, Gringoire, le poète, et Frollo, le prêtre, sont tous attirés par elle. Mais ces amours-là n’apportent pas une vie paisible.

 

 

 

XVème siècle, Paris.

Le bruit des cloches réveille les Parisiens de bon matin et annonce le jour des rois et la fête des fous. Quasimodo, le sonneur de cloches, bossu de Notre-Dame, remportera l'élection et sera élu roi des fous avec sa grosse tête difforme, sa bouche en fer à cheval, son œil droit obstrué, ses dents désordonnées et son énorme bosse entre ses épaules. Quasimodo, sonneur de cloches de la cathédrale de Notre-Dame, qui a été recueilli par l'Archidiacre Frollo.

En ce jour de fête, une jeune gitane du nom d’Esméralda danse sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame. Sa beauté bouleverse bon nombre d’hommes. Notamment, un poète du nom de Gringoire, mais aussi l’Archidiacre Frollo en personne, et le bossu de Notre-Dame Quasimodo qui en tombe amoureux au premier instant où il la voit danser sur le parvis de Notre-Dame.

Frollo et ses mauvaises intentions tente d’enlever Esméralda. Pour cela, il demande de l’aide à Quasimodo, son sonneur de cloches, bossu, sourd, borgne, difforme. Mais cette tentative d'enlèvement sera perturbée par l’arrivée d’archers commandés par le Capitaine Phoebusqui sauve donc Esméralda des mains de Frollo.

Phoebus est fiancé à une jeune demoiselle de bonne famille, Fleur de Lys. Mais il se trouve, lui aussi, subjugué par la beauté d’Esméralda et en tombe amoureux. Esméralda, elle aussi, tombe sous le charme de Phoebus. Il va même jusqu’à donner rendez-vous à Esméralda, pour qu’elle le rejoigne dans une maison borgne (une sorte d’hôtel malfamé).

Phoebus souhaite lui déclarer sa flamme et au moment où il le fait, il est poignardé par Frollo qui ne peut supporter de voir la jeune gitane dans les mains d’un autre homme.

Esméralda est alors accusée de meurtre et la belle gitane préfère être suppliciée en place publique plutôt que d'accepter de se donner à Frollo. Lorsqu'on emmène Esméralda sur la place publique devant la cathédrale, pour subir sa peine, Quasimodo, qui l'aime aussi, va s’emparer de la jeune gitane et l’emmener dans la cathédrale Notre-Dame où elle sera protégée par le droit d’asile.

 

Je vous laisse découvrir la suite.

 

 

 

Un roman classique adapté et retravaillé par Thomas Leclère,

 pour les jeunes lecteurs à partir de 9  -  10 ans.

 

En effet, moins de longueurs, des phrases parfois plus courtes mais aussi quelques faits de l'histoire en moins. Certes on ne retrouve pas les naissances de Quasimodo et d'Esméralda par exemple (dommage par contre me direz-vous), mais on obtient là tout de même une très belle adaptation et on a toujours le phrasé de Victor Hugo.

 

J'aime bien ce classique qui peut être lu et relu. Je trouve ça très bien que de tels classiques soient adaptés pour de jeunes lecteurs. Une édition complète perdrait totalement les  jeunes lecteurs et, je trouve bien, donc, que l'on puisse avoir l'occasion dès 9 ou 10 ans, de se plonger dans des romans classiques. Et cette collection est vraiment adaptée pour cet âge.

Avec Notre-Dame de Paris, les jeunes lecteurs peuvent se plonger au coeur de Paris au Moyen-Âge et découvrir ces personnages que sont : Esméralda et toute sa beauté qui charme tant les hommes, Quasimodo abandonné par ses parents à l'âge de 4 ans à cause de sa difformité, et même cette chèvre si particulière qu'est Djali . Une histoire sombre, une tragédie romantique, un savoureux mélange de sentiments qui entourent la belle gitane.

 

Les illustrations de Benjamin Carré sont comme toujours magnifiques. Sous ses traits, on a un Quasimodo tel qu'on l'imagine d'après le texte. Benjamin Carré sait vraiment bien retranscrire les expressions sur les visages des personnages. Une adéquation parfaite à la plume de Victor Hugo. De plus, ses illustrations sont toujours très lumineuses, les couleurs ressortent à merveille, comme si on allait pouvoir se glisser dans l'image.

 

Je reste conquise sur cette oeuvre, mais aussi sur cette collection
Histoires Universelles qu'offre les Editions Tourbillon. Une magnifique collection, une qualité extraordinaire que j'apprécie toujours avec un grand bonheur après avoir lu Alice au Pays des Merveilles, ou bien encore Peter Pan (également illustré par Benjamin Carré).

 

Un livre mais aussi une collection à s'offrir ou à offrir.

Un mot : Superbe !!!

 

 

 

 

Merci à Inès et aux Editions Tourbillon

pour cette belle lecture mais aussi
pour cette magnifique collection Histoires Universelles

 

siteon0-130x51

 

 

 

 

 

Illustration de Benjamin Carré représentant
la belle gitane, Esméralda, et la chèvre Djali.

Vous pouvez observez le merveilleux travail de l'illustrateur. 

notre-dame de paris illustration

  © Non libre de droit

 

 

 

Dans la même collection :

Peter Pan     -     Alice au Pays des Merveilles

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 12:37

L Atlas d Emeraude

 

Auteur : John Stephens

 

Format : Broché

Editeur : Milan Jeunesse

Pages : 441

Parution : 11 mai 2011

 

  

 

 

La petite fille fut tirée de son sommeil. Sa mère se penchait au-dessus d'elle. Kate, lui disait-elle d'une voix basse et pressante, écoute-moi bien. J'ai besoin que tu fasses quelque chose pour moi. J'ai besoin que tu t'occupes de ton frère et de ta soeur. Tu comprends ? Il faut que tu t'occupes de Michael et d'Emma. Qu'est-ce... Je n'ai pas le temps de t'expliquer. Promets-moi que tu veilleras sur eux. Mais... Oh, Kate, je t'en prie ! Promets-le-moi ! Je... je te le promets. C'était Noël.

 

 

 

Dès 11 ans

 

 

Un soir de Noël, trois enfants, Kate (4 ans, l’aînée), Michael et Emma, savourent la joie de Noël avec leurs parents. Michael et la petite Emma s’endorment rapidement. Puis vient le tour de Kate d’aller au lit. Juste quelques instants après avoir fermé les yeux, Kate est réveillée par sa mère. Kate ressent l’angoisse de sa mère, se demande ce qui se passe. La mère de Kate la prend dans ses bras et lui demande de promettre de veiller sur son frère et sa petite sœur. Elle lui pose son pendentif autour du cou. Puis, Kate s’aperçoit qu’ils quittent la maison pour se diriger vers une voiture. Le temps dehors est à la tempête. Tout se passe très vite, la fratrie est alors séparée des parents et ce sera le dernier soir où ils verront leurs parents.

 

Depuis ce soir de Noël et pendant les 10 années qui suivent, Kate, Michael et Emma sont placés d’orphelinat en orphelinat. Des orphelinats tous plus misérables les uns que les autres. Ils sont de nouveau mis à la porte d’un orphelinat pour être placés dans l’orphelinat de Cambridge Falls auprès du Dr Pym. Lorsqu’ils arrivent sur les lieux de l’orphelinat du Dr Pym, ils trouvent les lieux bien étranges tant au point de vue de la nature qui les entoure que de la gigantesque bâtisse du Dr Pym. Encore plus étrange, il n’y a pas d’autre enfant dans l’orphelinat.

Depuis ce jour, après 10 années loin de leurs parents, à essayer de comprendre pourquoi ils avaient été séparés d'eux, la destinée de Kate, Michael et Emma va être tout autre. En effet, petit à petit la fratrie comprend que leur destinée est de retrouver le livre des origines qui regroupe en fait plusieurs livres.

Kate, Michael et Emma comprennent ceci lorsqu’ils découvrent, dans une pièce secrète du sous-sol de la vielle bâtisse, un étrange livre. Il s’agit là d’un atlas enchanté qui permet de voyager dans le temps. Lorsque la fratrie dépose une photo sur une page blanche du livre, alors, ils sont projetés à l’époque où la photo a été prise. C’est alors que pour eux, commence des allers-retours dans l’espace temps, des allers-retours qui pourront peut être les aider à retrouver leurs parents.

Mais ces voyages dans le temps ne vont pas être de tout repos puisqu’ils devront combattre les forces du Mal et en particulier une horrible Comtesse aux pouvoirs malfaisants qui a lancé son armée de créatures maléfiques à la recherche, aussi, de cet atlas aux pouvoirs magiques. La Comtesse compte bien s’interposer sur la route de Kate, Michael et Emma et elle va se servir de toutes ses forces pernicieuses.

Dans ces voyages temporels, il en va de la vie de chacun des trois enfants qui, tour à tour prennent des risques jusqu’à frôler la mort. Aucun répit pour Kate, Michael et Emma.

L’aventure est d’ores et déjà lancée et ils devront combattre les forces du Mal, rompre des sortilèges, et affronter des créatures mythiques. Nos trois héros vont user de leur courage, de leur dextérité, et ils vont surtout comprendre, alors, pourquoi ils sont impliqués dans cette histoire.

 

 

 

 

Un pur régal de lecture jeunesse !!

 

Il y a tout dans ce livre, une aventure grandiose, une quête identitaire, un lien fraternel fort, du fantastique, mais aussi de l’humour.

 

L’auteur, John Stephens, sait maintenir le lecteur en haleine en lui offrant là un roman où on ne s’ennuie pas un instant. Pas un moment de répit.

Ces premières aventures font parties d’une trilogie où l’on retrouvera nos héros.

Un premier opus, donc, où l’on va de surprise en surprise tout au long du livre.

Plein de rebondissements à en perdre le souffle.

 

Les personnages des trois enfants sont très attachants.

Ces trois héros sont pleins de ressources et unissent leur force dans l’amitié et le courage. Même s’ils s’envoient parfois des petits pics comme tout frère et sœur, ces trois là ont un lien fraternel très fort et c’est ce qui fait en partie leur force. Ils sont tous les trois débrouillards et ne se laissent pas démonter face à d’horribles créatures venues tout droit des ténèbres. Leur jeune âge les rend attendrissant puisque parfois ils ne voient pas le danger et peuvent donc se laisser facilement prendre au piège.

L’auteur a su apporter à chacun un caractère bien défini ce qui les rend très crédibles :

On compatie avec l’aînée de la fratrie, Kate, qui a fait la promesse à sa mère de veiller sur son frère et sa sœur, le dernier jour où elle l’a vu le soir de Noël. Elle fait donc tout ce qui est en son pouvoir pour rendre leurs vies faciles et agréables depuis dix années.  Michael, lui, est un garçon qui nous fait sourire, il est accro aux nains. Oui, oui, j’ai bien dis aux nains. Il connaît tout d’eux et il est fasciné par toutes les histoires s’en rapprochant. Et la petite dernière, Emma,ma préférée par son côté d'être très franche (ce qui est très amusant), ne se laisse pas marcher sur les pieds et ne se laisse impressionner par personne.

Les autres personnages sont tout aussi intéressants, notamment ce fameux Dr Pym, très mystérieux. L’auteur a su également donné, avec brio, à la Comtesse, un profil machiavélique. Et parmi tout les personnages du livre, l’auteur a su aussi inséré une bonne dose d’humour avec des personnages hors du commun que l’on a pu rencontrer, déjà, dans des contes pour enfants (chutt ^^).

 

Petit aparté sur l'auteur, John Stephens a travaillé comme scénariste et producteur de séries telles que Gossip Girl, Gilmore Girls ou Newport Beach.

 

Un univers de magie où l’auteur a su me transporter et je pense

qu’il vous transportera tout autant.

On plonge totalement dans l'histoire, les héros sont attachants.

Et on a hâte de les retrouver dans leurs prochaines aventures,

mais il faudra patienter pour retrouver le prochain opus.

Et après la lecture de cette première partie de trilogie, on en vient à s’imaginer

avec une photo à la main, la coller dans cet atlas qui vous fait voyager dans le temps,

et revivre l’instant de cette photo. MMMM, très intéressant...

 

 

 

 

Un grand merci aux Editions Milan

de m'avoir permis de découvrir les aventures de Kate, Michael et Emma

à la quête du Livre des origines.

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 19:00

  perroquetquibegayait

  Alfred HITCHCOCK

 

Format : Poche

Editeur : Le livre de Poche

Collection : Jeunesse

Pages : 220

Parution : 1999

 

  

 Un perroquet nommé Shakespeare et qui bégaie : curieux, non ? Cinq autres perroquets et un mainate qui répètent des phrases bizarres : de plus en plus étrange ? Et des gens prêts à tout pour retrouver les sept oiseaux : inquiétant...

Pour résoudre pareille énigme, il faut au moins trois jeunes Détectives et une Rolls, à condition d'avoir l'esprit vit et le coeur bien accroché.

 

 

A partir de 10 ans

 

Hannibal, Peter et Bob se font appeler "Les trois jeunes Détectives" dans leur temps libre. Ils habitent la petite ville de Rocky tout près d'Hollywood. Et autour de Rocky et Hollywood, nos jeunes détectives commencent à être connus de par leur bon sens et leur habileté à résoudre des énigmes.

Du coup, on leur confie de plus en plus d'affaires à résoudre, aussi bien à l'aspect surnaturel que pour les intrigues criminelles. Nos trois compères ont un symbole, un point d'interrogation. Ils ont même leur propre carte de visite, dessus on peut retrouver trois points d'interrogation les représentant et représentant leur devise : "Détections en tout genre".

Hannibal a plutôt de l'embonpoint, il est surnommé Babal, et c'est le chef de la bande. Impossible pour lui d'abandonner la moindre enquête qui leur soit confiée, sans en avoir démêlé tout les éléments. Il n'abandonne jamais, il sait qu'il est intelligent et le fait savoir. 

Peter, lui, est sportif, parfois nerveux et peureux face au danger. C'est le détective adjoint. Son expression fétiche : "Mazette !".

Bob est studieux, plutôt fluet,  mais c'est aussi un aventurier. Dans l'équipe, c'est lui qui se charge de l'archivage et des recherches.

Nos trois compères ont un PC situé au Paradis de la Brocante qui se trouve être, en fait, un vaste entrepôt de brocante appartenant à l'oncle et à la tante d'Hannibal. Ils ont établi leur base des opérations au coeur d'une vieille roulotte située au milieu de la brocante, en dessous d'un tas de bric-à-brac. La roulotte ne se voit même plus, et pour y parvenir il y a plusieurs accès secrets par le moyen de diverses trappes, tout ça fabriqué par Les trois Détectives et dont l'existence est maintenue secrète.

Hannibal à gagner l'usage d'une Rolls pendant trente jours par le biais d'un concours, ainsi Les trois Détectives peuvent se déplacer comme bon leur semble dans la Rolls avec chauffeur.

 

 Les trois jeunes détectives sont chargés par Alfred Hitchock, lui-même, d'enquêter sur une mystérieuse disparition. La disparition d'un perroquet.

Sauf qu'au fur et à mesure de leur enquête, ils vont découvrir qu'en tout, sept perroquets ont été volés. Nos trois compères récoltent des informations sur ces perroquets volés, et il s'avère que le 1er propriétaire des perroquets, John Silver, avant de mourir,  leur a appris à chacun une phrase mystérieuse. Un de ces perroquet, même, répète sa phrase en bégayant. Voilà encore un mystère à résoudre pour les trois détectives. L'enquête avance et Hannibal, Bob et Peter vont découvrir que ces phrases prononcées par les sept perroquets, misent toutes bout à bout, ménera à un trésor que John Silver le 1er propriétaire des perroquets a caché.

Bien entendu, ce ne sera pas évident pour nos trois déctectives de mettre la main sur les sept perroquets. Des perroquets volés par des gens plus que louches, appâtés par le gain de l'argent, qui viendront perturber l'enquête et mettre un peu de danger dans la vie d'Hannibal, Peter et Bob.

Nos trois détectives vont devoir redoubler d'ingéniosité.

 

 

 

Je me suis crue dans une de mes lectures lorsque j'étais enfant,

en compagnie d'une sorte de Club des 5

 mais avec un peu plus de suspens (façon jeunesse).

J'ai trouvé du coup cette lecture très plaisante avec une enquête bien menée. Nombreux rebondissements dans cette affaire de volatiles volés. Des volatiles aux noms de personnages littéraires, et même le nom du 1er propriétaire est tout droit sortie de L'île au Trésor. Des rebondissements qui, parfois, mettent nos amis sur de mauvaises pistes, du coup ça rend l'histoire agréable puisqu'il y a des énigmes à résoudre à chaque fois.

J'ai trouvé original de trouver parmi les personnages secondaires, Aflred Hitchock.

Il s'avère qu'au sein de cette série, Alfred Hitchock fut le premier client des Trois jeunes Détectives.

Pour la petite histoire : La série a été écrite par Robert Arthur et compte 37 volumes, mais sur d'anciennes éditions ont peut s'apercevoir que le nom de l'auteur n'est pas Robert Arthur mais Alfred Hitchcock, comme ici présent sur cette édition de 1999. Pourtant Alfred Hitchcock n'a rien écrit, le nom simplement a été utilisé dans le fait qu'il se trouve être le mentor des trois jeunes détectives et qu'il apparaît dans l'histoir et utilisé aussi  dans le prologue de chaque titre, avec même un texte écrit à la 1ère personne tel que Hitchcock l'aurait écrit lui-même. Mais que neni, il n'a strictement rien écrit.

 A la mort d'Alfred Hitchcock, des droits ont été demandés pour l'utilisation du nom d'Alfred Hitchcock, c'est pourquoi désormais dans les nouvelles éditions, le personnage d'Alfred Hitchcock est remplacé par un autre.

Une lecture jeunesse agréable avec un suspens présent pour les jeunes lecteurs, des personnages attachants, avec chacun un caractère bien défini et où chacun à son rôle.

Côté écriture, j'ai trouvé un vocabulaire riche pour les jeunes lecteurs, ça rend la lecture intéressante également pour le coup.

Ce titre est le deuxième volume de la série.

De bons souvenirs de mes lectures jeunesses me seront revenus

grâce à l'équipe des Trois jeunes détectives ^^.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0

  • : 1er Chapitre
  • 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs