Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 13:38

 

 

 

indefendable

 

Auteur : Pamela CALLOW

Traducteur : Barbara VERSINI

 

Editeur : Harlequin

Collection : Mosaïc

Suspense Judiciaire - Drame familial -

Pages : 459

Parution : 01/12/2012

 

ADD So Pretty Elements (72)

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsqu’Elise Vanderzell bascule par-dessus la rambarde de son balcon par une belle nuit d’été, ses enfants se réveillent en plein cauchemar. Leur mère est morte. Et c’est leur père qu’on accuse du meurtre.
Kate Lange, jeune avocate, sort tout juste d’une période personnelle très noire dont elle garde de profondes cicatrices. Elle sait ce que c’est que de vivre un cauchemar, aussi accepte-t-elle de défendre Randall Barrett, son patron – mais également un être très cher –, soupçonné du meurtre de sa femme. Elle découvre alors un dossier complexe, car Randall est le suspect idéal. En apparence, tout l’accuse : son ex-femme l’a trompé, il a la réputation d’être un homme impulsif et violent, il s’est disputé avec la victime quelques heures avant sa mort…
Confrontée à une famille hostile, meurtrie par le doute et les conflits, Kate sait qu’elle n’a rien à attendre non plus des légistes d’Halifax. Ceux-ci préfèrent à l’évidence voir Randall en prison, plutôt que de défendre l’indéfendable. Et elle est désormais la seule à pouvoir prouver l’innocence de Randall. Il y a urgence, car dans l’ombre, un personnage silencieux attend le moment propice pour porter le coup fatal.

 

 

 

 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

 

Halifax, Nouvelle-Ecosse, Kate Lange est une jeune avocate et elle se remet petit à petit d’une période douloureuse et sombre aussi bien du point de vue moral que du point de vue physique. Une salle affaire lui a en effet laissé des séquelles puisqu’elle a reçu des coups de scalpel à la jambe mais elle est hantée moralement également. (voir 1er opus de la série avec Kate Lange)

 

Kate exerce depuis peu en tant qu’avocate dans un cabinet McGrath & Barrett et elle spécialisée en droit civil.

 

Lorsqu’au matin d’un week-end, son patron Randall Barrett lui téléphone pour qu’elle lui rende un service, Kate ne sait pas encore que sa vie va être de nouveau bousculée de son petit train train habituel.

 

Oui, Randall Barrett a besoin de ses services car il doit se rendre sur le lieu de villégiature de son ex-épouse, Elise Vanderzell, qui venait en vacances à Halifax pour que Randall voie ses enfants. Randall s’est rendu auprès d’eux dès leur arrivée, voulant quelques explications auprès de son ex-épouse sur certains points mais ce fût comme bien souvent un vrai cyclone puisque ces deux là se sont encore disputés violemment. Est venu se rajouter le fait que Nick ne souhaitait plus aller en vacances avec son père et qu'il s’était déjà inscrit dans un centre de vacances. Pour Randall qui ne voit pas souvent ses enfants, ceci était la goutte qui faisait déborder le vase.

 

Dans la nuit de l’arrivée d’Elise et des 2 enfants, Nick, adolescent, et leur plus jeune fille, Lucy, dans une maison prêtée par une amie, un drame va survenir.

 

Elise est retrouvée morte, basculée par-dessus la rambarde du balcon de sa chambre.

Suicide ou meurtre ? c’est ce que devra déterminer la police et notamment Ethan Drake qui sera chargé de l’enquête. Ethan est aussi l’ancien compagnon de Kate.

Malgré le fait qu’Elise soit une femme fragile, sous médicaments, et qu’elle soit suivi par un psychologue, Ethan reste fixé sur un meurtre et non un suicide en conséquence de la violente dispute que Randall aurait eu avec Elise la veille au soir. Ethan n’aime pas Randall Barrett, et de par la fonction de Randall il a déjà eu affaire à lui sur de précédentes affaires criminelles.  Ethan ne se cache pas pour faire savoir qu'il ne l'aime pas et il va vite lui mettre quelques bâtons dans les roues. La police lance donc l’enquête sur un homicide entre conjoints.

 

Randall Barrett sera vite soupçonné sur les dires de son fils Nick qui affirme l’avoir vu s’enfuir la nuit où sa mère a basculé par-dessus le balcon.

 

Ceci semble très étrange pour la police, le fait que le fils dénonce le père….

On sait que Nick est furieux contre son père sur différents points et qu’il en vient même à avoir des envies de meurtre. Mais Nick décrit si bien la scène de crime, donne des détails sur ce qu’il a vu et notamment la fuite de son père après avoir basculé le corps de sa mère par-dessus la rambarde du balcon.

Qui croire ?

 

Kate est assez stupéfaite sur ce qu’elle apprend mais elle sera la seule à croire encore en l’innocence de son patron. Elle ne peu pourtant pas beaucoup lui venir en aide si ce n'est lui apporter du soutien et quelques services ; jusqu’au moment où Randall sera arrêté et plus soupçonné. Kate, alors, deviendra son avocate de la défense, à la demande de Randall qui ne sait vers qui se tourner car tous ses collaborateurs lui tournent le dos.

Elle assurera sa défense parce qu’elle croit en lui.

 

Et pendant ce temps… Kate croit en l’innocence de son patron… la police non... et qui sait si un vrai coupable n’est pas en pleine nature….

 

 

 

 

Coup de cœur pour ce suspense judiciaire

que j’ai eu beaucoup de mal à lâcher avant

d’en arriver à la dernière ligne… lecture qui a débordée

sur mon temps de sommeil d’ailleurs… (rires)

 

 

Une vraie tragédie familiale au cœur de ce roman. Une famille séparée, celle de Randall Barret un brillant avocat. Famille sujette à de nombreuses batailles entre l’ex-femme et Randall, ainsi qu’entre Randall et son fils Nick, un ado perturbé qui cumule les grosses bêtises. Il n’y a que la jeune Lucy qui aime tant son père qui lui manque terriblement, et cette jeune fille voudrait bien que tout soit comme avant et si simple.

 

Mais c’est plutôt l’inverse qui va donc se produire, on a donc ici la mort de l’ex-épouse. Mais qui peut déterminer s'il s’agit d’un meurtre ou bien d’un suicide… même l’autopsie ne saura révéler réellement si la femme s’est jetée de son balcon de son plein gréé ou bien si on l’y a poussée. Si bien qu’il n’y a que les dires d’un ado qui décrit une scène horrible qu’il a vu se produire qui viendra déterminer qu’il s’agit plutôt d’un meurtre. On sent que ce jeune homme est plein de rage envers son père et il est déterminer à le faire tomber.

 

Mais l’auteur joue très bien avec son public puisque qui doit-on croire ? Les dires du fils qui affirme avoir vu son père tuer sa mère et qui peut le prouver en donnant bon nombres de détails ? Ou bien doit-on croire à un scénario monté de toutes pièces par ce fils qui veut voir tomber son père et qui le hait au plus haut point ?

 

Ça c’est la question qui nous turlupine une bonne partie du roman et c’est donc intense et haletant.

 

 

J’ai vraiment adoré cette histoire judiciaire. On entre très facilement dedans et il n’y a aucune prise de tête. Le roman est découpé en chapitres courts, et situé avec dates et heures.

 

J’ai aimé les différents personnages, aussi bien celui de Randall, ce réputé avocat aux différentes facettes. Qui peut se montrer parfois violent dans ses dires mais où l’on ressent également des brisures, une vie qu’il aurait aimé meilleure et l’amour que certainement il portait encore à son ex-femme car s’est elle qui s’est séparée et qui a eu une aventure extraconjugale. Donc un personnage riche en émotions diverses, à qui l’on s’attache même si on ne sait pas trop au début si il a à voir quelque chose dans la mort de son ex-épouse. On sait bien, par contre, qu’il fait un coupable idéal.

 

J’ai aimé le personnage principal, personnage récurrent de la série avec Kate Lange. Ici, il s’agit du 2ème opus de la série et même si on ne connaît pas les débuts des aventures de Kate Lange, l’auteur en fait quelques allusions et notamment une épreuve qu’à dû subir la jeune avocate et qui lui laisse encore des traces morales et physiques. On sent que cette jeune avocate est pleine de courage, de convictions, de bonté. On apprend également qu’elle a quelques sentiments pour son patron mais celui-ci ne lui a jamais laissé entendre quoi que ce soit. Juste de la sympathie et il l’évite parfois même, ce qui fait poser pas mal de questions à notre héroïne. Elle aura encore plus de détermination pour défendre Randall Barrett car elle est bien la seule à croire en lui et veut prouver qu’elle a eu raison. Pourtant, elle n’a jamais plaidé au barreau de la défense qui n’est pas du tout son domaine de prédilection.

 

J’ai aimé le rythme, on ressent des accélérations à certains moments, ça fait monter l’adrénaline. Il y a certains points du livre que je ne pourrais pas vous dévoiler car cela vous mettrai sur la piste mais ces moments là font monter la tension….

On a envie de protéger cette famille qui part en éclats total !!!!!!

 

 

L’auteur s’est basée sur des faits réels pour les aventures de Kate Lange et d’ailleurs s’appuie sur sa propre expérience professionnelle. Quelques points commun d’ailleurs, Pamela Callow vient elle aussi d’Halifax en Nouvelle-Ecosse, elle a été admise au barreau de Nouvelle-Ecosse et a travaillé comme consultante de stratégie dans une grande entreprise. Elle s’inspire donc d’affaires criminelles qui ont bien eu lieu.

 

 

Un bon scénario, de bons personnages, un coup de coeur. J’ai donc très envie de découvrir le 1er opus de la série et poursuivre par la suite les aventures de Kate Lange dans les futurs écrits de l’auteur.

 

 

 

 

Editions Harlequin, Collection Mosaïc

 

mosaic

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 11:41

 

  mortelle randonnée

 

Auteur : Marc BEHM

Traducteur : Rosine FITZGERALD

 

Editeur : Gallimard

Collection : Folio Poche

Poche - Polar noir - Obsession - Drame

Pages : 256

Parution : Octobre 1998

 

 

      

Il la suivit, la regarda agir pendant des années. Elle était belle et elle tuait pour vivre. Il aurait dû l’en empêcher, car après tout il était une espèce de flic. Mais il se contentait de la suivre et, peu à peu, de la protéger, par tendresse, par une espèce d’amour. Un peu comme un père essaie de protéger sa fille contre les horreurs de la vie et les dangers de la mort.

 

  

  

  

  

 

L’Oeil travail dans une agence de détectives qui appartient à la famille Baker.  L’Oeil est un homme solitaire, sa femme l’a quitté, et il n’a plus qu’une vieille photo d’école lui rappelant l’existence de sa fille qu’il n’a jamais revu depuis que sa femme est partie avec leur enfant.

 

On lui confie une mission, mission demandée par M. et Mme Hugo, couple à la tête d’une enseigne de chaussures datant de 1867. Leur fils leur cause du souci. Depuis 10 mois il ne travaille plus, à rencontrer une femme devenue certainement sa petite amie qu’ils ne connaissent pas ni même son nom. Ils souhaitent donc avoir des renseignements sur cette elle et quels genres de liens il y a entre cette mystérieuse femme et leur fils.

 

Il n’a pas de mal à entamer cette affaire. Il a repéré le fils Hugo et bien entendu cette femme. Mais il va très rapidement découvrir que cette femme est une meurtrière lorsque celle-ci  tue le fils Hugo juste après qu'ils se soient mariés et surtout après qu'il soit passé à sa banque pour y prélever une belle somme d’argent sur son compte.

Cette mystérieuse femme va cacher le corps pour qu’il ne soit pas découvert.  L'Oeil a assisté à ce meurtre, caché lors de sa planque pour découvrir qui était cette femme. 

Le meurtre accompli et caché, cette femme enlève la perruque qu'elle portait, prend l'argent, et s'enfuit.

 

Elle sortira une autre perruque de ses bagages, utilisera un autre nom.

 

Cette jeune femme, l’Oeil en fait la transposition avec sa propre fille. Il se prend à imaginer si c’était elle. Il va alors la suivre dans un très très long périple et entamer une surveillance sur cette femme, telle une obsession qui le prend soudain.

Mais cette surveillance, désormais, il va la faire à son propre compte puisqu’il « largue » l’agence de détectives (en lui-même il sait qu’il n’y reviendra jamais car il sait désormais qu'il doit suivre cette femme, c'est son obsession) et il donne de faux renseignements sur l’affaire confiée par l’agence au sujet du fils Hugo pour qu'on le lache. Il cache le meurtre bien sûr, et il fait part que le fils Hugo et la jeune femme vont prendre l’avion et que du coup il doit poursuivre son enquête et continuer de les suivre.

 

Et il entreprend donc de suivre cette femme, une sorte de tendresse pour elle l’émeut. Et pourtant, cette femme est une meurtrière, et pas que la meurtrière du fils Hugo. Elle tue pour vivre. Elle s’en prend à des hommes riches, les tue, et leur prend de l’argent. 

Elle change sans cesse de nom, d’aspect, de perruque. L'Oeil note chacun de ses noms. Et peu à peu, il ne se contente plus simplement de la suivre et d’épier chacun de ses gestes, même les plus intimes. L’œil vient désormais à la protéger dans les mauvais coups où elle se trouve parfois.

 

L’Oeil, dans l’ombre de chacun des gestes de cette femme, en devient donc le complice. Il assiste à chacun des meurtres de cette femme, toujours en étant dans l’ombre à épier. Elle, ne sait pas qu’elle est surveillée. Il la protège des dangers auxquels elle s’expose. On a tout de suite cette impression de protection d’un père envers sa fille.

 

Bien entendu, le F.B.I . va bientôt être à la poursuite de cette femme. F.B.I. qui ne tarde pas à faire le lien entre des corps en décomposition découverts longtemps après l'acte de meurtre.
Tout ceci se passe sur des années, et l'Oeil est toujours là aux côtés de cette femme, dans l’ombre de cette femme. C’est une obsession, une obsession qui s’ajoute à celle du souvenir de sa fille et à cette photo d’écolière. Il mettra des bâtons dans les roues du F.B.I. pour qu’ils ne puissent pas rattraper cette femme.

Durant des mois puis des d’années, il continue de la protéger, de la surveiller, et d’assister à chaque meurtre.

Je ne vous en dirais pas plus, je vous laisse découvrir le suspense de ce roman.

 

 

 

 

 

 

Une filature diabolique !

 

 

Au départ, l’œil croit reconnaître en cette femme sa fille dont il ne lui reste qu’une vieille photo de classe. Il ne saurait pas la reconnaître désormais. Mais il éprouve quelque chose de tendre envers cette femme qu’il doit surveiller.

 

Cette surveillance entamée en fait de lui un complice puisqu’il est témoin de tous les meurtres que cette femme commet. Il ne l’arrête pas, ne la dénonce pas, comme il aurait dû le faire. Il la suit dans son périple, de ville en ville, de motel en motel. Il fait tout pour effacer les traces de cette femme. Il efface chaque trace des crimes. Cet homme est solitaire, obsédé.

 

Elle, elle est sans pitié. Elle tue pour vivre. N'a aucun remord. Elle n’a pas connaissance qu’elle est surveillée par l’Oeil. Après on en vient à se poser des questions sur son passé. Quel est ce passé qui l’aurait poussé à devenir cette meurtrière qu’elle est devenue. On en découvre un peu plus bien entendu au fur et à mesure de la lecture mais je ne vais pas vous le confier.

 

Les personnages sont donc, vous l’aurez compris, très intéressants.

 

L’intrigue est pour elle, simple. Mais l’écriture de Marc Behm la rend elle aussi intéressante. On en vient à vouloir découvrir toujours et toujours la suite, au fil des pages. Quand va-t-elle s’arrêter de tuer (si elle s'arrête un jour...)  Car des meurtres, il y en a beaucoup. L’auteur est doué, car pas de dégoulinures dans ce texte. Non, tout est plutôt écrit de façon à nous faire réfléchir, tout est du côté de la psychologie. Une intrigue donc simple, assez courante, et pourtant….. elle renferme des surprises. On en vient toujours aussi à penser si tel ou tel homme va être tué ou épargné…  On en vient aussi à se demander si l’œil et la femme vont se rencontrer un jour… On est toujours en questionnement. On est touché par cette homme solitaire également, obsédé par l’enfant qu’il ne connaît pas et à la tendresse qu’il éprouve pour cette femme.

 

 

Un bon roman suspense, même si l’on a pu voir ce thème courant dans d'autres romans noirs. J’ai très envie de découvrir les autres romans de Marc Behm car j’ai aimé son écriture même si parfois certains mots m’ont déranger, mais replaçons aussi la date à laquelle ce roman a été écrit car ici c'est une réédition. Oui, un mot m’a souvent déranger, le mot "lever" dans le sens "lever une femme", une expression qui revient très souvent dans ce roman et je trouve ça irrespectueux.

 

J’ai très envie également de découvrir l’adaptation de Claude Miller. Un film avec Isabelle Adjani dans le rôle de la meurtrière, et Michel Serrault dans le rôle de l’œil. De très bonnes critiques sur cette adaptation, 4ème film de Claude Miller qui visiblement a fait l’unanimité.

 

 

 

 

013  Bonus :

 

Affiche du film adapté de ce roman.

Film réalisé par Claude Miller en 1983, dialogues de Michel Audiard.

 

Michel Serrault joue le rôle de l'Oeil.

Isabelle Adjani tient le rôle de la meurtrière.

 

Il y a également Guy Marchand, Samy Frey, Jean-Claude Brialy,

Macha Méril, Patrick Bouchitey, Stephan Audran, etc.

 

mortelle randonnée affiche film

 

  Très envie de découvrir ce film aux très bonnes critiques du coup.

Les noms et les lieux changent par rapport au roman.

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 20:38

robe de marie

  

De Pierre Lemaître

 

Format : Broché

Editeur : Calmann-Lévy

Collection : C-Lévy

Pages : 270

Parution : janvier 2009

 

 

Evidemment, je m'y attendais puisque j'en suis l'auteur mais... à ce point-là! Quelle vision, c'est à peine croyable... Son mari n'est plus que l'ombre de lui-même. Les vertèbres ont dû être salement touchées. Il doit maintenant peser dans les quarante-cinq kilos. Il est tassé dans son fauteuil, sa tête est maintenue à peu près droite par une minerve. Son regard est vitreux, son teint jaune comme un coing. Et il est tout à fait conscient. Pour un intellectuel, ça doit être terrible. Quand on pense que ce type n'a pas trente ans, on est effaré... Quant à elle, elle pousse le fauteuil avec une abnégation admirable. Elle est calme, son regard est droit. Je trouve sa démarche un peu mécanique mais il faut comprendre: cette fille a de gros soucis... En tout cas, elle ne tombe pas dans la vulgarité: pas d'attitude de bonne sœur ou d'infirmière martyre. Elle serre les dents et pousse le fauteuil, voilà tout. Elle doit pourtant réfléchir et se demander ce qu'elle va faire de ce légume. Moi aussi d'ailleurs.

 

 

 

  

Sophie Duguet est une jeune femme qui mène une vie tranquille. Mais dans cette vie paisible, Sophie se rend compte que quelque chose vacille. Sa propre vie si paisible.

En effet, elle s’aperçoit, petit à petit, qu’elle oublie certaines choses, qu’elle perd des objets… Mais les objets perdus, telles ses clés de maison, elle les retrouve rapidement, comme ça. Un objet, chez elle, qu’elle ne voit plus, quelques jours plus tard... ça y est, elle le revoit.

Mais viennent s’ajouter aussi des oublis de rendez-vous, des confusions de documents pour son travail, elle ne retrouve plus sa voiture également…

Pour ses oublis de rendez-vous, elle ne comprend pas. Sophie est certaine qu'il s'agissait pourtant des bonnes dates de rendez-vous, qu’elle avait inscrite sur son agenda.

Pour les confusions de documents, cela lui en coutera sa place. Comment a-t-elle pu interverser les photos prévues pour sa réunion avec les photos de vacances, photos coquines que son mari avait prises.

Pour sa voiture qu’elle ne retrouve pas, à plusieurs reprises, elle pense qu’on le lui a volé, elle en vient à appeler la Police qui la lui retrouve deux rues plus loin à chaque fois.

Parfois même, elle se surprend à avoir un comportement qui reviendrait à des absences temporelles. Des absences durant lesquelles elle ne se souvient de rien bien entendu.

Mais lorsqu’elle se réveille de ses absences, bien souvent il y a un mort près d’elle.

En elle-même, Sophie se dit qu’elle devient folle.

 

Une absence… elle se réveille près de Léo, 7 ans, qu’elle garde.

Sophie se pose la question, pourquoi se réveille-t-elle dans la chambre de Léo ?  Elle pousse les couvertures sur le lit de Léo pour voir si l’enfant dort. Elle le découvre mort, étranglé avec un lacet de sa chaussure à elle, pendant son sommeil.

Sophie est d’abord horrifiée.

Puis, elle en vient à se poser des questions sur elle-même, car elle était la seule dans la maison pendant la nuit, et rien n’a été fracassé, porte close. Le fait que c’est peut être elle, sûrement elle, qui a commis ce meurtre abjecte sur cet enfant de 7 ans dont elle avait la garde la fait paniquer, elle s’enfuit.

 

Son côté dément reprend le dessus, toutes ces choses qui lui arrivent depuis quelques temps reprennent aussi le dessus sur son mental.

Malgré tout, Sophie est très méthodique dans sa fuite. Rien ne pourra l’arrêter.

D’autres absences, d’autres morts autour de Sophie.

Très vite, toutes les polices de France seront à sa recherche. Sa signalisation est donnée partout en France, via la Police, les journaux, la télévision…

Mais sa méthode de fuite va faire qu’elle arrivera à rester libre, sans être découverte. Elle décide de prendre une autre identité, d’oublier la Sophie.

Mais débute pour Sophie une cavale qui peut se refermer sur elle tel un piège ! 

 

 

  

   

Je dis Whaaaa !!!! Quel suspense !!!!!

 

Premier livre que je lis de Pierre Lemaître, et quelle atmosphère captivante ! Je suis prête à renouveler l’expérience avec un autre de ses romans.

Du début jusqu’à  la dernière page, on est pris dans cette ambiance haletante sans avoir envie de lâcher prise.

Prévoyez donc un espace horaire libre car il est lu, du coup, quasi d’une traite.

 

L’auteur nous coiffe un personnage, Sophie, qui a une vie normale et paisible jusqu’à ce qu’elle perde pieds. Et peu à peu elle va s’enfoncer dans un monde où les morts l’entoure. Une descente aux enfers  avec  une intrigue, vous l’aurez compris, superbement menée. Une ambiance à coupée le souffle jusqu’au dernier instant. Une histoire diabolique divisée en plusieurs parties mais je ne peux pas trop m’étendre là-dessus. A vous de découvrir.

On suit Sophie, sa folie, comment et pourquoi en arrive-t-elle à cette folie. On suit son questionnement sur elle-même, elle est seule face à cette folie, à sa peur d’elle-même. Et nous, lecteur, on cherche au fil des pages à élucider les mystères qui entourent Sophie.

Puis d’un coup, le rebondissement arrive. Choc. Whaa !

L’histoire prend alors une autre dimension.

J’ai apprécié aussi le style de l’auteur, rythmé, ne laissant pas de répits au lecteur, la construction du livre avec différentes parties, comme je vous le disais plus haut, amène une touche en plus sur l’ambiance haletante du début à la fin.

 

Un suspense incroyable, j’espère retrouver une aussi bonne lecture avec d’autres romans de Pierre Lemaître. Ne passez pas à côté de cette descente aux enfers.

 

 

 

 

D'autres avis sur la blogo : Alex MotsaMot   -     Cuneipage   -   Chaplum  

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 13:23

lamaisondacoteDe Lisa Gardner

Format : Broché

Editeur : Albin Michel
Collection : Spécial Suspense
Pages : 432
Parution : septembre 2010

Un fait divers dans une banlieue résidentielle de Boston passionne les médias. Sandra Jones, jeune maîtresse d’école et mère modèle, a disparu. Seul témoin : sa petite fille de quatre ans. Suspect n°1 : son mari Jason. Dès que l’inspectrice D.D. Warren pénètre chez les Jones, elle sent que quelque chose cloche : les réticences de Jason à répondre à ses questions, son peu d’empressement à savoir ce qui a bien pu arriver à son épouse « chérie »… Tente-t-il de brouiller les pistes ou cherche-t-il à protéger sa fille, à se cacher ? Mais de qui ?

Après avoir lu ce suspense, vous ne regarderez jamais plus une porte déverrouillée, une fenêtre entrouverte ou une page Web de la même façon… Les fans de Sauver sa peau apprécieront cette nouvelle enquête particulièrement surprenante de la non moins surprenante D.D. Warren !

 

Boston, quartier résidentiel calme, la famille Jones, Sandra, Jason et leur fille Ree 4 ans y passent des jours tranquilles. La routine. Sandra et Jason se sont arrangés pour leurs horaires de travail, de façon à ce que l’un ou l’autre soit toujours là pour Ree. Lui, journaliste travaille de nuit, et elle maîtresse d’école, le jour. Il s’agit donc là d’un couple hors norme puisqu’ils se voient que très rarement. On a l’impression que leur vie tourne tout simplement autour de leur fille, point barre.

Jusqu’au jour où un drame se produit au cœur de cette famille, Sandra disparaît soudainement de son domicile, un soir, après avoir couché Ree comme à son habitude. Personne ne sait où elle est passée, ce qui s’est passé, Sandra a disparue sans laisser de traces. Aucune trace de violence, pas de carreau cassé, pas d’effraction… Mais laisser sa fille seule n’est pas non plus dans le style de Sandra, alors…. Que s’est-il passé ?

C’est l’inspectrice D.D Warren qui sera en charge de cette disparition. Mais lorsqu’elle entre pour la première fois dans la maison des Jones, elle ressent un mal être, et ce notamment, face à Jason, le mari de Sandra. Le profil de Jason laisse perplexe notre inspectrice. Un homme qui n’est pas accablé par la disparition de sa femme, s’occupant juste de sa fille qui se demande pourquoi sa mère n’est pas près d’elle et pourquoi son chat a disparu, un homme qui donne l’impression à D.D Warren que tout reste normal malgré la disparition de sa femme… De quoi se poser des questions sur cet homme. Du coup, Jason va faire parti des suspects directs auprès de D.D. Warren. Mais il n’y aura pas que lui comme suspects. Elle apprend, que dans ce quartier si paisible, réside un jeune délinquant sexuel, toujours en thérapie. Ce jeune délinquant sexuel, va d’ailleurs pour la première fois, prendre contact avec Jason alors que jamais auparavant il n'a parlé à ces voisins. Pourquoi ? Jason n’avait jamais entendu parler de ce jeune homme, et est très stupéfait d’apprendre qu’il a pour voisin un délinquant sexuel. Jason va lui aussi mener une enquête sur cet homme. Mais les suspects ne vont pas s’arrêter là même si D.D. Warren a un gros penchant pour le mari, Jason. Tout l’accable d’ailleurs. Et il ne fait rien pour arranger les choses en se cloitrant face à la police.

Et puis au cours de l’enquête, d’autres découvertes vont venir s’immiscer, notamment le fait que Jason passe énormément de temps sur l’ordinateur familial, et que le fait qu’il y est un historique toujours vide, enfin presque, toujours les 3 mêmes sites visités dans apparaissent dans l'historique, ça paraît louche.

 

Mais dans ce livre, il n’y a pas que l’enquête de D.D. Warren.

L’auteur passe de l’enquête, à des morceaux de pensées de Sandra. Des découvertes qu’elle a faites avant sa disparition. Une sorte d’enquête qu’elle menait au sujet de son mari. Des découvertes ayant un rapport avec l’ordinateur familial. L’auteur nous fait passer royalement de chapitre en chapitre entre la vie après la disparition de Sandra et ce qui a pu se passer avant, et des passages de ce que Sandra a pu penser, ou pense. Du coup on se pose la question, est-elle morte et l’on a ses pensées de l’au-delà ou bien est-elle toujours en vie, et l’on découvre ses pensées.

 

On découvre au fil des pages que le passé de Sandra et Jason est tout de même assez mystérieux, et que cette famille n’est pas si tranquille que ça. Mais quoi ? Quel est t-il ce passé ?

Et que s’est-il produit ce soir là ? La jeune Ree saurait-elle quelque chose ? A-t-elle entendu un bruit, une voix ? C’est ce que D.D. Warren va tenter de savoir à l’aide d’une spécialiste. Mais pour l’inspectrice, il y a dans cette histoire trop de mystères non éclaircis, qui d’ailleurs, s’accumulent au fil de l’enquête, et trop de suspects qu’elle n’arrive pas à éliminer.

 

 

Wha, quel suspense dans ce livre ! Croyez-moi, on est tenu du début à la fin, et on n’arrive pas à déterminer qui ment, qui manipule qui. Mensonge ou vérité que chaque protagoniste de l’histoire nous raconte, nous égrène, pour mieux nous perdre dans notre quête du raisonnement de cette disparition. On ne le saura qu’à la toute fin…

L’auteur, en plus, nous manipule très bien, nous lecteur, (et c’est très bien me direz-vous), dans le fait qu’elle passe royalement d’un narrateur à un autre. On a ainsi différents points de vue, ceux notamment de Sandra avant sa disparition, sur les questions et découvertes à propos de son mari. L’auteur fait en somme parler chaque personnage de l’histoire, nous offrant ainsi leurs craintes, leurs questionnements, leur histoire aussi. Donc on ne sait pas du coup, par rapport à ces différents points de vue, qui est « bon » qui est « méchant ». Le suspense est fort et on ne découvrira la vérité qu’à la toute fin. Le dénouement nous montre que l’histoire est superbement ficelée et réaliste. Ce qui est bien dans ce livre c’est que côté suspense donc, on est servi et bien tenu, mais que l’on est épargné sur le côté sang qui coule à flot, l’auteur joue ici sur le côté psychologique. Notre cerveau est en marche du début à la fin pour trouver une réponse à toutes les questions que l’on peut se poser grâce aux différentes prises de « parole » des personnages … Qui manipule qui……

L’auteur nous offre aussi des personnages grandioses, au point de vue de leur caractère. Elle est très bien documentée sur les délinquants sexuels et sur les thérapies qu’ils doivent suivre, ça a un côté instructif pour le lecteur. Et le personnage de ce délinquant sexuel est lui aussi très intéressant. Chaque personnage est intéressant d'ailleurs. Voilà donc pour moi le premier roman que je lis de Lisa Gardner, mais croyez moi ce n’est pas le dernier. A tout point de vue, c’est du bon. On pense comprendre, mais dès que l’on tourne une nouvelle page… Mmmm, on se dit que l’on n’est, tout compte fait, pas sur la bonne route….

J’adore ;-)))

 

 

Je remercie LIVRADDICT et les Editions Albin Michel pour cette belle découverte d'auteur.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 13:34

cettenuitla

De Linwood Barclay  ADD So Pretty Elements (72)

Format : Broché
Editeur : Belfond
Collection : Belfond Noir
Pages : 438
Parution : novembre 2009

Imaginez... Vous avez quatorze ans. Vous faites le mur pour la première fois. Le lendemain matin, la maison est vide. Votre famille s'est volatilisée. Découvertes troublantes, coups de fil anonymes, messages inquiétants : vingt-cinq ans plus tard, le passé resurgit... Une intrigue magistrale qui se joue de nos angoisses les plus profondes, menée à un train d'enfer par le nouvel expert du thriller familial.


Eh bien voici un livre qui m’a captivé du début à la fin.

Cynthia est adolescente, elle fait pour la 1ère fois le mur et elle est prise en flagrant délit par son père qui découvre qu'elle est sortie sans permission et qui vient directement la chercher là où elle se trouve avec son copain. Retour à la maison mouvementé, grande dispute avec ses parents, jusqu’à ces mots qu’elle dit sur le coup de la colère « je voudrais que vous soyez mort ». Elle monte dans sa chambre, sa gueule de bois va la faire dormir illico presto jusqu’au lendemain matin à son réveil pour aller à l’école.

Malade comme un chien à son réveil, elle trouve bizarre qu’il n’y ai aucun bruit dans la maison, et de plus, après s’être levée, elle s’aperçoit qu’elle est seule. Pourtant sa mère est toujours là habituellement… A moins que ce jour-là, elle est accompagnée son frère à l’école mais auquel cas elle lui aurait laissé un mot. Et puis la cuisine est nickel… pas de bols, pas de p’tit déj  préparé….

Bon se dit-elle… Elle ne s'inquiète pas plus, et part à l’école. Le soir à son retour, toujours personne. Là elle s’inquiète et demande à la voisine si elle a vu quelqu’un de la famille aujourd'hui. Mais non personne…..

Cynthia, à l’aide de la voisine, va donc faire appel à la police.

Depuis ce jour, Cynthia s’est retrouvée seule, sans nouvelle, sans savoir ce qui s'est passé cette nuit-là. Les policiers vont même soupçonner Cynthia d’avoir joué un rôle dans cette disparition.
Et si la famille avait été tuée durant cette nuit, pourquoi Cynthia aurait elle échappé à des possibles tueurs ???? Pour elle, aucun souvenir de cette nuit-là, la gueule de bois l’avait assommé. Alors elle se pose des questions quand même durant un moment, aurait-elle fait quelque chose au cours de cette nuit ?

 

25 ans ont passé, Cynthia s’est mariée avec Terry, elle a une petite fille qui se prénomme Grace.
Mais Cynthia a vécu ces 25 ans en se torturant l’esprit, en se culpabilisant. En ayant peur également de voir disparaître sa fille Grace comme ont disparu ses parents. Alors elle l’accompagne partout, elle l’étouffe. Cynthia est toujours à la recherche de ses parents et de son frère Todd. Son mari tente d’apaiser les souffrances de Cynthia en l’aidant à découvrir ce qui s’est passé durant cette nuit, 25 ans auparavant, et pourquoi personne n’a jamais eu signe de vie de la famille.
Tout le monde pense qu’ils sont mort, parce qu'autrement, pourquoi ne donneraient-ils pas signe de vie ? Cynthia va alors participer à une émission télé, une sorte de « télé-réalité » pour lancer un appel au public afin d’avoir peut être un renseignement sur la disparition de sa famille. Depuis ce jour, des évènements étranges vont encore plus chambouler la vie de Cynthia, de Terry son mari, et de leur petite fille Grace. Un exemple, Cynthia croit, en plein shopping, voir son frère Todd qui aurait donc 25 ans de plus. Un autre fait étrange : le chapeau de son père apparaît comme par enchantement dans la maison de Cynthia et Terry, comme par enchantement alors que tout était fermé. Cynthia va aussi recevoir un appel étrange.
Mais elle a du mal à faire comprendre à son entourage tout ces faits étranges, car à chaque fois que quelque chose se produit, elle est seule.

Terry en est au point de se poser lui aussi des questions sur sa femme…. Est-ce qu’elle devient folle, est-ce elle qui est à l’origine de ces évènements étranges, ces preuves qui démontreraient que ses parents et son frère sont toujours en vie ?

Puis ils vont engager un détective qui approchera certainement d’une piste mais il sera retrouvé mort sans que l’on sache ce qu’il avait découvert….

Le danger va s’alourdir de plus en plus sur cette famille, chacun en portera le poids. Mais je ne peux vous en dévoiler d’avantage.

 

Je dis Wha !! Quel suspense !
J’ai vraiment aimé ce livre et je me décide donc de le mettre dans mes coups de cœur.
Dès le début on est pris par l’histoire et on se pose un tas de questions. Les questions, on se les pose de bout en bout à cause des rebondissements qui ont lieu au fil des pages.
Et puis cette piste que l'on attend, arrive sur la fin, donc l'histoire est prenante.
Qu’est ce qui s’est réellement passé cette nuit-là ? Et bien croyez-moi, on ne veut pas lâcher le livre tant que l’on ne sait pas ce qui s’est passé…..

Au fil des pages on découvre des révélations si bien cachées pendant 25 ans. On se surprend à suspecter untel ou untel, à se faire notre petit film. 
 Et en dehors de l’histoire très bien ficelée, le style m’a plu. Qu’est-ce qui m’a plu ? Et bien que ce soit le mari de Cynthia le narrateur.
J'ai fais une belle découverte avec cet auteur, je vais poursuivre mes lectures avec déjà un autre titre inscrit dans ma lal. J'aime ce style de roman, non pas policier, mais à suspense, où on est tenu et où on fait marcher nos cellules grises pour comprendre le pourquoi du comment.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 20:15

l'échodesmortsDe Johan Theorin

Format : Broché

Editeur : Albin Michel

Pages : 416

Parution : février 2010 

N°1 des ventes dans son pays, le Suédois Johan Theorin s’impose désormais comme un des maîtres du polar scandinave. Après L’Heure trouble, salué par la critique internationale, L’Echo des morts explore à nouveau l’atmosphère étrange de l’île d’Öland, où les Westin, une famille de Stockholm, ont décidé de s’installer définitivement. Quelques jours après leur arrivée au cœur de l’hiver, Katrine Westin est retrouvée noyée et son mari sombre dans la dépression. Alors que d’inquiétantes légendes autour de leur vieille demeure refont surface, la jeune policière chargée de l’enquête est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un accident…

Porté par l’écriture très personnelle de Theorin, un suspense où passé et présent s’entrecroisent dans un climat troublant, aux limites du fantastique.

 

Sur une petite île de Suède, l’île d’Öland, la famille Westin vient d’acquérir une vieille demeure en bordure de mer, toute proche de deux phares. Le couple Katrine et Joakim vient de quitter Stockholm pour s'installer avec leurs 2 enfants dans cette maison. Cette maison, sur le lieu-dit Aluden, a bien vécu. Et ses murs renferment de vieilles légendes voir mêmes quelques fantômes. Nous apprenons dès le 1er chapitre que la construction des murs en 1846 a été faite à partir de planches de bois d’un bateau échoué. La légende veut que lorsqu’une maison est construite avec le bois d’un bateau échoué, la maison portera malheur.

Il reste encore quelques voyages de meubles et affaires diverses à rapporter de Stockholm et Joakim va faire un dernier aller-retour. Lors de ce dernier voyage, un drame va arriver. Sa femme Katrine meurt noyée à Aluden. La police est avant lui sur les lieux, ils ont déjà entamé une enquête, et tout porte à croire qu’il s’agit là d’un accident puisqu’il n’y a aucune trace de pas sur la plage, aux alentours de la noyade de Katrine.

Joakim va rapidement sombrer dans la dépression et il est certain que les murs de la maison renferment de terribles secrets, et que sa femme n’est pas loin. Sa fille, Livia, entend même toutes les nuits des murmures à travers les murs et entend sa mère. Joakim va apprendre petit à petit que cette vieille demeure a vu bons nombres de drames se produirent auparavant. Des drames concernant chaque génération d’habitants depuis sa construction. A chaque fois qu’il y a eu un drame, un des deux phares jouxtant la maison s’est allumé d’une lueur étrange alors qu’il n’était plus en fonction.

Joakim est de plus en plus certain de ressentir la présence de sa femme dans cette maison. La mère de Katrine a même vécu dans cette maison étant jeune, et à l'époque, elle aussi ressentait des présences dans la maison.

La jeune enquêtrice arrivée sur les lieux lors de la noyade, Tilda Davidson, a dans ses liens de parentés, un aîné qui a bien connu ce site d’Aluden. Et il pourrait bien aider Joakim et, Tilda elle-même, a résoudre et la mort de Katrine, et ce que ressent Joakim… Tilda, tout comme Joakim, n’est pas certaine que la mort de Katrine soit accidentelle. Et si quelqu’un l’avait tué ?

Tilda sera la seule à vouloir poursuivre l’enquête, et en plus de cela elle a une affaire de cambriolages sur les bras. Des cambriolages qui ont eu lieu sur les environs d’Aluden, et elle est bien intriguée par ceux-là. 

 

Oh j’ai été vite prise dans cette ambiance entre récit fantastique et polar, une ambiance inquiétante à souhait en plein cœur d’un paysage rude et froid. D’ailleurs le paysage est très important dans ce livre, il en fait parti à part entière et y joue un rôle de 1er ordre.

Nous sommes projetés avec la famille Westin au sein d’une vieille demeure, de ses dépendances et non loin de deux phares construits en même temps que la maison. Les murs de ces bâtisses renferment de terribles secrets où rôdent les fantômes des habitants de générations précédentes. Les légendes de cette île d’Öland et de cette bâtisse vont bientôt faire éclater leur fureur telle que les tempêtes de neige de cet hiver rude, 1er hiver que la famille Westin connaîtra. Hélas sans Katrine, retrouvée noyée dans l’eau glacée de la Baltique, aux abords des deux phares. Joakim est depuis la mort de sa femme, totalement perdu, en pleine dépression. Et l’atmosphère lourde que les murs de la maison d’Aluden vont révéler, ne va pas l’aider à refaire surface… Il va être pris entre la vie réelle et les fantômes des habitants d’Aluden. Et croyez-moi, nous sommes nous aussi  sous l’emprise de cette ambiance lourde, et du moindre détail qui nous fera réagir… L’auteur nous en offre d’ailleurs une multitude qui ne peuvent que nous tenir en haleine et qui nous font poser justement beaucoup de questions quant à la mort de Katrine. Le style de l’auteur nous tient en haleine grâce à un double récit. L’auteur passe du passé au présent. On remonte le temps pour connaître les premiers pas d’Aluden, depuis que les deux phares et la bâtisse ont été bâtis à partir d’une cargaison de bois d’un bateau échoué. Au fil des chapitres, nous découvrons donc la vie des habitants d’Aluden depuis 1846, des vies qui forcément auront une importance sur la vie actuelle de Joakim.

Une autre affaire, en parallèle, est intéressante, c’est celle des cambriolages. On se pose des questions, aussi, sur le fait qu’il y a peut-être un lien entre les cambriolages et la mort de Katrine.

Tout nous vient à l’esprit, tout est là pour nous faire douter…

Un très bon roman à suspense, mais pas seulement. On y retrouve un côté fort, psychologique, sur la perte d’un être cher, et sur la relation entre la vie et la mort.

Je remercie Livraddict et Albin Michel de m’avoir fait découvrir l’auteur Johan Theorin que je n’avais encore jamais lu. Et je conseille cette lecture, elle vous emmènera parmi les légendes et les fantômes de l’île d’Öland…

 

Avis entre autres de : Pimprenelle, Marie

 

Merci aux Editions Albin Michel et à Livraddict

livraddict logo middle

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 20:10
jusquacequelamortnsunisseDe Karine Giebel

Format : Broché
Editeur : Fleuve Noir
Pages  :  489
Parution : Novembre 2009


L’Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l’image de certains souvenirs. Toxique, à l’image de certains regrets.
L’Ancolie, c’est aussi le nom d’un chalet perdu en pleine montagne. C’est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu’il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide.
Jusqu’au jour où la mort frappe tout près de lui, l’obligeant à sortir de sa tanière. Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre, que ce n’est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer.
Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité.
Une quête qui va le conduire sur d’effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons. Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au cœur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais. Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale…

Une découverte littéraire pour moi. Je ne connaissais pas encore cette auteure, et j’ai trouvé un livre qui m’a tenu en haleine du début à la fin sans vouloir le lâcher et me trouvant au milieu d’un cadre splendide que l’on perçoit grâce aux nombreux détails que Karine Giebel glisse dans l'histoire.

Nous sommes dans les Alpes, Vincent est guide de montagne, organise des randonnées l’été et part parfois l’hiver pour des trecks à l’étranger. C’est un homme meurtri depuis le jour où il est revenu d’un treck et qu’il a découvert que sa femme l’avait quitté sans lui laisser une explication hormis une phrase inscrite à l’ordinateur, sur l’écran « je te quitte ». Il ne sait pas où, il ne sait pas pourquoi, sa belle-famille n’a même plus de nouvelles non plus. Les gens du village l’ont vu partir dans une voiture immatriculée 75.
Depuis, Vincent ne pense pas à l’avenir, vit au présent, et accumule les aventures d’un soir pour ne pas s’attacher déjà et puis pour lui c’est aussi une façon de se venger des femmes. Bien entendu, ces aventures d’un soir sont très mal vues par les gens du village, et Vincent est perçu comme n’étant pas un homme bien, il fait du mal autour de lui, voilà ce que disent les gens du village.
Sa dernière conquête, une jeune fille venue travailler dans la station pour la période de l’été à l’office du tourisme. Elle est jeune, elle tombe amoureuse de Vincent, sauf qu’il lui fait comprendre qu’il n’y aura pas de suite. Elle se suicidera. C'était une jeune fille mal dans sa peau qui avait précédemment tentée de se suicider, et là ça a été "la goutte qui fait déborder le vase".  Du coup, la popularité de Vincent auprès des gens du village va dégringoler en chute libre. Il n’y a qu’une femme avec qui il va bien s'entendre. Il va lier connaisance avec Servane, jeune recrue de la gendarmerie, qui lorsqu’elle est tombée en panne de voiture a trouvé secours auprès de Vincent. Entre eux va éclore une drôle d’amitié, il ne la trouve pas à son goût au début, c’est juste une amitié qui ne pourra jamais se transformer en amour mais………. je ne peux pas vous en dévoiler d’avantage mais vous comprendrez mieux lors de la lecture.
Quelques jours passent et puis, le meilleur ami de Vincent, Pierre, un des gardes du parc du Mercantour est retrouvé mort en montagne. Premières conclusions, une chute mortelle, la montagne a tué. Mais pour Vincent, Pierre connaissait très bien ce chemin, et il est impossible qu’il se soit laissé prendre par la montagne. Et puis Pierre voulait parler à Vincent de quelque chose….. Vincent se pose des questions. Pierre était sur une affaire de braconnage de chamois mais…..  Et puis très vite, Vincent va recevoir des lettres anonymes le mettant sur une piste d’un ou de probable(s) assassin(s). Mais ces lettres arrivent au compte goutte et il n’y a que Servane qui sera là pour l’aider dans cette quête, car la police reste sur ses positions de chute mortelle et tant qu’il n’y aura pas de nouvelles preuves il n’y aura pas d’ouverture d’enquête de la part du capitaine de gendarmerie.

La suite, je ne vais bien évidemment pas vous la réveler mais au programme, corruption et chantage et rebondissements incroyables.

 

C’est un roman à suspense très agréable, qui vous tient en haleine, au fil des pages on a vraiment envie de connaître la suite sans vouloir lâcher le livre. Le décor est superbement décrit. Moi qui ai fait quelques randonnées en montagne, je dois dire que le cadre m’a beaucoup plu et ça change des romans à suspense que j’ai déjà pu lire. Et puis les personnages sont attachants. Vincent, qui nourrit sa peine auprès de conquêtes d’un soir et qui se lie d’amitié à Servane (et pourtant ça partait mal). Et puis Servane, jeune femme qui n’est pas de la région, qui arrive dans une nouvelle caserne, mutée dans cette gendarmerie. Elle ne connaît personne, elle va se lier d’amitié à Vincent et sera la seule à le comprendre et à l’aider dans cette recherche de probables assassins. Elle ne veut pas admettre qu’au fond d’elle-même elle apprécie Vincent, lui qui arrive bien à la comprendre.
Et puis l’histoire en elle-même est bien ficelée, de nombreux rebondissements qui mettent du piment dans l’histoire. Une écriture simple mais bien détaillée tant au niveau du décor qu’au niveau de l’histoire. Et une fin bien amenée, qui je pense vous livrera un pincement au cœur. Je trouve que ce roman à suspense est un peu ciblée pour les femmes, où  hormis un meurtre, on peut retrouver, l’amitié, l’amour, mais c’est sans gâcher le plaisir de cette lecture. Au contraire, ça change. Je vous conseille cette lecture, que j’ai vraiment apprécié. Une jolie découverte pour moi qui ne connaissait pas l’auteure et qui me donne envie de lire d'autres titres de Karine Giebel.

Je remercie Fleuve Noir qui m'a fait parvenir ce livre.

Avis de Chris89

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 13:11
De Serge Brussolo

Format : Broché
Editeur : Fleuve Noir
Pages : 285
Parution : novembre 2009

Quand on est embauché par une agence immobilière spécialisée dans la remise en état d’anciennes « scènes de crime », mieux vaut s’attendre au pire.
C’est ainsi que Mickie Katz, jeune décoratrice fraîchement recrutée par la très mystérieuse Agence 13, doit accepter de travailler pou un milliardaire obsédé par la Troisième Guerre mondiale. Afin de mettre sa famille à l’abri du futur holocauste, ce nabab du pétrole vient d’acquérir un bunker creusé dans le désert du Nevada par l’Us Air Force au temps de la guerre froide. Le rôle de Mickie est simple : redécorer le labyrinthe de béton pour en faire un paradis cinq étoiles qui rendra la claustration agréable aux survivants du conflit. Mais dès le début des travaux, les événements vont prendre un tour inquiétant dans cette forteresse mystérieusement baptisée depuis 40 ans Dortoir Interdit...
Lorsqu’un lieu a été le théâtre d’un crime atroce, il a toujours des choses à dire. Des choses qu’il serait préférable de ne pas entendre. Hélas, les fantômes sont parfois trop bavards…

Enfance assez mouvementée pour Mickie Katz, cette franco-américaine de 29 ans est devenue l’assistante d’une grande décoratrice d’intérieur. Malheureusement pour elle, elle s’est retrouvée impliquée dans une salle affaire et du coup son passé fait qu’elle ne retrouve pas d’emploi comme le mériterait son talent de décoratrice. Elle est contactée par l’Agence 13 qui souhaite l’embauchée. L’Agence 13 est un peu spéciale, les chantiers confiés à cette agence sont un peu atypiques, des paradis inhabitables. Il s’agirait donc pour Mickie de redécorer des lieux qui ont un passé dramatique, où ce sont produit des meurtres. Par sa décoration,  elle doit faire oublier qu’il y a eu un passé funèbre entre les dits murs. L’Agence 13 lui confie le chantier « Dortoir Interdit » du milliardaire, issu des milieux pétroliers, Tobbey Zuffrau-Clarckson. Ce fortuné client vient d’acquérir une immense propriété, un ranch sur un terrain militaire désaffecté qui compte aussi un immense bunker. Ce bunker fut l’objet d’expériences, enfermant des humains pour voir leurs réactions face à l’enfermement et qui se sont entretués de façon macabre. Mickie prend en charge ce chantier, arrive sur la propriété de Tobbey Zuffrau-Clarckson et à son arrivée elle est bien surprise d’y découvrir un fanatique excentrique obnubilé par la guerre de Sécession et hanté par son ancêtre, colonel dans l’armée sudiste. Mickie doit lui présenter son projet qu’elle a grandement travaillé, avec des idées extraordinaires à lui proposer pour aménager le bunker de façon à ce qu’il soit utilisé comme le souhaite Tobbey. Il veut que ce soit un lieu agréable pour y accueillir sa famille et des volontaires de son armée privée pendant de nombreuses années, au cas où l’Apocalypse arriverait et qu’il faille attendre des années avant de pouvoir sortir.

Mickie va découvrir la  propriété aménagé un peu bizarrement. En effet ce fanatique de l’armée a aménagé la propriété en champs de bataille et y a installé un camp d’entraînement où des combats s’y déroulent en réel avec son armée privée, de jeunes engagés volontaires contre des robots qui tirent de vraies balles, robots inventés par notre milliardaire. Mickie fait d’abord la connaissance d’Evita, une médium engagée par Tobbey Zuffrau-Clarckson qui est obsédé par le fantôme de son ancêtre colonel de l’armée sudiste. Ce fantôme lui joue de mauvais tour, fait des apparitions la nuit et veut le tuer. Evita est là pour vaincre la malédiction. Le contact prie, Mickie visite le fameux bunker à redécorer et dès son entrée dans le bunker elle ressent le vacarme d’émeute, les hurlements, les murs retiennent l’angoisse passée.  Mickie fait aussi connaissance avec la femme et les 3 filles de Tobbey. Elle se liera plus avec l’une d’entre elles, Sarah-Jane qui va bientôt avoir 16 ans. Sarah-Jane est destinée à être offerte à ses 16 ans au plus vaillant des guerriers de l’armée comme l’a été sa plus grande sœur Willa que personne n’a revu depuis qu’elle a été offerte à Burt qu’il l’a emmené vivre dans les plaines du camp pour vivre « à la dure ». Sarah-Jane, un peu gothique, qui trouve tout à fait normal d’être offerte comme sa sœur, se rend seule le soir dans le bunker pour s’isoler, persuadée qu’il y a encore des vivants à l’intérieur de « l’œuf de plomb ». Cette ado pense qu’à l’intérieur existe un autre bunker qui aurait servi à protéger des hauts-gradés hommes et femmes qui pour se protéger de l’émeute se seraient enfermés dans « l’œuf de plomb » et qui depuis auraient procréé d’autres générations qui veulent désormais se venger. Cet « œuf de plomb » n’a jamais été détecté. Mickie se lie aussi à Evita, la medium. Elles vont d’ailleurs devoir s’absenter de la propriété pour y revenir ensemble quelques temps après. A leur retour, elles y découvriront un carnage dans un bain de sang.

Et je ne peux vous en dire plus.

 

Je remercie et les Editions Fleuve Noir de m’avoir fait découvrir en avant-première le dernier livre de Serge Brussolo. C’est le 2ème livre de Serge Brussolo que je lis et je suis ravie à nouveau de cette lecture. On y trouve des personnages un peu étranges, rocambolesques, notamment avec ce milliardaire fanatique de la Guerre de Sécession qui possède sa propre armée, qui se bat contre des robots. Et qui est persuadé que l’Apocalypse va bientôt arriver et que ses filles serviront de génitrices pour faire évoluer une nouvelle race alors que en dehors du bunker plus personne n’aura survécu. On ressent, à cette lecture, de la frayeur, mais je m’attendais à avoir plus de terreur et une ambiance haletante, mais non. C’est la seule critique que je puisse faire, je m’attendais à une ambiance un peu plus soutenue, que je n’ai pas ressentie. Mais en dehors de ça, une très bonne histoire qui vous mène jusqu’à la fin sans y percevoir le dénouement. De nombreuses aventures pour cette décoratrice envoyée au cœur d’un camp militaire en plein désert Californien. Et je m’intéresserais de nouveau à cette Agence 13 dans d’autres opus.

Avis de Biblio, lire et courir

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 13:31
De Mary Higgins Clark

Format : Poche
Editeur : Le Livre de Poche
Collection : Policier
Pages : 380
Parution : janvier 2009


Une ritournelle lancinante trotte dans la tête de Kay. D’où vient-elle ? Que signifie-t-elle ? Pourquoi l’obsède-t-elle à ce point ?
En plongeant dans ses souvenirs, la jeune femme revoit une scène un peu floue, lorsqu’elle était enfant, dans la propriété des Carrington où elle a grandi. Depuis, Kay a épousé Peter, l’héritier de la famille. Mais des soupçons planent sur son époux à propos de la disparition d’une jeune fille et la mort accidentelle de son ex-femme, retrouvée noyée dans la piscine, Peter est emprisonné…
Convaincue de son innocence, Kay se lance sur la piste de cette musique sans savoir qu’elle recèle un secret très dangereux – pour elle, et pour lui.

 

En digne auteure de suspense, Mary Higgins Clark ne nous déçoit pas avec ce livre. Un bon MHC.

Kay, travaille dans une bibliothèque et pour promouvoir la lecture au public elle souhaite organisée une grande manifestation dans la belle demeure des Carrington. Cette demeure elle l’a connaît puisque son père y était le jardinier paysagiste. D’ailleurs 22 ans auparavant, elle était une enfant alors, son père devait vérifier les lumières du jardin pour une grande fête organisée par la famille Carrington. C’était le soir, et durant la fête, elle s’est éclipsée de la surveillance de son père pour aller dans un lieu qui l’intriguait, la chapelle de la demeure. Et elle y fut spectatrice d’une altercation entre une femme et un homme et du coup elle se cacha pour qu’on ne la voie pas. A la fin de cette querelle un homme siffla une ritournelle…
Quelques semaines après cette fameuse soirée, le père de Kay fut renvoyé. Et puis un jour on retrouva la voiture de son père sur les berges d’une rivière, personne à l’intérieur…
Mais revenons à l’organisation de la manifestation pour la mise en valeur de la lecture dans la maison des Carrington.
Kay fait la demande d’utilisation de la maison au propriétaire du lieu qui n’est autre que le fils Carrington, Peter, le descendant. Et elle en tombe sous le charme et lui aussi va tomber sous le charme de Kay, ils vont rapidement se marier. Sauf que peu de temps après le mariage, de vielles histoires vont ressurgir et Peter va être la cible de rumeurs. En effet, lors de la fameuse soirée qui a eu lieu 22 ans plus tôt, une amie de Peter a disparue. Il a été le dernier à l’avoir vu lorsqu’il l’a raccompagné chez elle. Le temps a passé et personne ne sait ce qu’il est advenue de cette jeune fille. Et puis il y a aussi la première femme de Peter qui a été retrouvée morte noyée dans leur piscine, une femme alcoolique et enceinte……

Beaucoup de choses se retournent contre Peter. Un détective privé sera engagé par la mère de la jeune fille disparue, une mère qui sur le point de mourir à cause de  la maladie est prête à dépenser des fortunes pour faire accuser Peter de cette disparition et pourquoi pas de meurtre.
Tout va faire accuser Peter, il sera bientôt juger et emprisonné. Kay est certaine que son mari n’a rien à voir dans tout ça. Au fur et à mesure, des éléments nouveaux vont se révéler, des personnes proches vont la faire douter aussi. Kay ne sait plus où elle en ait, elle doute puis à nouveau elle croit en l’innocence de son mari, puis le doute s’installe de nouveau….

Et d’autres choses vont se révéler dans l’histoire mais je ne peux pas vous les dévoiler. 

Le plus impressionnant ce sont les juges qui n’essaient même pas de croire en l’innocence de Peter, ils vont s’acharner sur lui et l’inculper immédiatement sans essayer de comprendre les choses. Pour le lecteur le doute s’installe tout de même, on se pose réellement des questions tout au long du livre…. On se prend d’amitié pour Kay qui ne sait plus quoi penser, mais aussi, qui ne sait plus comment faire pour aider son mari. Enfin bref, un bon Mary Higgins Clark où le doute s’installe jusqu’aux dernières pages.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 14:26
De Hugh Laurie

Format : Broché
Editeur : Sonatine
Pages : 380
Parution : janvier 2009

Tout le mauvais esprit du génial interprète de Dr.House au service d'un thriller palpitant.

On peut avoir un caractère de chien, un sens de la répartie assassin, mais rester, même malgré soi, un mec bien. Hugh Laurie, formidable interprète du Dr. House, a largement sur le prouver sur le petit écran, il récidive avec ce thriller palpitant dont le héros, Thomas Lang est un ancien militaire d'élite qui, hormis sa Kawasaki ZZR1100, n'a pas grand-chose à perdre.

Aussi, lorsqu'on lui propose 100 000 dollars pour tuer Mr. Woolf, un riche homme d'affaire londonien, Thomas ne se conte pas de refuser poliment, mais pousse l'indécence jusqu à essayer de prévenir la future victime du complot qui se trame contre lui. Une bonne intention ? L'enfer en est pavé.

On retrouve dans ce thriller aussi prenant qu'un livre de Robert Ludlum, aussi décapant qu'un épisode de Dr. House, le mauvais esprit salvateur de Hugh Laurie, au service d'une intrigue passionnante et d'un personnage qu'on n'oubliera pas de sitôt.

Et bien après une 4èmede couverture aussi élogieuse, il n'en va pas de même pour moi.... J'ai été déçue par le livre de mon cher Dr House. Sur internet pourtant, beaucoup d'avis positifs mais moi j'ai trouvé ce livre ennuyeux, j'ai même parfois sauté des lignes ; je suis allée au bout du livre mais en ayant du mal à le finir. Une histoire aux multiples scènes qui s'embrouillent et où on a un peu de mal à faire le lien.

 Thomas Lang, ancien militaire d'élite, contacté pour tuer un homme, refuse la proposition qui lui a été faite et les liasses de billet qui vont avec. Il décide de prévenir la victime, Mr Woolf, du complot qui se trame. Il tombe rapidement dans un engrenage et se retrouve plongé dans le monde de l'espionnage et du terrorisme car le fameux Mr Woolf est accusé de traffic de drogue par la CIA. On va bientôt forcer Thomas Lang à participer à un coup monté d'attentat en lien avec des fabriquants d'armes.

Et je m'arrêterais là pour ne pas trop en dévoiler...

 

Voilà, donc pour moi qui apprécie Hugh Laurie dans la peau du personnage du Dr House, je n'ai pas pu apprécier son style d'écriture et son livre. Certes malgré des répliques humoristiques du même style que Dr House que j'ai pu apprécier dans le livre, je n'ai pas réussit à entrer dans l'histoire. Une histoire que j'ai trouvé confuse sur ce fond de terrorisme et d'armes. On se perd avec tous ces personnages, où sont les bons où sont les méchants....
O
n passe d'un lieu à un autre, donc difficile de tenir le fil de l'histoire.

Repost 0
Published by Lilibook - dans Suspense
commenter cet article

  • : 1er Chapitre
  • 1er Chapitre
  • : J'ouvre ce blog pour partager avec vous mes coups de coeur littéraires et musicaux. Le week-end se passera en musique et la semaine en compagnie des livres.
  • Contact

Sur ma table de chevet

   

 

 

les nuits de ceylan

 

Les nuits de Ceylan

 

- Rosemary Rogers - 

 

Mosaïc

608 pages

Dernières chroniques

 

 

agnes lugand

 

 

 jill shavis

 

 

 

 

 

 

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Lilibook sur Hellocoton
Mes livres sur Babelio.com

 


livraddict logo middle

 

images 

 

 

 

Je participe à ces challenges :

 

read-me-i-m-fashion

 

 

 

challange-agatha-christie

 

 

    logoalbums2
 
 
80353618 o
 
 
  logo saison3
 

 

  Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs